Descas e boirèls

Collecté en 1997 Sur la Commune de Espeyrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Léon fabriquait des panièrs carrejadors ou descas pour vendanger (vendinhar, vendemiar), ainsi que des paniers en bois appelés boirèls.

La desca se portait sur les épaules, soutenue par un coussin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Léon (Alfred) SERVIÈRES

né en 1918 à La Grave d'Espeyrac, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò's un panièr per portar de rasims de la vinha, una desca. Aquò's una desca, qu'apelàvem aquò dins lo temps. E cad'an, cad'an quauqu'un me'n demandava quauqu'una per faire, d'aquelas descas.
Alara per far aquelas descas, partiái pels bòsces, portave dos pesals coma aquò, d'aquela grossor, d'un mèstre cinquanta, portave siès barrols d'aquela grossor. Sièis… Non… Oèi… Ne fotiái vint-a-quatre. Oèi, sièis… Sièis barrols. Alara les fendiái en quatre e aquò fasiá vint-a-quatre costons. E portave vint barrols d'aquela longor, d'un mèstre, un mèstre cinquanta de lòng. Les fendiái en quatre, levave les costats, les quatre costats. Alara les vint me fasián quatre-vints li(g)as. Ambe quatre-vints li(g)as e los vint-a-quatre costons, arribave a far la desca.
Fotiái tot aquò al forn e o fendiái tot al còp, al forn. Caufave lo forn, fotiái tot aquò dins lo forn e, aprèssa, me caliá preparar lo boès.
Me caliá far la desca mès caliá comptar un parelh de jorns per far aquela puta de desca. E vendiam aquò cinquanta francs, d'aquel moment. Èra pas coma uèi. Ara, aquò's cinquanta mila mès alara aquò èra cinquanta francs. Aquò se passava atal.
Mès cad'an, cad'an, ne fasiái una o doas. A la sason de vendinhar totjorn me comandavan de descas. Sabètz que, s'èran totas ensemble, benlèu n'i auriá mai de cent, qu'aviái facha dins ma vida !
Fasiái mai aquò que les boirèls.
Avián un coissin sus l'esquina. Aquí !
Aquò's de panièrs de boès, les boirèls. Ne fasiái atanben quauqu'uns per vendinhar atanben mès pas tant coma de descas. Les boirèls, les fasiái lo ser-mème. Fendiái lo boès e fasiái lo boirèl lo ser-mème, aquò èra pas parelh. »
Descas et boirèls
« C’est un panier pour porter des raisins de la vigne, une desca. Nous appelions ça une descadans le temps. Et tous les ans, tous les ans quelqu’un me demandait d’en faire une, de ces descas.
Alors pour faire ces descas, je partais dans les bois, je portais deux jeunes pousses comme ça, de cette grosseur, d’un mètre cinquante, je portais six bouts de bois de cette grosseur. Six... Non... Oui... J’en mettais vingt-quatre. Oui, six... six bouts de bois. Alors, je les fendais en quatre et ça faisait vingt-quatre armatures. Et je portais vingt bouts de bois de cette longueur, d’un mètre, un mètre cinquante de long. Je les fendais en quatre, j’enlevais les côtés, les quatre côtés. Alors les vingt me faisaient quatre-vingt liens. Avec quatre-vingt liens et les vingt-quatre armatures, j’arrivais à faire la desca.
Je mettais tout ça au four et je fendais tout à la fois, au four. Je chauffais le four, je mettais tout ça dans le four et, ensuite, il me fallait préparer le bois.
Il me fallait faire la descamais il fallait compter une paire de jours pour faire cette satanée desca. Et nous vendions ça cinquante francs, à cette époque. Ce n’était pas comme aujourd’hui. Maintenant, c’est cinquante mille mais alors c’était cinquante francs. Ça se passait comme ça.
Mais tous les ans, tous les ans, j’en faisais une ou deux. À la saison des vendanges, ils me commandaient toujours des descas. Vous savez que, si elles étaient toutes ensemble, il y en aurait peut-être plus de cent, que j’ai faites dans ma vie !
Je faisais plus ça que les boirèls.
Ils avaient un coussin sur le dos. Là !
Ce sont des paniers en bois, les boirèls. J’en faisais aussi quelques-uns pour vendanger aussi mais pas autant que des descas. Les boirèls, je les faisais le soir-même. Je fendais le bois et je faisais le boirèlle soir-même, ce n’était pas pareil. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...