Quand mon paire nasquèt…

Collecté en 2000 Sur les Communes de Florentin-La Capelle, Montpeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il semblerait que le terme d'oelhas, désignant les brebis et peu fréquent en Rouergue, ait été remplacé par celui d'abelhas (abeilles). Ce mot oelhas a donné ouailles en français.

Les parodies du sacré sont calquées sur des matrices issues de la liturgie, en l'occurrence ici les “Lamentations de Jérémie”.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

EMILIE COSTES

née Vieillescazes en 1922 à Montpeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« Quand mon paire nasquèt,
Ieu ère aval, aval, al fons del camp, que laurave,
Pingère l’alaire a la botonièira,
E me'n anère de d'aval solelh levant,
Aquí me lo(gu)ère per gardar d’abilhes.
Un ser, quand anère claure,
Me trachère que me'n mancava una.
L’anère cercar, trobère sèt lops
Que me la manjavan.
I regaussère lo pi(g)asson
E lor davalère sèt quintaus de borra.
La borra prenguèt fuòc,
E me brutlèt lo pi(g)asson jusc’al margue.
Anère chas lo fabron,
Li di(gu)ère que me fa(gu)èsse un pi(g)asson.
Al luòc de me far un pi(g)asson,
Me fa(gu)èt una pescadoira.
Anère pescar,
Trobère una èga blanca,
I montère dessús,
E quand sia(gu)ère dessús,
Me trachère que garrelejava.
Davalère e agachère de qu’aviá,
E li trobère un plen bòl de favas cuèchas,
Mensa una qu’èra cruona.
La plantère al ras d'una pibola,
I m’endurmi(gu)ère,
E quand me desravilhère,
La fava sia(gu)èt tan nalta,
Coma la pibola. »
Quand mon père naquit…
« Quand mon père naquit,
Moi j’étais là-bas, là-bas, au fond du champ, en train de labourer,
Je suspendis l’araire à ma boutonnière,
Et je m’en allai vers le soleil levant.
Là, je me louai comme berger d’abeilles.
Un soir, quand j’allai les rentrer,
Je m’aperçus qu’il m’en manquait une.
J’allai la chercher, je trouvai sept loups
Qui me la mangeaient.
Je levai la hachette
Et je leur coupai sept quintaux de fourrure.
La fourrure prit feu,
Et brûla ma hachette jusqu’au manche.
J’allai chez le forgeron,
Je lui dis de me faire une hachette,
Au lieu de me faire une hachette,
Il me fit un outil de pêche.
J’allai pêcher,
Je trouvai une jument blanche,
Je montai dessus,
Et quand je fus dessus,
Je m’aperçus qu’elle boitait.
Je descendis et je regardai ce qu’elle avait,
Et je trouvai un plein bol de haricots cuits,
Sauf un qui était creux.
Je la plantai à côté d’un peuplier,
Je m’y endormis,
Et quand je me réveillai,
Le haricot était aussi haut
Que le peuplier. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...