La pastra del Cassanhard

Collecté en 2000 Sur les Communes de Florentin-La Capelle, St-Amans-des-Cots Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'histoire de l'enfant (ici une jeune bergère) dévoré par les loups dont on ne retrouve que les sabots au petit matin est assez répandue. Henri situe ce cas au Cassagnard, sur la commune de Florentin, une nuit de Noël.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRI BOSC

né en 1926 à Servoles de Saint-Amans.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra la pastra del Cassanhard que èra anada a la messa de mièjanuèch. E, coma totjorn, i aviá de lops, a-n-aquel temps. Bon, la pastra jamai s'amassava. Lo matins, di(gu)èron :
“Mès, aquela femna, de qué li es arribat, aquela filha ?”
E aquí, les Cassanhards, s'apelavan Bòsc, totjorn, aquò èra de familhas vièlhas, di(gu)èron :
“Nos cau anar veire de qu'es devenguda aquela pichona…”
Pensatz-vos, a cinc cents mèstres de l'ostau, trobèron pas que les esclòps e les efets. E l'avián manjada. Se(g)urament que tombèt o agèt por et voilà.L'avián manjada.
E aprèssa, les lops disparetèron, les cacèron, voilà. »
La bergère du Cassagnard
« C’était la bergère du Cassagnard qui était allée à la messe de minuit. Et, comme toujours, il y avait des loups, à cette époque. Bon, la bergère ne rentrait jamais. Le matin, ils ont dit :
“Mais, cette femme, que lui est-il arrivé à cette fille ?”
Et là, les habitants du Cassagnard, ils s’appelaient Bosc, toujours, c’était des vieilles familles, ils ont dit :
“Il nous faut aller voir ce qu’est devenue cette petite...”
Pensez-vous, à cinq cents mètres de la maison, ils n’ont trouvé que ses sabots et ses effets. Ils l’avaient mangée. Elle était sûrement tombée ou elle a eu peur et voilà. Ils l’avaient mangée.
Et ensuite, les loups ont disparu, ils les ont chassés, voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...