Lo mestièr de tiulaire

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant le triomphe de l'ardoise, les constructions les plus anciennes étaient recouvertes de lauses de schiste (tiulasses, lausas) ou de chaume (clujadas). On utilisait l'ardoise du Cayrol.

Léon exerça ce métier pendant 45 ans. Son grand-père était également couvreur à Espeyrac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LÉON (ALFRED) SERVIÈRES

né en 1918 à La Grave d'Espeyrac, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Ai fach tiulaire pendent quaranta cinc ans. Tiulaire e fasiái lo bocin de ben qu'aviái aicí, mème. A mès, n'ai fach un tropèl de tiuladas, se totas èran ensemble !
E mon grand-paire es estat tiulaire, o t'aviá fach tota sa vida, atanben. Lo grand-paire mème aviá tiulat lo cloquièr d'Espeirac, aval, a la glèisa, tot aquò, a Espeirac, aval. Lo grand-paire èra nascut en 1835, alara aquò's pas de uèi. E ben mori(gu)èt… Ieu nasquère en 18 e mori(gu)èt en 17, lo grand-paire.
Fasiái Sent-Ipòli amont, oèi, amont a Las Beçadas, al Fèl, Espeirac, Senèrgas, Viliviá, Sent-Chaupice, Viliviá, tot aquò. Oui, en 45 ans, ai ajut lo temps de ne far quauqu'unas tiuladas !
Fasiái ambe la lausa de Lacauna mès pas bièn, del Cairòl, de còps, quauqu'unas del Cairòl. La nos fasiam portar de Lacauna ambe de camions. Lo Cairòl atanben.
Caliá començar de picar la tiula e apièi la cal apariar. Apariar… Cal far de marcas, coma son las tiulas. Un det, a pus près, dos centimèstres d'una marca a l'altra. E après la pus bèla al fons e juscas a la cima. Mès aquí rai, quand aquò èra de tiulas d'Espanha, aquò èra comòde, èra tota la mèna. Ambe lo det, aquí, aquò va vite. Mès, las lausas, èra pas pareil, las cal aplanar.
Las montàvem sus l'espatla, dins lo temps. N'ai montat de ròcs !
A Sent-Ipòli, montère… Dins lo mème vilatge, n'ai fachas onze tiuladas, dins lo mème vilatge, a Sent-Ipòli : la glèisa, la caminada, la meria, tot aquò. Naltres avèm tot fach. Comencèrem pel mèra, amont, e aprèssa, de un a l'altre… A La Crotz-Barrés, ai ajut trabalhat, al Mur… Ah oui.
A costat de Mur de Barrés, amont, n'ai ajut vist encara ambe de palha. A mès n'i a un brave briu que se fan ambe de tiulas del Cairòl, aicí sustot. Ne fasiam bèlcòp del Cairòl dins lo temps, aquela blua, aquí. Aquela d'aquí rai, aquela d'aquí fa ben. Las lausas, aquelses farçs son d'aquela espessor, aquí ! »
Le métier de couvreur
« J’ai été couvreur pendant quarante-cinq ans. Couvreur et je travaillais le petit bien que j’avais ici, en plus. J’ai fait un tas de toitures, si elles étaient toutes ensemble !
Mon grand-père a été couvreur, il l’avait été toute sa vie, lui aussi. Mon grand-père avait même couvert le clocher d’Espeyrac, là-bas, à l’église, tout ça, à Espeyrac, là-bas. Mon grand-père était né en 1835, alors ça ne date pas d’aujourd’hui. Eh bien, il est mort... Je suis né en 18 et il est mort en 17, mon grand-père.
Je travaillais à Saint-Hippolyte là-haut, oui, là-haut aux Bessades, au Fel, Espeyrac, Sénergues, Vieillevie, Saint-Sulpice, Vieillevie, tout ça. Oui, en 45 ans, j’ai eu le temps de faire quelques toitures !
Je faisais avec la lauze de Lacaune mais pas beaucoup, du Cayrol, parfois, quelques-unes du Cayrol. Nous nous la faisions porter de Lacaune avec des camions. Du Cayrol aussi.
Il fallait commencer par tailler l’ardoise et ensuite il faut les calibrer. Calibrer... Il faut faire des marques, selon la taille des ardoises. Un doigt, à peu près, deux centimètres d’une marque à l’autre. Et ensuite, la plus grande au fond et jusqu’au bout. Mais ça va, quand c’était des ardoises d’Espagne, c’était commode, elles étaient toutes identiques. Avec le doigt, là, ça va vite. Mais, les lauzes, ce n’était pas pareil, il faut les aplanir.
Nous les montions sur l’épaule, dans le temps. J’en ai monté, des pierres !
À Saint-Hippolyte, j’ai monté... Dans le même village, j’ai fait onze toitures, dans le même village, à Saint-Hippolyte : l’église, le presbytère, la mairie, tout ça. Nous avons tout fait.
Nous avons commencé par le maire, là-haut, et ensuite, de l’un à l’autre... À Lacroix-Barrez j’ai travaillé, à Mur de Barrez. Ah oui.
À côté de Mur-De-Barrez, là-haut, j’en ai vu encore avec de la paille. Mais il y a longtemps qu’on les fait avec les ardoises du Cayrol, ici surtout. Nous travaillions beaucoup avec celle du Cayrol dans le temps, celle qui est bleue, là. Celle-là, ça va, elle est bonne. Les lauzes, ces espèces de farcis sont de cette épaisseur, là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...