Lo pastre mescresent

Collecté en 2004 Sur les Communes de Flavin, Ste-Radegonde Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ERNEST COLOMB

né en 1945 à Flavin.

Transcription

Occitan
Français
« Se passava dins una parroèssa ont i aviá un pastre que coneissiá pas grand causa. Lo curat venguèt a passar aquí e li di(gu)èt :
“Di(g)a, mès te vese pas sovent a la messa…
– A ben di(g)a, ieu te coneisse pas res. Ai pas apres lo catechirme.”
Li di(gu)èt :
“Mès, se vòls, te poiriái aprene un bocin, au mens lo Pater perque lo Pater aquò's la prièra essenciala, aquò's la que nos a ensenhat Nòstre-Sénher.
– A ben se volètz, se volètz, se volètz, se cresètz… Oèi, e ben se volètz.”
Alara assagèt lo curat mès aquel òme aviá pas granda sovenença…
Di(gu)èt :
“Mès escota, vam far un afaire, vam prene las fedas, aquí, e la premièira, aquela d'aquí que la coneissètz bien, la vam apelar Pater, l'autra, aquela, Noster, e la trosièma, aquí, Qui es in cælis. Vam començar per aquelas tres e pièi ne metrem maissas.”
Alara :
“E ben d'acòrd : Pater, Noster, Qui es in cælis. Va plan. Va plan. Me'n deuriái sovenir…”
Pièi lo curat se'n va.
Un autre jorn, tornava passar al cap del camp, di(gu)èt :
“Ten, laissa-me anar veire lo pastre aval, s'a apres son Pater, au mens lo debut…”
I va e i ditz :
“Ten, e alara aquel Pater ? ,i ditz.
– E ben lo Pater, aquò va, aquò va. Pater amai Noster van bien, mès aquí Qui es in cælis caga mòl !” »
Le berger mécréant
« Ça se passait dans une paroisse où il y avait un berger qui ne savait pas grand chose. Le curé vint à passer là et il lui dit :
“Dis, mais je ne te vois pas souvent à la messe…
– Ah bien dis, moi je ne sais rien. Je n'ai pas appris le catéchisme.”
Il lui dit :
“Mais, si tu veux, je pourrais t'enseigner un peu, au moins le Pater car le Pater est la prière essentielle, c'est celle que nous a enseignée Notre-Seigneur.
– Ah bien si vous voulez, si vous voulez, si vous voulez, si vous croyez… Ouais, eh bien si vous voulez.”
Alors le curé essaya mais cet homme n'avait pas grande mémoire…
Il dit :
“Mais écoute, nous allons faire quelque chose, nous allons prendre les brebis, là, et la première, celle-ci que tu connais bien, nous allons l'appeler Pater, l'autre, celle-ci, Noster, et la troisième, là, Qui es in cælis. Nous allons commencer par ces trois et puis nous en ajouterons.”
Alors :
“Eh bien d'accord : Pater, Noster, Qui es in cælis. Ça va. Ça va. Je devrais m'en souvenir…”
Puis le curé s'en va.
Un autre jour, il repassait au bout du champ, il dit :
“Tiens, laisse-moi aller voir le berger là-bas, s'il a appris son Pater, au moins le début…”
Il y va et il lui dit :
“Tiens, et alors ce Pater ?, lui dit-il.
– Eh bien le Pater, ça va, ça va. Pater et Noster vont bien, mais là Qui es in cælis chie mou !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...