Lo Drap en anhèl

Collecté en 1997 Sur les Communes de Estaing, Sébrazac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Drac ou Drap est un personnage fantastique parfois farceur ou moqueur, souvent inquiétant. Il avait la faculté de se transformer en animal ou en objet. Esprit aquatique chez les Romains, on disait qu'il était le fils du Diable.

Cette histoire de l'ovin trouvé et transporté, se faisant de plus en plus lourd puis disparaissant, est très répandue. Nous en avons collecté de nombreuses versions en Rouergue.

Pierre emploie de verbe pauquilhar signifiant boire. Ce verbe vient de pauca qui est une mesure ancienne pour le vin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Pierre BRAS

né en 1910 à Foncayrade de Sébrazac.

Transcription

Occitan
Français
« Un vesin èra anat a la fièira d'Estanh, aval en bas. Aviá pauquilhat mès èra pas bandat. Mès aviá begut, a l'epòca, aimavan de biure un còp, atal, quand sortán.
Aviá un anhèl a l'estable que l'apasturava, un polit anhèl e, quand sia(gu)èt aval al fons de la davalada, aval al ras del Lòt, caliá que montèsse, pièi per montar aicí. Vegèt un anhèl, aval, anava èstre nuèch. Vegèt un anhèl que se passejava aval, e lo mème que lo siu. Di(gu)èt :
“Oooo… lo miu anhèl ! Mès de qu'a fach ? Es ponh aquí.”
Mès que l'anhèl voliá pas sègre. Assajava de lo sonar mès voliá pas sègre. Aviá crompat un pauc de pan e assagèt de li balhar un bri(g)alh de pan. Alara, l'anhèl, de tira, seguèt. Tant que lo pan durèt, l'anhèl seguiá mès, quand lo pan sia(gu)èt acabat, l'anhèl voliá pas plus sègre.
Alara di(gu)èt :
“De qué far ?”
Lo carguèt sus las espatlas e lo montèt.
E quand arribèt aquí, d'abans d'arribar al vilatge, a cent mèstres d'abans d'arribar, aquí, li pesava coma se portava sai pas de que… Lo pausèt aquí per tèrra per far una pausa e l'anhèl li di(gu)èt :
“Pausa-me aquí Forduadèl !”
Aquò disparetèt, vegèt pas res plus.
Aquò èra lo Drap que s'èra virat en anhèl. Et voilà. »
Le Drap transformé en agneau
« Un voisin était allé à la foire d’Estaing, là-bas. Il avait bu, mais il n’était pas soûl. Mais il avait bu, à l’époque, ils aimaient boire un coup, comme ça, quand ils sortaient.
Il avait un agneau à l’étable qu’il nourrissait, un joli agneau et, quand il fut là-bas, au fond de la descente, là-bas au bord du Lot, il fallait qu’il monte ensuite pour venir ici. Il vit un agneau, là-bas, il allait faire nuit. Il vit un agneau qui se promenait là-bas, et le même que le sien. Il dit :
“Oh... mon agneau ! Mais qu’est-ce qu’il a fait ? Il est bien là.”
Mais l’agneau ne voulait pas suivre. Il essayait de l’appeler mais il ne voulait pas suivre. Il avait acheté un peu de pain et il essaya de lui donner un peu de pain. Alors, l’agneau, de suite, suivit. Tant qu’il eut du pain, l’agneau suivait mais, quand le pain fut fini, l’agneau ne voulait plus suivre.
Alors il dit :
“Que faire ?”
Il le chargea sur ses épaules et il le monta.
Et quand il arriva là, avant d’arriver au village, à cent mètres avant d’arriver, là, il lui pesait comme s’il portait je ne sais quoi... Il le posa par terre pour faire une pause et l’agneau lui dit :
“Pose-moi là Forduadel !”
Ça disparut, il ne vit plus rien.
C’était le Drap qui s’était transformé en agneau. Et voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...