Lo galant moquet

Collecté en 2000 Sur les Communes de Foissac, Saujac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La chanson du galant moquet (galant vexé) existe en de nombreuses versions, souvent bilingues comme ici, et parfois intégralement en français ou en occitan.

En Rouergue, elle est surtout répandue en vallée d’Olt où une version collectée sur le canton de Capdenac au début du siècle a été publiée par J. Cantaloube.

Cette chanson évoque un galant éconduit en raison de sa mauvaise conduite : il a parlé de sa liaison. Il va donc consulter le rossignol, messager de l'amour, qui lui explique que l'amour doit rester secret.

Dans notre montage, Odette chante le début de la chanson et Georges Gibergues la suite.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Odette ROUCAL

née Andrieu en 1932 à Saujac.

Transcription

Occitan
Français
« De bon matin, je me suis levée,
Pour cueillir des violettes,
Sur mon chemin, j'ai entendu chanter,
“Marguerite, ma mie, si tu voulais m'aimer…

– Ah, cher amant, ne criez pas tant,
Car papa nous écoute,
Vous reviendrez ce soir après souper,
Nous parlerons ensemble de notre liberté.”

Lo june òme s'en va d'aquí,
Se'n va far un torn de vila,
Tròba cadun de sos amics,
Cadun menava la seuna.

“Moi j'en ai une aussi belle que toi,
Qui m'a promis ce soir,
De coucher avec moi.”

La belle qui était dans le jardin,
Entendit ces paroles :
“Grand Dieu, grand Dieu,
Empêchez-moi d'aimer,
Car ces maudits jeunes hommes
Ne cherchent qu'à vous tromper !” »
Le galant vexé
« De bon matin, je me suis levée,
Pour cueillir des violettes,
Sur mon chemin, j'ai entendu chanter,
“Marguerite, ma mie, si tu voulais m'aimer…

– Ah, cher amant, ne criez pas tant,
Car papa nous écoute,
Vous reviendrez ce soir après souper,
Nous parlerons ensemble de notre liberté.”

Le jeune homme s'en va de là,
Il s'en va faire un tour de ville,
Il trouve chacun de ses amis,
Chacun conduisait la sienne.

“Moi j'en ai une aussi belle que toi,
Qui m'a promis ce soir,
De coucher avec moi.”

La belle qui était dans le jardin,
Entendit ces paroles :
“Grand Dieu, grand Dieu,
Empêchez-moi d'aimer,
Car ces maudits jeunes hommes
Ne cherchent qu'à vous tromper !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...