J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte s'inscrit dans le registre de l'absurde.

Il est à rapprocher du conte "Lo pagés de Comba Negra que nous avons collecté auprès de Maurice Balsa à La Salvetat-Peyralès.

Armand tient ses contes de son grand-père de Marcillac, Adrien Clerc.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ARMAND CLERC

né en 1927 à Grand-Combe de Marcillac.

Transcription

Occitan
Français
« Sabètz, dins lo temps, i aviá de tot monde, n'i aviá qu'esparnhavan e maisses que despensavan. Se n'i aviá un qu'agèsse besonh d'argent, anava veire totjorn aquel qu'esparnhava. Se coneissián de luènh, per las fièiras benlèu, òm sap pas.
N'i aviá un que èra de Nòuviala, aviá prestat d'argent a un del costat de… en dejost del Cantal, aquí, me sovene pas cossí s'apèla, devàs Entrai(g)as. Li aviá prestat d'argent e li aviá dich que lo li tornariá per la Sent-Joan.
Mès que, per la Sent-Joan, lo te veguèt pas arribar alara entreprenguèt d'i anar per lo quèrre, mès a pè, i aviá pas de bicicletas a l'epòca.
Alara traversèt las igas e i arribèt. Trobèt un ostal, aquí. Aviá demandat als vesins. Li di(gu)èron : “Aquò's aquí.”
Alara tustèt a la pòrta. Degús respondiá pas. Tòrna tustar. Pas res. Anèt a la cadaula, butèt e la pòrta se durbi(gu)èt. Di(gu)èt :
“Ten, i diu ajure quauqu'un…
– Totes los que mòntan tòrnan pas davalar ! Totes los que mòntan tòrnan pas davalar !”
Puta ! S'aprestava a tornar partir pièi escotèt melhor e comprenguèt qu'aquò èra un enfant.
Di(gu)èt :
“Puta, s'aquò's un enfant, quand mèmes…”
Montèt.
“Bonjorn, fantonèl !
– E bonjorn !
– E, ço ditz, i a pas lo papà ?
– A… non, lo papà es pas aquí, es a la vinha que fa lo ben amai lo mal.
– A ? Lo ben amai lo mal…
– Oèi, oèi.
– E la mamà, i a pas la mamà ?
– A… non, la mamà es en trenh de pastar lo pan que manjàvem la setmana passada.”
O trobava dròle, aquel òme…
E ço ditz :
“E lo fraire, end l'as ?
– Lo fraire ? Es a la caça e tot lo gibièr que tua lo li daissa e aquel que tua pas, lo tòrna portar.
E aviás ben una sòrre tanben ?
– Ah oui.
– E end l'as ?
– Es a la cambra amont pecaire que es en trenh de plorar lo rire de l’annada passada.
– Plorar lo rire de l’annada passada ? E ben, escota, ço ditz, aquò me pareis bizare tot aquò que dises. Soi vengut aquí, que lo tiu paire m'aviá amanlevat d'argent, m'aviá dich que lo me tornariá per Sent-Joan mès que Sent-Joan fa un mes qu'es passat… Mès escota, se me vòls explicar tot aquò que venes de me dire, i daisse encara lo temps jusca la Sent-Joan que ven.
– A… ben se volètz.
– E tu aquí, de qué fas ? Que dises que totes los que mòntan tòrnan pas davalar ?
– E ben, ço ditz, soi en trenh de far còire de favas, començan de bolhir e sabètz, quand començan de bolhir, n'i a totjorn una que mònta, aquò fa que l’atape amb un culhièr e la mange. Aquò fa que tòrna pas davalar.
– E oèi pardí… E lo pèra que me dises qu'es a la vinha que fa lo ben amai lo mal ?
– E oèi, fa lo ben parce que barra la siá vinha ambe de boissonses, mès fa lo mal parce que pren los boissonses de per la vinha del vesin…
– E oèi… E ta mèra, que me dises que pasta lo pan que manjàvetz la setmana passada ?
– E oèi, la setmana passada aviam pas pussa farina e alara amanlevèrem lo pan, aquò fa qu'es en bas al fornial que pasta per tornar lo qu'aviam amanlevat.
– E oèi… E oèi, aquò s'aplana bien. E me dises que lo fraire… Que dises qu'es a la caça e tot lo gibièr que tua lo li daissa e lo que tua pas lo tòrna portar ?
– E oèi, tòrna de l'armada, aquí, es a l'escura aval, ço ditz. Aviá atapat de pesolhs alara totes los pesolhs que atapa, los crosca, los daissa sus plaça e los que tua pas, los tòrna portar.
– E òc… E la sòrre que plora lo rire de l’annada passada ?
– E oèi, la sòrre, l'an passat se risiá coma una fòla parce que i aviá una vesina qu'agèt un bastardon e au(g)an, ela, a ajut una bessonada !” »
L'argent emprunté
« Vous savez, dans le temps, il y avait toutes sortes de gens, il y en avait qui épargnaient et d'autres qui dépensaient. S'il y en avait un qui ait besoin d'argent, il allait toujours voir celui qui épargnait. Ils se connaissaient de loin, dans les foires peut-être, on ne sait pas.
Il y en avait un qui était de Nauviale, il avait prêté de l'argent à un autre qui était du côté de… en-dessous du Cantal, là, je ne me souviens pas comment ça s'appelle, vers Entraygues. Il lui avait prêté de l'argent et il lui avait dit qu'il le lui rendrait pour la Saint-Jean.

Mais, pour la Saint-Jean, il ne le vit pas arriver alors il entreprit d'y aller pour le chercher, mais à pied, il n'y avait pas de bicyclettes à l'époque.
Alors il traversa les ravins et il y arriva. Il trouva une maison, là. Il avait demandé aux voisins. Ils lui dirent : “C'est là.”
Alors il frappa à la porte. Personne ne répondait. Il refrappe. Rien. Il prit le loquet, il poussa et la porte s'ouvrit. Il dit :
“Tiens, il doit y avoir quelqu'un…

– Tous ceux qui montent ne redescendent pas ! Tous ceux qui montent ne redescendent pas !”
Pute ! Il s'apprêtait à repartir puis il écouta mieux et il comprit que c'était un enfant.
Il dit :
“Pute, si c'est un enfant quand même…”
Il monta.
“Bonjour, mon petit !
– Et bonjour !
– Eh, dit-il, il n'y a pas ton papa ?
– Ah… non, mon papa n'est pas là, il est à la vigne où il fait le bien et le mal.
– Ah ? Le bien et le mal…
– Oui, oui.
– Et ta maman, il n'y a pas ta maman ?
– Ah… non, ma maman est en train de pétrir le pain que nous mangions la semaine dernière.”
Il le trouvait drôle, cet homme…
Et il dit :
“Et ton frère, où l'as-tu ?
– Mon frère ? Il est à la chasse et, tout le gibier qu'il tue, il le laisse et celui qu'il ne tue pas, il le ramène.
– Et tu avais bien une sœur aussi ?
– Ah oui.
– Et où l'as-tu ?
– Elle est dans sa chambre là-haut la pauvre, elle est en train de pleurer le rire de l'année dernière.
– Pleurer le rire de l'année dernière ? Eh bien, écoute, dit-il, cela me paraît bizarre tout ce que tu me dis. Je suis venu ici car ton père m'avait emprunté de l'argent, il m'avait dit qu'il me le rendrait pour la Saint-Jean mais, la Saint-Jean, cela fait un mois qu'elle est passée… Mais écoute, si tu veux m'expliquer tout ce que tu viens de me dire, je lui laisse encore le temps jusqu'à la Saint-Jean suivante.
– Ah… bien si vous voulez.
– Et toi là, que fais-tu ? Tu dis que tous ceux qui montent ne redescendent pas ?
– Eh bien, dit-il, je suis en train de faire cuire des haricots, ils commencent à bouillir et vous savez, quand ils commencent à bouillir, il y en a toujours un qui monte, cela fait que je l'attrape avec une cuillère et je le mange. Ainsi, il ne redescend pas.
– Eh oui évidemment… Et ton père tu me dis qu'il est à la vigne où il fait le bien et le mal ?
– Eh oui, il fait le bien parce qu'il clôture sa vigne avec des buissons, mais il fait le mal parce qu'il prend les buissons dans la vigne du voisin…
– Eh oui… Et ta mère, tu me dis qu'elle pétrit le pain que vous mangiez la semaine dernière ?
– Eh oui, la semaine dernière nous n'avions plus de farine et alors nous empruntâmes le pain, ça fait qu'elle est en bas au four à pétrir le pain pour rendre celui que nous avions emprunté.
– Eh oui… Eh oui, c'est logique. Et tu me dis que ton frère… Tu dis qu'il est à la chasse et tout le gibier qu'il tue, il le laisse et celui qu'il ne tue pas, il le ramène ?
– Eh oui, il revient de l'armée, là, il est à la grange là-bas, dit-il. Il avait attrapé des poux alors tous les poux qu'il attrape il les tue, il les laisse sur place et ceux qu'il ne tue pas, il les ramène.
– Eh oui… Et ta sœur qui pleure le rire de l'année dernière ?
– Eh oui, ma sœur, l'année dernière elle riait comme une folle par ce qu'il y avait une voisine qui avait eu un petit bâtard et cette année, elle, elle a eu des jumeaux !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...