Lo fabre de Lassots

Collecté en 1997 Sur les Communes de Espalion, Flavin, Lassouts, Pont-de-Salars Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Maître du fer et du feu, le forgeron (fabre) était un artisan indispensable à la vie rurale puisqu’il fabriquait et réparait les outils, ferrait et soignait les bêtes et rendait mille et un services à tous.

En Rouergue, il était à la fois forgeron, maréchal, taillandier et vétérinaire.

Les parents de Roger sont venus s'installer à Lassouts en 1928. Ils venaient de Flavin, sur le Lévézou.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROGER LAQUERBE

né en 1931 à Lassouts.

Transcription

Occitan
Français
« Fa calor aquí davant, di(g)a !
A ! soi nascut aicí. Los parents èran pas d'aicí, èran de Flavinh. E venguèron… Lo paure pèra venguèt aicí coma fabre et voilà. Ieu soi nascut… Soi pas nascut dins aquela farga mès soi nascut dins lo vilatge. E venguèt aicí en 28. En 28, lo mes de… Sai pas… Vegère lo papièr encara. S'èra declarat a la Cambra dels Mestièrs coma fabre.
Lo conflet veniá d'a Pònt de Salars, ambe l'encutge. Aquò èra un fabre que èra mòrt e la viusa vendèt.
Sabètz que aquò's un mestièr que se pèrd. N'i a pas plusses. I a pas degús per t'asu(g)ar aquelses afaires. Non, non, non, non. Ni una piòcha, ni un fessor, ni…
A ! Macarèl !
Mès sabètz que, quand començave lo matin jusc'al ser e que fasiá calor atal, e ben… Miladiu !
Pièi farràvem las ròdas atanben, las ròdas de carri, rechaustràvem, qu'èran tròp bèlses, lo boès se secada, èra tròp bèl alara, amb una refolusa, los sarràvem de mesura.
Mès lo bresièr… Lo bresièr, lo pilavan. Lo pilavan bien, aquí. Alara, pels aisses de carreta, quand èran tròp lòngs, los corchavan e bot per bot, aquí. E, quand aquò bolhissiá, quand vesián d'endòlvas, i trasián lo bresièr, aquí, e pièi un de cada costat, e a la refolusa. Aquò se li(g)ava aquí coma… Mès sabes que caliá far vite ! E pièi, lo paure pèra, se lopàvas, e ben, cridava…
Pièi, après, venguèt la placa a sòudar. La placa a sòudar que sòudava… Lo fèrre èra pas plan bon alara fa que li caliá quicòm entremièg per dire qu'aquò cole. E, dins la placa a sòudar, i a de veire, i a d'erams, sai pas de qué mai… De veire pilat e d'erams. Ten, los erams se veson.
Per asu(g)ar, aquò's pas res mès aquò's la trempe, parce que, se lo trempatz pas, o se lo trempatz tròp viu, peta, coma de veire. E se lo trempatz pas tròp, se molesís.
Lo vau daissar efregir e pièi lo tremparai. Et voilà.
I a un pauc d'acièr, aquí. Aquò… Cal qu'i age un bocinon d'acièr parce que, se i aviá pas que de fèrre, aquò s'estorceriá.Oui, i a d'acièr.
Per sòudar d'aisses de carreta, los sòudàvem ambe de bresièr mès, dins lo temps, lo fèrre èra bon. Aquò èra pas coma ara. Ara i a de tot dins aquel fèrre, i a de fonta, i a d'acièr… Tandis qu'aquí aquò èra juste que de fèrre. Lo crompàvem a Espaliu, i aviá un merchand de fèrre. Mès el lo fasiá venir de sai pas d'end ont. Las minas de fèrre, sai pas end son. Per contra, lo carbon veniá del Nòrd. Aicí, avèm de minas, i a una mina aquí mès val pas res, aquel carbon. Aquò fa de cendres e pas mai.
Pièi fasiam de fèrres de buòus. Ambe dos fèrres d'èga, ne fasiam un nòu, dos vièlhs. Los plegàvem un dins l'altre e los fasiam bolhir. Et voilà. E un picava a la massa, aicí, picava, et allez, et allez… Un amb aquel e l'altre… E caliá pas que los martèls se crosèsson. Ça que là, te fotiás aquò pel cap !
Traucàvem amb aquò, començàvem, e pièi amb un ponchon ponchut, acabàvem de lo far passar, que lo clavèl dintrèssa dins lo truc.
Los buòus, que aviam d'ebauchas qu'apelavan aquò, aquò èra un trucplate e alara lo caliá traucar… Ieu crese que l'ai vist encara aquel afaire, aquí…
Lo molinièr portava aquò dins un sac, los cotèls del molin, e los asu(g)àvem. Mès que lo caliá far de suita que o tornava prene en parti(gu)ent, que demorava pas en pana del molin. Per pas que asu(g)ar los… Passàvem a la farga et voilà. »
Le forgeron de Lassouts
« Il fait chaud là devant, dis !
Je suis né ici. Mes parents n’étaient pas d’ici, ils étaient de Flavin. Et ils sont venus... Mon pauvre père est venu ici comme forgeron et voilà. Je suis né... Je ne suis pas né dans cette forge mais je suis né dans le village. Et il est venu ici en 28. En 28, au mois de... Je ne sais pas... J’ai vu le papier. Il s’était déclaré à la Chambre des Métiers comme forgeron.
Le soufflet venait de Pont de Salars, avec l’enclume. C’était un forgeron qui était mort et sa veuve a tout vendu.
Vous savez que c’est un métier qui se perd. Il n’y en a plus. Il n’y a personne pour aiguiser ces outils. Non, non, non, non. Ni une pioche, ni une houe, ni...
Ah !Macarèl !
Mais vous savez que, quand je commençais le matin jusqu’au soir et qu’il faisait chaud comme ça, eh bien... Mille dieux !
Puis nous ferrions les roues aussi, les roues de char, nous les rechaussions, les cercles étaient trop grands, le bois séchait, le cercle était trop grand alors, avec une refouleuse, nous les ajustions.
Mais le grès... Ils pilaient le grès. Ils le pilaient bien, là. Alors, pour les essieux de charrette, quand ils étaient trop longs, ils le raccourcissaient et bout par bout, là. Et, quand c’était chaud, quand ils voyaient des étincelles, ils mettaient le grès, là, et puis un de chaque côté, et à la refouleuse. Ça se liait là comme... Mais tu sais qu’il fallait faire vite ! Et puis, mon pauvre père, si tu loupais, eh bien, il criait...
Puis, ensuite, est arrivée la plaque à souder. La plaque à souder qui soudait... Le fer n’était pas bien bon alors ça fait qu’il fallait quelque chose au milieu pour que ça colle... Et, dans la plaque à souder, il y a du verre, il y a du fil de fer, je ne sais quoi d’autre... Du verre pilé et du fil de fer. Tiens, le fil de fer se voit.
Pour aiguiser, ce n’est rien mais c’est la trempe, parce que, si vous ne le trempez pas, ou si vous le trempez trop chaud, il pète comme du verre. Et si vous ne le trempez pas assez, il ramollit.
Je vais le laisser refroidir et puis je le tremperai. Et voilà.
Il y a un peu d’acier, là. Ça... Il faut qu’il y ait un peu d’acier parce que, s’il n’y avait que du fer, ça se tordrait. Oui, il y a de l’acier.
Pour souder des essieux de charrette, nous les soudions avec du grès mais, dans le temps, le fer était bon. Ce n’était pas comme maintenant. Maintenant, il y a de tout dans ce fer, il y a de la fonte, de l’acier... Tandis que là ce n’était que du fer. Nous l’achetions à Espalion, il y avait un marchand de fer. Mais lui, il le faisait venir de je ne sais où. Je ne sais pas où sont les mines de fer. Par contre, le charbon venait du Nord. Ici, nous avons des mines, il y a une mine là mais ce charbon ne vaut rien. Il fait des cendres et pas plus.
Puis, nous faisions des fers de bœufs. Avec deux fers de jument, nous faisions un neuf, deux vieux. Nous les pliions l’un dans l’autre et nous les faisions chauffer. Et voilà. Et un tapait à la masse, ici, il tapait, et allez, et allez... Un avec celui-là et l’autre... Il ne fallait pas que les marteaux se croisent. Sinon, tu te mettais ça par la tête !
Nous percions avec ça, nous commencions, et puis avec une pointe pointue, nous finissions de le faire passer, pour que le clou rentre dans le truc.
Les bœufs, nous avions des ébauches comme nous disions, c’était un truc plat et alors il fallait le percer... Je crois que je l’ai vu encore cet outil, là...
Le meunier portait ça dans un sac, les poinçons du moulin, et nous les aiguisions. Mais il fallait le faire de suite parce qu’il les reprenait en partant, il ne restait pas en panne au moulin. Seulement pour aiguiser les... Nous passions à la forge et voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...