J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Fête universelle de l’inversion des rôles, lo carnaval ou caramentrant s’est toujours pratiqué en Rouergue.

Les jeunes gens se masquaient et passaient dans les maisons en chantant : “Adius paure Carnaval…”.

Ils buvaient avec une paille pour ne pas être reconnus et, comme en Barrez, despinjavan la saussissa.

Le cabretaire était souvent de la partie.

Pour se masquer on utilisait du charbon de bois, du miel et des plumes, de vieux petaces avec des orifices pour les yeux, le nez, la bouche…

Cette enquête a été faite par Jean-Pierre Cassagnes.

Ethnotexte

Marie COUDERC

née en 1901, décédée en 1993.

Transcription

Occitan
Français
« Carnaval, aimave pas aquò, ieu. Dempièi que avián fotuda una filha a l’aiga, aimave pas de veire aquelses masques. Sabètz que, les vesiái de luènh, ieu me rescondiái. E una pora, una pora que degús lo sabiá pas ! Pendent un parelh de còps, n’i a un o dos que venguèron, ieu ère en trenh de mólzer las vacas, atapère una forca e lor diguère que, se sortián pas lo masque, ieu les enforcave.
A Florentinh, las filhas se mascavan en òme e los òmes se metián en femna.Metián la rauba per se far pas conéisser. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...