Amèn, per la coeta lo tenèm…

Collecté en 2004 Sur les Communes de Flavin, Ste-Radegonde Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les parodies du sacré sont calquées sur des matrices issues de la liturgie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ERNEST COLOMB

né en 1945 à Flavin.

Transcription

Occitan
Français
« Fasián :
“Amen,
Per la coeta lo tenèm,
Se nos escapa lo perdèm.”
Escaïssavan un pauc lo latin.
E aquò èra a las rogacions que fasián… Se passejavan dins los vilatges, fasián de processions. Sabe que nautres, al luòc de dire los oremus, fasiam :
“Te rabalas amb un bigòs.”
O alara :
“Te rosigaràs un òs.” »
Amen, par la queue nous le tenons…
« Ils faisaient :
“Amen,
Par la queue nous le tenons,
S'il nous échappe nous le perdons.”

Ils se moquaient un peu du latin.
Et c'était aux rogations qu'ils faisaient… Ils se promenaient dans les villages, ils faisaient des processions. Je sais que nous, au lieu de lire les oremus, nous faisions :
“Tu te traînes avec un bident.”
Ou alors :
“Tu te rongeras un os.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...