Les remèris

Collecté en 2000 Sur les Communes de Enguialès-Le Fel, Vitrac-en-Viadène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens avaient gardé l'habitude ancestrale de soigner les bêtes avec des plantes. Maurice évoque ici la gentiane et la tanaisie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Maurice BOSC

né en 1927 à Banroques d'Enguialès-Le Fel, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Les vièlhses remèris, n'i aviá qualques-unses. I aviá… Per que las bèstias mangèsson un pauc mai, melhor, aicí n'i a ben qu'arrancavan de ginçana, l'estiu. La fasián secar pièi aprèssa la trussavan ambe de sal e lo donavan a las bèstias per que metèsson melhor apetit atanben.
Aprèssa, i aviá… Aprèssa, si, i aviá atanben la tanasida qu'apelavan, la tanaisie qu'on appelle en français aussi.La ramassavan, la fasián secar. Aquí ne fasián una tisana per donar a las vacas quand podián pas roniar. Aprèssa las bèstias tornavan roniar, pareis. Aquò lor tornava fa far la digestion e roniavan mai, melhor. »
Les remèdes
« Les vieux remèdes, il y en avait quelques-uns. Il y avait... Pour que les bêtes mangent un peu plus, mieux, ici il y en a qui arrachaient des gentianes, l’été. Ils les faisaient sécher et puis ensuite ils les coupaient avec du sel et ils donnaient ça aux bêtes pour qu’elles aient meilleur appétit aussi.
Ensuite, il y avait... Ensuite, si, il y avait aussi la tanaisie. Ils la ramassaient, ils la faisaient sécher. Là ils en faisaient une tisane pour donner aux vaches quand elles ne pouvaient pas ruminer. Ensuite, les bêtes ruminaient à nouveau, paraît-il. Ça leur faisait faire à nouveau la digestion et elles ruminaient plus, mieux. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...