Las vèspras de Golinhac

Collecté en 1997 Sur les Communes de Entraygues-sur-Truyère, Estaing, Golinhac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les chants satiriques sont généralement calqués sur des matrices issues de la liturgie.

Il s'agit ici de vêpres facétieuses. Elles sont anciennes puisqu’au début du XXe siècle on en connaissait une version publiée dans le recueil de La Bourrée sous le nom de "Vèspras del Falgós".

Généralement, les vêpres facétieuses se terminent par une pirouette donnant à penser que l'attitude du fils sera en fait pire que celle de ses parents.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Denise CAMMAS

née Quintard en 1927 à Estaing.

Transcription

Occitan
Français
« Di(g)a-me, di(g)as tu mon amic,
Traïna malur, caça-profit,
End menaràs-tu la tiá femna,
Quand l'auràs aicí ?

– Dins un polit castèl, mon paire, ma maire,
Pensariatz-vos,
Que la menariái dins un vièlh secador,
Coma fasquèretz vos !

– Di(g)a-me, di(g)as tu mon amic,
Traïna malur, caça-profit,
Ambe de qué vestiràs-tu la tiá femna,
Quand l'auràs aicí ?

– Amb una polida rauba, mon paire, ma maire,
Pensariatz-vos,
Que li metriái un tròç de manta,
Coma fasquèretz vos !

– Di(g)a-me, di(g)as tu mon amic,
Traïna malur, caça-profit,
Ambe de qué calçaràs-tu la tiá femna,
Quand l'auràs aicí ?

– Amb un polit parelh de solièrs, mon paire, ma maire,
Pensariatz-vos,
Que li metriái un parelh d'esclòps,
Coma fasquèretz vos !

– Di(g)a-me, di(g)as tu mon amic,
Traïna malur, caça-profit,
Ambe de qué onoraràs-tu la tiá femna,
Quand l'auràs aicí ?

– Amb tres pèças de vint francs, mon paire, ma maire,
Pensariatz-vos,
Que li donariái tres pèças traucadas,
Coma fasquèretz vos ! »
Les vêpres de Golinhac
« Dis-moi, dis, mon ami,
Traîne-malheur, chasse-profit,
Où conduiras-tu ta femme,
Quand elle sera ici ?

– Dans un beau château, mon père, ma mère,
Penseriez-vous
Que je la conduirais dans un vieux séchoir à châtaignes,
Comme vous fîtes, vous !

– Dis-moi, dis, mon ami,
Traîne-malheur, chasse-profit,
Avec quoi vêtiras-tu ta femme,
Quand elle sera ici ?

– Avec une belle robe, mon père, ma mère,
Penseriez-vous
Que je lui mettrais un bout de manteau,
Comme vous fîtes, vous !

– Dis-moi, dis, mon ami,
Traîne-malheur, chasse-profit,
Avec quoi chausseras-tu ta femme,
Quand elle sera ici ?

– Avec une belle paire de souliers, mon père, ma mère,
Penseriez-vous
Que je lui mettrais une paire de sabots,
Comme vous fîtes, vous !

– Dis-moi, dis, mon ami,
Traîne-malheur, chasse-profit,
Avec quoi honoreras-tu ta femme,
Quand elle sera ici ?

– Avec trois pièces de vingt francs, mon père, ma mère,
Penseriez-vous
Que je lui donnerais trois pièces trouées,
Comme vous fîtes, vous ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...