Los dalhaires

Collecté en 2000 Sur les Communes de Gabriac, Les Albres, Villeneuve-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson fut diffusée par la Jeunesse agricole catholique (JAC). On la trouve, au début du XXe siècle, dans les recueils de La Bourrée et dans le collectage de Cantaloube sur Saint-Chély d'Aubrac.

Arthémon Durand-Picoral (1862-1937) l'a publiée en 1907 dans l'Armanach roergàs et Joseph Cantaloube en a collecté une version à Port d'Agrès en 1902.

Les faucheurs chantaient cette chanson en travaillant, se répondant d'un pré à l'autre.

En terre occitane, on déjeune le matin (endejunar), on dîne à midi (dinnar, despertinar) et on soupe le soir (sopar).

Ce chant est accompagné d'un film tourné en 1963 par André Andrieu au Mas de Chalret sur la commune de Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Berthe HUGONENQ

née Combres en 1919 à Gabriac.

Transcription

Occitan
Français
« Aval dins la ribièira,
Li a un prat a dalhar. (bis)

Tres joves dalhaires,
L'an pres a dalhar. (bis)

Tres joves filhetas,
L'an pres a afenar. (bis)

La pus jove de totas,
Se'n va quèrre lo dinnar. (bis)

Sia(gu)èt pas al mièg de la còsta,
Se metèt a sonar. (bis)

“Venètez, venètz dalhaires,
Venètz, venètz dinnar !” (bis)

Lo pus jove de totes,
Ne volguèt pas dinnar. (bis)

“Di(g)atz-me, di(g)atz-me dalhaire,
Di(g)atz-me de qu'avètz vos !

– Aquò's vòstras amors, bèla,
M'empachan de dinnar. (bis)

– Vos calrà trobar mon paire,
Benlèu vos permetrà de m'esposar,
Vos calrà trobar mon paire,
Vos permetrà de m'esposar.” »
Les faucheurs
« Là-bas dans la vallée,
Il y a un pré à faucher. (bis)

Trois jeunes faucheurs,
L'ont pris à faucher. (bis)

Trois jeunes fillettes,
L'ont pris à faner. (bis)

La plus jeune de toutes,
S'en va chercher le déjeuner. (bis)

Elle ne fut pas à mi-côte,
Qu'elle se mit à appeler. (bis)

“Venez, venez faucheurs,
Venez, venez déjeuner !” (bis)

Le plus jeune de tous,
Ne voulut pas déjeuner. (bis)

“Dites-moi, dites-moi faucheur,
Dites-moi ce que vous avez ! (bis)

– C'est vos amours, la belle,
Qui m'empêchent de déjeuner. (bis)

– Il vous faudra rencontrer mon père,
Peut-être vous permettra-t-il de m'épouser,
Il vous faudra rencontrer mon père,
Il vous permettra de m'épouser.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...