La molza al pargue

Collecté en 1998 par IOA Sur les Communes de Espalion, St-Chély-d'Aubrac, St-Côme-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Sur l'Aubrac l'équipe type des buronniers (montanhièrs) était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Le parc était composé de claies (las cledas) ramées (ramadas) et de claies nues (cledas de tavèlas). On le changeait de place pour amender la terre et pour protéger les bêtes du vent, notamment au moment de la traite. Dans le temps, il servait aussi à protéger les veaux des attaques de loups. En général, le parc avait trois compartiments : un megièr et deux cornièrs.

La traite (molza) des vaches avait lieu deux fois par jour, matin et soir.

Avant la traite, le vedelièr et le rol laissaient téter un peu le veau (amairar ou mairejar, de maire : mère) puis ils l'attachaient à la patte antérieure de sa mère (cambilhar). Le cantalés et le pastre commençaient alors à traire (mólzer). Ce leurre permettait à la vache de délivrer son lait. Petit à petit on laissait de moins en moins de lait au veau.

On trayait, assis sur un tabouret à pied unique (sèla, selon) attaché à la ceinture (cencha), dans des seaux (farrats) de 20 litres que l’on allait vider dans un grand récipient également en bois appelé gèrla.

Ethnotexte

Léon BONAL

né en 1943 à Biounac d'Espalion.

Transcription

Occitan
Français
« Lo pastre o lo rol, tota la jornada, èran darrèr las vacas. La nuèch, metián los vedèls dins lo pargue e las vacas se sarravan. Lor metián un pauc de fen al pargue per los far venir, juste per lor far tastar. Aquò èra de fen que crompavan sus plaça. Molzián matin e ser.
Estacavan lo vedèl a la vaca per mólzer la vaca. Lo vedèl, lo fasián mairejar o amairar qu’apelavan, per far rèdre, per far donar lo lach a la vaca. Quand vesián que la vaca balhavan lo lach, estacavan lo vedèl a la camba de la vaca amb un cordèl e molzián. Pièi, lo vedèl tirava lo pauc de lach que demorava. Los vièlhs disián que lo vedèl netejava lo pièch de la vaca. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...