Lo molin d'Ostrac e lo molin d'Òlt

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Florentin-La Capelle, St-Amans-des-Cots Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Quand on apportait son grain au moulin, on attendait généralement la fin de la mouture pour reprendre la farine. Jadis, c'est le meunier (molinièr) qui se déplaçait, généralement avec une mule (muòla).

On allait aussi au moulin pour faire écraser et presser les noix ou les pommes dont on faisait de l’huile ou du cidre.

Certains ont conservé l’essentiel de leur équipement jusqu’à nos jours.

Ethnotexte

JEAN TEYSSÈDRE

né en 1923, décédé en 2000.

Transcription

Occitan
Français
« Partiam lo matin per anar far mòlre lo blat e tornàvem lo ser. Ieu ère jove e i anave ambe mon paire, que aviá pas qu’una camba. Pels pòrcs, [d’a Florentinh] anàvem mòlre a Ostrac en anent a Sent-Amans, enlevavan pas lo bren. Al Molin d’Òlt, fasián de farina blanca, aval. Aquò èra renommat. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...