Vacada Rames de La Teula (Espaliu)

Collecté en 2005 Sur la Commune de Espalion Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre.

La vacada de la famille Rames monte au masuc de Puèg-Cremat, près du village d'Aubrac. Il s'agit ici de la transhumance 2005.

Le beau poème récité par Simone Anglade, "La montada de las vacas", a été écrit par le comte Bernard d’Armagnac (1837-1924) en langue occitane. La famille d’Armagnac était propriétaire du Puech, sur la commune de Curières, mais aussi de la ferme caussenarde de Séveyrac, près de Bozouls.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Transcription

Occitan
Français
« Alara, La montada de las vacases estat escrich pel còmte Bernard d'Armagnacqu'èra de Castanet e s'es maridat amb una filha que èra de Sant-Cosme, la familha Fraissinós. Donca, aquela Montada de las vacas,l'a escricha dins las annadas 1880. Racònta la montada de las vacas coma se fasiá dins lo temps. En fèt, a pas prés una rida, parce que, quand las vacas mòntan al mes de mai, aquò se passa coma el o explica dins lo temps, es a dire tota l'efervescença que i a per preparar las vacas, quand parton de l'estable, pièissa que caminan e que arriban a la montanha. Aquò se passa coma o ditz.
Aquelas que acompanhe cada annada, aquò son las de Ramas de La Tiula, al ras d'Espaliu, e elses las mòntan jusca la montanha de Puèg-Cremat.

“Totas las vacas esquiladas,
Estrilhadas e pomponadas
E lo taurèl enribantat,
En quitent l’estable bramavan.
Los domestiques renegavan,
De tot costat los cans japavan
E los gals ajocats cantavan
En entendent aquel Sabbat.
La Domaisèla e la Pijona,
E la Caçaira e la Popona,
Pòrtan sus la tèsta un drapèu
Estacat e quilhat val cièl.
La Virondèla e la Rambalha,
La Capitèna e la Moscalha,
Un floquet de plumas de gal.
La Calha, l’Armèla, l’Amora
E la Colomba e la Pastora,
Al còl, an caduna un sonal.
Mès, la liurèia la pus bèla,
L’an gardada per la Pomèla.
Pomèla es la flor del tropèl.
Es franqueta com’un anhèl,
A la bana bien relevada,
Lo frònt large, lo pè pichon,
E lo pièch pus fin que de velós,
E, quand es bien escardussada,
Lusís coma s’èra daurada.
Lo cantalés n’es amorós,
Li passa la man sus l’esquina,
La flata, l’apèla “coquina”,
Tot còp li fa mème de potons.
A ! la liurèia la pus bèla,
L’an gardada per la Pomèla !
En anent totjorn al grand pas,
Traversan tot aquel campèstre
Mès, al coide que fa la rota,
D’ont la montanha se vei tota,
La Taissa, l’Amètla e la Pola
Arrèstan lor marcha un moment
E viran lo cap deval vent.
De la sistra, de la fribola
De l'Aubrac davala la sentor,
E sul camin grand la vacada,
Pecaire ! brama de sabor
Quand arriba quauqua ventada,
Que s’es enamont embaumada,
En passent sus la glèva en flor.”

La pausa de Salgas, aquò's los tripons. Aquò's per aquelses que… Los tripons o los escargòls, aquò's per aquelses que acompanhan las vacas.

– La borrèia se dançava per las nòças e, cada dimenge, anàvem dançar. E las filhas se batián per nos far dançar !
Un còp èra, montàvem a pè. La darrièira montada que fa(gu)ère, fasiá una calor ! Los vedèls crebavan de calor… Los calguèt cargar sus de carretas de boès tiradas per de chavals. E, quand arribèrem a la montanha, anàvem a Calmejana, quand sia(gu)èrem a Calmejana, montèrem lo pargue pels vedèls, metèrem los vedèls dedins e, lo lendeman matin, nos desrevelhèrem amb vint centimèstres de nèu !
Montàvem de Boaso dins l'Avairon e montàvem lo mème jorn d'a Boaso a Calmejana.
– E vos, sètz estat cantalés ?
– Oui,per fòrça. E sabètz per de qué ?
– Non.
– Parce que soi estat prisonièr… Soi estat prisonièr dos còps, ieu, pendent la guèrra. Me soi evadat dos còps. E, un còp evadat, me dessalèron (?), dins lo país, quand arribère chas ieu. Me dessalèron (?) e, heureusement,me sauvère abans que los Alemands venguèsson me ramassar. E, per me cachar, venguère far de fromatge a Calmejana al pè d'Aubrac. Voilà.
Un jorn, ère en trenh de mólzer una vaca, ère en trenh de tirar lo lach, e una polida filha me tustèt sus l'espatla. Me di(gu)èt :
“Aquò's pas tròp dur, aquò, mossur ?”
Li di(gu)ère :
“Si mès cal qu'aquò se faga…”
Total, résultat,aquò sia(gu)èt la miá femna pus tard !

– L'èrba es bona a Sant-Cosme ! A mès lo monde ara las an pus bravas que dins lo temps ! Ai perduda la femna, non ? Volètz venir biure quicòm, que vos pague quicòm ? Sèm pas riches mès avèm per…
– Volètz que vo'n prèste un pauc ?
– A ben, benlèu !

– Soi estat pastre al Pesquièr-Bas, chas Germaine.
– Pendent quant de temps ?
– Dos ans. Aquò èra un mestièr un pauc dur mès o fasiam, d'aquela epòca, oui.
– Es que, de còps que i a anàvetz dançar la borrèia ?
– D'aquela epòca, oui,de còps i anàvem, a-z-Aubrac. I aviá bal presque cada ser. A ! aimavan bien de dançar la borrèia e la valsa, oui.

– La carreta e las ègas, aquò èra per menar la prumièira merchandisa al masuc, per menar la prumièira merchandisa per s'alimentar. I a la pèça de lard, aquí, i a lo pan, e lo barralon del vin, aquò èra pas tolerat. E i aviá lo sac de trufes e de lard bien rance. Aquò èra per començar de far la sopa lo prumièr jorn. E pièi fasián coma podián. De còps, lo patron lor balhava doas polas per avure los uòus la prumièira setmana. Mès, dèsque molzián pièi aprèssa se noirissián ambe de lach, de lach e de burre. Mès avián pas lo drech de manjar de forma.
– I aviá pas de vin ?
– Avián pas de vin, non, non, non. Aquò èra elses que lo se pagavan. E passavan presque tota la sason, del vint-a-cinc de mai al tretze d'octobre sans tornar davalar dins las familhas. Saufaquel qu'èra maridat apr'aquí, mès caliá que marchèsson a pè, dabans que i agèssa las bicicletas. Pièi n'i a que crompèron una bicicleta. E de còps davalavan un còp per mes o dos còps per mes, mès los altres, non. Ara lo rol davalava pas jamai. El, caliá que demorèsse tot lo temps amont per gardar los vedèls o las vacas.

– La fasètz cad'an la montada, coma aquò ?
– Cad'an, oui,la fasèm.
– L'endeman, quand mème, aquò diu tirar un bocin…
– A pas bien. Aquò fa de ben a las cambas !

– A ben, la raça, aquò's la raça d'Aubrac. Aicí, i a pas qu'aquò, en principe. Aquí n'i a cinquanta-tres mès n'i a soassanta que son montadas dins lo Cantal. Ieu, ai crompat a-z-Aubrac e l'enfant a crompat a Sent-Projet de Salèrs dins lo Cantal.
– Per çò que, dins vòstra familha montàvetz pas abans ? I aviá pas de…
– E ben, lo pèra ni montava pièi i agèt la fièbre aftusa en 56, 54-56 e totas las vacas demorèron a-z-Aubrac e aviam arrestat. Tornèrem reprene en 65. Ara ai crompada aquela devesa e montam chas naltres.

– Ieu tròbe que Nòstre-Sénher nos a plan aimats, n'a plorat. Aquesta nuèch, aqueste matin a plògut per montar a la montanha e ara fa polit temps.

– Los vedèls, qu'elses mòntan en camion, retròban las vacas. Aquò's un grand moment de la transumença, quand las vacas tròban los vedèls.
Enlevan las campanas e pièissa las vacas contunhan tranquilament jusca la montanha, a la tombada de la nuèch.
“Quand tota la vacada ambe fòrce brams
Es passada,
Joan fa lo signe de crotz e ditz :
A Vièrja de Montpeirós,
Nòstra-Dama,
Preservatz-nos,
Al nom de Dius,
De tot domatge,
De las malautiás,
De l'auratge,
Del lop a la mala dent.
Donatz-nos un bon estivatge,
Que posquèm far un pauc de fromatge
E que lo mèstre siague content.”

– En 54, vint-e-un emploiats a taula lo vint-a-cinc de mai.
– A lo vint-a-cinc de mai pièi après demoravan pas…
– Per la sason.
– Per la sason ?
– Per la sason !
– Mès quantas de vacas avián a mólzer ?
– Cinc a La Pala, cinc al Teron, cinc a Puèg-Cremat.
– Òc ben ! I aviá de masucs un pauc pertot.
– E la bòria.
– A d'acòrdi. E la bòria virava pas que pendent l'estiu… L'ivèrn èra barrada.
– E ? Non pas ! Mès es dubèrta encara ! »
Troupeau de la famille Rames de Latieule (Espalion)
« Alors, La montée des vaches a été écrit par le comte Bernard d’Armagnac qui était de Castanet et qui s’est marié avec une fille qui était de Saint-Côme, la famille Frayssinous. Donc, cette Montée des vaches, il l’a écrite dans les années 1880. Il raconte la montée des vaches comme elle se faisait dans le temps. En fait, ça n’a pas pris une ride, parce que, quand les vaches montent au mois de mai, ça se passe comme il l’explique dans le temps, c’est-à-dire toute l’effervescence qu’il y a pour préparer les vaches, quand elles partent de l’étable, puis quand elles marchent et qu’elles arrivent à la montagne. Ça se passe comme il le dit.
Celles que j’accompagne tous les ans, ce sont celles de Rames de Latieule, à côté d’Espalion, et eux ils les montent jusqu’à la montagne de Puech-Crémat.

“Toutes les vaches équipées de cloches,
Étrillées et pomponnées
Et le taureau enrubanné,
En quittant l’étable beuglaient.
Les domestiques juraient,
De tout côté les chiens jappaient
Et les coqs couchés chantaient
En entendant ce Sabbat.
La Domaisèlaet la Pijona,
Et la Caçairaet la Popona
Portent sur la tête un drapeau
Attaché et dressé vers le ciel.
La Virondèlaet la Rambalha,
La Capitènaet la Moscalha,
Un fleuron de plumes de coq.
La Calha, l’Armèla, l’Amora
Et la Colombaet la Pastora,
Au cou, ont chacune une sonnaille.
Mais, la livrée la plus belle,
Ils l’ont gardée pour laPomèla.
Pomèlaest la fleur du troupeau.
Elle est douce comme un agneau,
Elle a les cornes bien relevées,
Le front large, le pied petit,
Et le pis plus fin que du velours,
Et, quand elle est bien parée,
Elle brille comme si elle était dorée.
Le cantalésen est amoureux,
Il lui passe la main sur le dos,
Il la caresse, il l’appelle “coquine”,
Parfois, il lui fait même des baisers.
Ah ! la livrée la plus belle,
Ils l’ont gardée pour Pomèla !
En allant toujours au grand pas,
Ils traversent toute cette campagne
Mais, au coude que fait la route,
D’où toute la montagne se voit,
La Taissa, l’Amètlaet la Pola
Arrêtent leur marche un moment
Et tournent la tête vers le vent.
Du fenouil de montagne, du thym
De l’Aubrac descend la senteur,
Et sur le grand chemin le troupeau,
Le pauvre ! meugle d'envie,
Quand arrive quelque rafale,
Qui s’est là-haut embaumée,
En passant sur la glèbe en fleur.”

La pause de Salgues, c’est les tripous. C’est pour ceux qui... Les tripous et les escargots, c’est pour ceux qui accompagnent les vaches.

– La bourrée se dansait pour les noces et, tous les dimanches, nous allions danser. Et les filles se battaient pour nous faire danser !
Autrefois, nous montions à pied. La dernière transhumance que j’ai faite, il faisait une chaleur ! Les veaux crevaient de chaud... Il a fallu les charger sur des charrettes en bois tirées par des chevaux. Et, quand nous sommes arrivés à la montagne, nous allions à Cammejane, quand nous avons été à Cammejane, nous avons monté le parc des veaux, nous avons mis les veaux dedans et, le lendemain matin, nous nous sommes réveillés avec vingt centimètres de neige !
Nous montions de Bozouls dans l’Aveyron et nous montions le même jour de Bozouls à Cammejane.
– Et vous, vous avez étécantalés ?
– Oui, par force. Et vous savez pourquoi ?
– Non.
– Parce que j’ai été prisonnier... J’ai été prisonnier deux fois, moi, pendant la guerre. Je me suis évadé deux fois. Et, une fois évadé, on m’a dénoncé, dans le pays, quand je suis arrivé chez moi. Ils m’ont dénoncé et, heureusement, je me suis sauvé avant que les Allemands viennent me ramasser. Et, pour me cacher, je suis venu faire du fromage à Cammejane au pied d’Aubrac. Voilà.
Un jour, j’étais en train de traire une vache, j’étais en train de tirer le lait, et une jolie fille m’a tapé sur l’épaule. Elle m’a dit :
“Ce n’est pas trop dur, ça, monsieur ?”
Je lui ai dit :
“Si mais il faut le faire...”
Total, résultat, ça a été ma femme plus tard !

– L’herbe est bonne à Saint-Côme ! Ah mais les gens maintenant en ont des plus grosses que dans le temps ! J’ai perdu ma femme, non ? Vous voulez venir boire quelque chose, que je vous offre quelque chose ? Nous ne sommes pas riches mais nous avons de quoi...
– Vous voulez que je vous en prête un peu ?
– Eh bien, peut-être !

– J’ai été pastreau Pesquier-Bas, chez Germaine.
– Pendant combien de temps ?
– Deux ans. C’était un métier un peu dur, mais nous le faisions, à cette époque, oui.
– Est-ce que, parfois, vous y alliez danser la bourrée ?
– À cette époque, oui, parfois nous y allions, à Aubrac. Il y avait un bal presque tous les soirs. Ah ! ils aimaient bien danser la bourrée et la valse, oui.

– La charrette et les juments, c’était pour apporter la première marchandise au masuc, pour apporter la première marchandise pour s’alimenter. Il y a la pièce de lard, là, il y a le pain, et le tonneau de vin, ce n’était pas toléré. Et il y avait le sac de pommes de terre et de lard bien rance. C’était pour commencer de faire la soupe le premier jour. Et ensuite ils faisaient comme ils pouvaient. Parfois, le patron leur donnait deux poules pour avoir des œufs la première semaine. Mais, dès qu’ils trayaient ensuite ils se nourrissaient avec du lait, du lait et du beurre. Mais ils n’avaient pas le droit de manger de la fourme.
– Il n’y avait pas de vin ?
– Ils n’avaient pas de vin, non, non, non. C’était eux qui se le payaient. Et ils passaient presque toute la saison, du vingt-cinq mai au 13 octobre sans redescendre dans leurs familles. Sauf celui qui était marié par là, mais il fallait qu’ils marchent à pied, avant qu’il y ait les bicyclettes. Puis il y en a qui ont acheté une bicyclette. Et parfois ils descendaient une fois par mois ou deux fois par mois, mais les autres, non. Par contre, le rolne descendait jamais. Lui, il fallait qu’il reste tout le temps en haut pour garder les veaux ou les vaches.

– Vous faites la transhumance tous les ans, comme ça ?
– Tous les ans, oui, nous la faisons.
– Le lendemain, quand même, ça doit tirer un peu...
– Oh pas trop. Ça fait du bien aux jambes !

– Eh bien, la race, c’est la race d’Aubrac. Ici, il n’y a que ça en principe. Là il y en a cinquante-trois, mais il y en a soixante qui sont montées dans le Cantal. Moi, j’ai acheté à Aubrac et mon fils a acheté à Saint-Projet de Salers dans le Cantal.
– Parce que, dans votre famille, vous ne montiez pas avant ? Il n’y avait pas de...
– Eh bien, mon père en montait puis il y a eu la fièvre aphteuse en 56, 54-56 et toutes les vaches sont restées à Aubrac et nous avions arrêté. Nous avons repris en 65. Maintenant, j’ai acheté cette montagne et nous montons chez nous.

– Je trouve que Notre-Seigneur nous a bien aimés, il en a pleuré. Cette nuit, ce matin il a plu pour monter à la montagne et maintenant il fait beau temps.

– Les veaux, qui eux montent en camion, retrouvent les vaches. C’est un grand moment de la transhumance, quand les vaches retrouvent les veaux.
Ils enlèvent les cloches et ensuite les vaches continuent tranquillement à travers la montagne, à la tombée de la nuit.

“Quand tout le troupeau avec beaucoup de beuglements
Est passé,
Jean fait le signe de croix et dit :
Ah, Vierge de Montpeyroux,
Notre-Dame,
Préservez-nous,
Au nom de Dieu,
De tout dommage,
Des maladies,
De l’orage,
Du loup à la mauvaise dent.
Donnez-nous une bonne estive,
Que nous puissions faire un peu de fromage
Et que notre maître soit content.”

– En 54, vingt et un employés à table le 25 mai.
– Ah, le 25 mai puis ensuite ils ne restaient pas...
– Pour la saison.
– Pour la saison ?
– Pour la saison !
– Mais combien de vaches avaient-ils à traire ?
– Cinq [employés] à la La Pale, cinq au Théron, cinq à Puech-Crémat.
– Oui ! Il y avait des masucs un peu partout.
– Et la ferme [Montorzier].
– Ah d’accord. Et la ferme qui ne travaillait que pendant l’été... L’hiver elle était fermée.
– Hein ? Non ! Mais elle est ouverte encore ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...