J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les foires et marchés, les commerces sédentaires et les artisans, animaient la vie économique et sociale du village ou du bourg.

Ce témoignage est illustré par un film tourné en septembre 1963 par André Andrieu à Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernande (Palmyre) LESTANG (DE)

née Genebrières en 1921 à Foissac.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra las fièiras que èran importentas quand mème. A Foissac, cada 20, i aviá los merchands d'uòus, i aviá… Se vendiá dels pòrcs pichins, dels vedèls, enfin… E pièi i aviá dels taulièrs coma l'òm apelava, perque portavan dels abilhaments, dels bonbons, i aviá de tot.
E lo monde venián en bicicleta, i aviá pas tantas de voeturas ni de mòtos coma duèi. Venián en bicicleta, menavan la bicicleta a l'ostal parce que lo papà ne vendiá, las arrengàvem, ieu las arrengavi atanben parce que m'aviá apres, e finalament me donavan una estrena en parti(gu)ent. Mès aquò èra cinc sòus, dètz sòus, vint sòus… Vint sòus, aquò èra dejà un cadòt. E après anavi crompar dels caramèls e de las bilhas de chocolat Révillon, que me rapèli la marca, e apasturavi las copinas, ieu, soi estada totjorn… Las copinas passavan abans tot. E lo lendemans, aviái mal al ventre parce que aviái tròp manjat de tot aquò e la mamà èra pas contenta, pardí, bien sûr…
Quand lo monde arribavan… N'i aviá d'a La Capèla, n'i aviá d'a Setfonts, n'i aviá d'a Gèla, n'i aviá d'a Prís, d'a-z-Ambairac, d'a Balaguièr, etc. Tanlèu que me parlavan, sabiái que èran d'aquí o d'aquí, parce qu'avián un biais de parlar qu'èra pas lo nòstre. E lo ton atanben. Enfin, finalament, oui, oui, oui, coneissiái bien mon monde. Aviam quand mème dels clients pas mal, pas mal… Aquò èra interessent parce que èri totjorn ambe quauqu'un d'estrangièr. Ieu èri una dròlla pro… Parlavi e ai pas perdut l'abituda d'ailhurs. Ieu aimi de parlar parce que tròbi que quand l'òm ditz pas res aquò sert pas a res. »
La foire à Foissac
« C'était les foires qui étaient importantes quand même. À Foissac, tous les 20 du mois, il y avait les marchands d’œufs, il y avait… On vendait des porcelets, des veaux, enfin… Et puis il y avait des étals car ils apportaient des vêtements, des bonbons, il y avait de tout.
Et les gens venaient en bicyclette, il n'y avait pas autant de voitures ou de motos qu'aujourd'hui. Ils venaient en bicyclette, ils portaient la bicyclette à la maison parce que mon père en vendait, nous les réparions, moi aussi je les réparais parce qu'il m'avait appris, et finalement ils me donnaient une étrenne en partant. Mais c'était 5 sous, 10 sous, 20 sous… 20 sous, c'était déjà un cadeau. Ensuite j'allais acheter des caramels et des billes de chocolat Révillon, je me souviens encore de la marque, et j'en offrais à mes copines, moi, j'ai toujours été… Les copines passaient avant tout. Et le lendemain, j'avais mal au ventre parce que j'avais trop mangé de tout cela et maman n'était pas contente, évidemment, bien sûr…
Quand les gens arrivaient… Il y en avait de La Capelle, de Sept-Fonds, de Gelle, de Prix, d'Ambeyrac, de Balaguier, etc. Dès qu'ils me parlaient, je savais s'ils étaient de là ou de là, parce qu'ils avaient une façon de parler qui n'était pas la nôtre. Et le ton aussi. Enfin, finalement, oui, oui, oui, je connaissais bien mon monde. Nous avions quand même des clients pas mal, pas mal… C'était intéressant parce que j'étais toujours avec quelqu'un d'étranger. Moi, j'étais une fille assez... Je parlais et je n'ai pas perdu l'habitude, d'ailleurs. Moi j'aime parler parce que je trouve que quand on ne dit rien ça ne sert à rien. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...