Lo lop e lo saile de crin

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Enguialès-Le Fel, Vitrac-en-Viadène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce récit du saile de crin (sorte de cape), arraché par le loup à un homme parvenant à se mettre en sécurité dans un bâtiment, est très répandu. Maurice situe son histoire au Bosc, près de Falachoux.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MAURICE BOSC

né en 1927 à Banroques d'Enguialès-Le Fel, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Se racònta bèlcòp d'istoèras sul lop, empr'aquí. Dins lo temps, aquel lop… Aquí sèm pas luènh del Gevaudan e se rapelavan d'aquel famús lop que atacava tot lo monde.
Mès aquí, aquò's una istòèra qu'es veritabla que se racontava. Aquò èra un tuaire de pòrcs e la vilhada… Anava tuar les pòrcs lo matin e demorava tard jusca la vilhada, empr'aquí, per ajudar a mudar aquel pòrc, quoi.
Se tròba qu'aquò èra al vilatge a costat qu'anèt tuar un pòrc, al Mas-Ermet, aquí. Normalament, abitava a Falachós. Aquò's a pus près à vol d'oiseau,a vòl d'aucèl, a pus près a dos quilòmèstres, a pus près. Se'n va e pièissa dins lo temps i aviá d'aquelas corchièiras, de caminòls empr'aquí, que se passava entremièg les paredals e tot. Alèra quita Lo Mas-Ermet. E Mas-Ermet… Passava pel Mas-Ermet, Coluènhas, Vitrac e aprèssa Falachós e Lo Bòsc. Alèra en passent… Quitent Lo Mas-Ermet, arribava a Coluènhas, aquò anava, tranquille. Passat Coluènhas, aquí per aquelses prats, tot en un còp, te vegèt quicòm que se ramassava : dos lops. Aquels uèlhs brilhents… Houlà !“Aicí, se ditz, e ben, sai pas cossí vau far ?”
Et oui,sentián lo frescum empr'aquí del tuaire de pòrcs, del sang. E se'n va enlai. Les lops lo seguián mas que, per saltar empr'aquí entremièg las parets, i aviá dos ròcs quilhats, cada lop se metiá de cada costat. Cranava pas tròp. Passava tot doçament e les lops totjorn lo seguián. Aprèssa, en arribent a Vitrac, les lops, les vegèt pas plus. Di(gu)èt :
“Ten, me'n soi desbarrassat !”
Pensa-te ! De suita que davalèt la davalada vas Falachós, les lops que tornèron sortir. E, enlai, totjorn lo seguián. E totjorn de còps se metián davant, de còps darrès. E menava pas misèra, aviá la museta, aviá ben les cotèls per tuar les pòrcs, mès… Cossí faire se saltavan dessús ? M'enfin… Sorti(gu)èt lo cotèl :
“De còps, se n'i a un que salta dessús, lo desventrariái ben !”
Contunhèt enlai jusca que arribèt aprèssa a Falachós. Contunha sul Bòsc mès les lops se sarravan de mai en mai. E de còps les lops se capinhavan, se fotián una borrada entre elses. Sai pas s'èran pas contents o de qué ? Enfin, arriva chas el e, chas el, alai, i aviá un grand portal e una paret. Assaja de durbir lo portal, mince,lo portal barrat…
“Òi, ço ditz, enquèra soi ben embarrassat…”
Alèra aviá lo… Volguèt saltar. Salta la paret e aviá una granda capa per s'aparar del freg. En saltent la paret, les lops, op !, i saltan dessús e i arranquèron la capa.
El rintra a l'ostal e femna di(gu)èt :
“E ben, bogre mès de qué as, que siás tot blanc coma un malaute, aquí ?
– Me'n parle pas, ço ditz, i a dos lops que m'an segut, m'an fotuda una trolha ! Enquèra lo portal sia(gu)èt barrat, m'a calgut saltar la paret, m'an arrancat la capalina qu'aviái.
– Laissa far per la capalina !”
Èra a l'ostal, la femna monta en nalt e, per un fenestron, que s'i vesiá un bocin de bòsc, aquí, de pic, agachava : les lops se batián ! Ço ditz :
“Mès a(g)acha-les ç’amont, ço ditz, as lo fusilh cargat, aquí, tira-lor dessús amont, fot-lor un brave pet, puta !”
– A…, ço ditz, les lops, laissa-les estar. M'an sauvada la vida, m'an pas tocat, ieu. M'an laissada la vida, lor laisse la vida a elses, que n'an qu'a se'n estraçar endacòm mai…”
Aquela istoèra, la tene d'un nommat Pagés qu'èra nascut a Vacaressa. Aquò èra sos grands-parents qu'èran al Bòsc, a-n-aquela epòca. E aquò seriá estat una istoèra de son grand-paire. Es que es veritablament vertadièira ? Aquò… M'enfin i a se(g)urament quicòm, quand mème.
Mès cau dire que, se lo monde portavan una capa, aquelses qu'avián pas de capa, totjorn avián una saca sus l'esquina. E les qu'avián una saca sus l'esquina, aquò èra que, se lo lop lor saltava dessús, lor arrancava la saca e les laissava elses. Es qué ? Aquí i a un raprochament de la capa ambe la saca sus l'esquina… »
Le loup et la cape
« On raconte beaucoup d’histoires sur le loup, par ici. Dans le temps, ce loup... Ici nous ne sommes pas loin du Gévaudan et ils se rappelaient de ce fameux loup qui attaquait tout le monde.
Mais là, c’est une histoire véritable qu’on racontait. C’était un tueur de porcs et la veillée... Il allait tuer les porcs le matin et il restait tard jusqu’à la veillée, par là, pour aider à transformer ce porc, quoi.
Il se trouve que c’était au village à côté qu’il était allé tuer un porc, au Mas-Hermet, là. Normalement, il habitait à Falachoux. C’est à peu près à vol d’oiseau, à deux kilomètres, à peu près. Il s’en va et ensuite, dans le temps, il y avait des raccourcis, des sentiers par là, on passait entre les murets et tout. Alors, il quitte Le Mas-Hermet. Et Mas-Hermet... Il passait par Le Mas-Hermet, Coluènhes, Vitrac et ensuite Falachoux et Le Bosc. Alors en passant... En quittant Le Mas-Hermet, il arrivait à Coluènhes, ça allait, tranquille. Passé Coluènhes, là dans ces prés, tout à coup, il a vu quelque chose qui arrivait : deux loups. Ces yeux brillants... Houlà ! “Ici, s’est-il dit, eh bien, je ne sais pas comment je vais faire.”
Eh oui, ils sentaient par là l’odeur du tueur de porcs, du sang. Et il s’en va là-bas. Les loups le suivaient mais, pour sauter au milieu des murs, il y avait deux rochers dressés, chaque loup se mettait de chaque côté. Il ne faisait pas le fier. Il passait tout doucement et les loups le suivaient toujours. Ensuite, en arrivant à Vitrac, les loups, il ne les a plus vus. Il a dit :
“Tiens, je m’en suis débarrassé !”
Penses-tu ! Dès qu’il a pris la descente vers Falachoux, les loups sont sortis à nouveau. Et, là-bas, ils le suivaient toujours. Et toujours, ils se mettaient soit devant, soit derrière. Et il n’était pas démuni, il avait une musette, il avait bien ses couteaux pour tuer les porcs, mais... Comment faire s’ils lui sautaient dessus ? Mais enfin... Il a sorti le couteau :
“Si jamais, s’il y en a un qui me saute dessus, je l’éventrerai bien !”
Il a continué là-bas jusqu’à arriver ensuite à Falachoux. Il continue vers Le Bosc mais les loups s’approchaient de plus en plus. Et parfois les loups se battaient, ils se mettaient des râclées entre eux. Je ne sais pas s’ils étaient contents ou quoi ? Enfin, il arrive chez lui et, chez lui, là-bas, il y avait un grand portail et un mur. Il essaie d’ouvrir le portail, mince, le portail fermé...
“Oh, dit-il, je suis encore bien embarrassé...”
Alors, il avait le... Il a voulu sauter. Il saute le mur et il avait une grande cape pour se protéger du froid. En sautant le mur, les loups, hop !, lui sautent dessus et ils lui ont arraché la cape.
Il entre chez lui et sa femme a dit :
“Eh bien, bougre, qu’as-tu, tu es blanc comme un malade ?
– Ne m’en parle pas, dit-il, il y a deux loups qui m’ont suivi, ils m’ont foutu une trouille ! En plus le portail était fermé, il m’a fallu sauter par-dessus le mur, ils m’ont arraché la capeline que j’avais.
– Laisse faire pour la capeline !”
Il était à la maison, sa femme monte en haut et, par une fenêtre, d’où on voyait une parcelle du bois, là, en bas, elle regardait : les loups se battaient ! Elle a dit :
“Mais regarde-les là-haut, dit-elle, ton fusil est chargé, tire-leur dessus, là-haut, met-leur un grand coup !”
– Ah..., dit-il, les loups, laisse-les tranquilles. Ils m’ont sauvé la vie, ils ne m’ont pas touché, moi. Ils m’ont laissé la vie, je leur laisse la vie à eux, ils n’ont qu’à s’en aller ailleurs...”
Je tiens cette histoire d’un nommé Pagès qui était né à Vacaresse. C’était ses grands-parents qui étaient au Bosc, à cette époque. Et ça aurait été une histoire de son grand-père. Est-elle vraiment véritable ? Ça... Mais enfin il y a sûrement quelque chose, quand même.
Mais il faut dire que, si les gens portaient une cape, ceux qui n’avaient pas de cape avaient toujours un sac sur le dos. Ceux qui avaient un sac sur le dos, c’était au cas où le loup leur saute dessus, il leur arrachait le sac et il les laissait eux. Est-ce que ? Il y a là un rapprochement de la cape avec le sac sur le dos... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...