Las pomas

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On trouvait des pommiers (pomièrs) dans les haies (bartasses), mais il existait aussi de véritables pomarèdas.

Il y avait les variétés à couteau, les variétés de longue conservation, les variétés à cidre…

Les plus connues étaient la re(g)alhe d’Entraigas, la fustièira, la caramila, la mauveta, la morre de lèbre que certains appellent Mas de Barta, la reneta…

Les marchands de fruits et légumes de la vallée étaient appelés les Costovins. Ils vendaient leur marchandise en Rouergue septentrional et dans le Cantal.

Le chanoine Jean Vaylet (1845-1936), de La Terrisse, a écrit "Sèm Montanhòls", véritable hymne de la montagne. Il écrivit également "La responsa del Costovin" pour donner le point de vue des gens de la vallée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ZÉPHIRIN BOSC

né en 1927 à Banroques d'’Enguialès.

Transcription

Occitan
Français
« En cò nòstre, de varietats de pomas, n'aviam fòrça. I aviá la poma per manjar e la poma per la citra.
La poma per manjar, la premièira qu'aviam, aviam la poma del meissonièr, una poma blanca, pro gròssa, tecada un pauc de roge, n'ai encara d'aquela poma.
Pièi la segonda, aviam fustièira, la poma fustièira que encara n'ai conservada, n'ai totjorn, que madura, aquela d'aquí, a la fin d'a(g)ost, debut de setembre. La cal ramassar pro lèu lo mes de setembre si non se consèrva pas. Tòmba e se consèrva pas.
Pièi après, aviam la poma que se servava pendent tot l'ivèrn. Las pomas de darrièiriá, enfin puslèu de l'auton, las grandas varietats qu'aviam, i aviá la fromatjona, una poma pichona, la fromatjona. Mès, de còps, quand èra pas tròp gròssa, la conservàvem per far de citra. Mès se conservava longtemps, jusc'al mes de febrièr-març. Pièi i aviá sustot la re(g)alhe, la re(g)alhe d'Entraigas qu'es pro coneguda, pertot, la mai coneguda e que se conservava jusc'al mes de mai. Avèm una autra poma que ven d'Espeirac, una poma redonda. Apelàvem aquò la verdièira, estent que aquò èra estat un nommat Verdièr de La Pomarèda, justament d'Espeirac, que ne sorti(gu)èt aquela raça. Pareisseriá que la trobèron dins un bòrd d'una castanhal. Èra gròssa, ne'n grefèron. Tot lo monde n'a metut un pauc pertot. Pièi i aviá la poma del campanièr atanben, mès es coneguda del costat de Senèrgas, mès a Entraigas atanben l'avèm.
Aquelas d'aquí son de pomas d'ivèrn, mès aviam una poma de d'abans qu'es pro coneguda dempièi fòrça temps, aviam la caramila, una poma roja. Sus la pèl es un pauc rausa. Se consèrva pas tant mès es una poma bona a manjar tanlèu culhida.
Aquí las varietats qu'aviam per manjar.
D'autras varietats mens conegudas : la morre de lèbre o la reina de barta… Reverta un pauc la re(g)alhe mès pas tot a fèt, es pus pichona e tecada de gris, puslèu. Pièi la reneta coneguda a Pòns qu'apelam la poma de l'ètre o la Santa-Germena, d'autres l'apèlan la reneta de Briva mès coneissiam que, nautres, poma de l'ètre o Santa-Germena. Es pro coneguda dins la ribièira de Pòns.
Aquí las varietats de pomas.
Las pomas, i aviá de merchands, de Costovins qu'apelam, que las ramassavan per las vendre. Anavan vendre a Orlhac o per la montanha. Crompavan la fustièira, aquò's la premièira que se crompava, la caramila, la segonda, pièi la poma d'ivèrn, mès la poma d'ivèrn n'aviam pas tròp e preferàvem la gardar per nautres.
Podiam far còire n'impòrta quana poma, sovent. La fasiam còire, sovent, dins la brasa o dins lo forn. Aviam los vièlhs fourneaux en tôle, aquelses vièlhs fourneaux e metiam aquò dins lo fourneau e la manjàvem coma aquò, plan cauda e cuècha. La podiam far caufar atanben dins la brasa mès aquí, a-n-aquel moment, caliá enlevar la pèl perqu'èra carbonada ! »
Les pommes
« Chez nous, nous avions beaucoup de variétés de pommes. Il y avait la pomme pour manger et la pomme pour le cidre.
La pomme pour manger, la première que nous avions, nous avions la pomme du moissonneur, une pomme blanche, assez grosse, tachée d’un peu de rouge, j’en ai encore de cette pomme.
Puis, la deuxième, nous avions la fustièira, la pomme fustièiraque j’ai encore conservée, j’en ai toujours, qui est mûre, celle-là, fin août, début septembre. Il faut la ramasser assez vite au mois de septembre sinon elle ne se conserve pas. Elle tombe et ne se conserve pas.
Puis ensuite, nous avions la pomme qui se gardait tout l’hiver. Les pommes de l’automne, les grandes variétés que nous avions, il y avait la fromatjona, une petite pomme, la fromatjona. Mais, parfois, quand elle n’était pas trop grosse, nous la conservions pour faire du cidre. Mais elle se conservait longtemps, jusqu’en février-mars. Puis, il y avait surtout la regalhe, la regalhed’Entraygues qui est assez connue, partout, la plus connue et qui se conservait jusqu’au mois de mai. Nous avons une autre pomme qui vient d’Espeyrac, une pomme ronde. Nous appelions ça la verdièira, parce que c’est un certain Verdier de La Pomarède, justement d’Espeyrac, qui a trouvé cette variété. Il paraît qu’ils l’ont trouvée sur le bord d’une châtaigneraie. Elle était grosse, ils en ont greffé. Tout le monde en a mis un peu partout. Puis il y avait la pomme du sonneur aussi, mais elle est connue du côté de Sénergues, mais à Entraygues nous l’avons aussi.
Celles-là sont des pommes d’hiver, mais nous avions une pomme autrefois qui est assez connue depuis très longtemps, nous avions la caramila, une pomme rouge. Sur la peau elle est un peu rose. Elle ne se conserve pas autant mais c’est une pomme bonne à manger dès qu’elle est cueillie.
Voilà les variétés de pommes que nous avions pour manger.
D’autres variétés moins connues : la museau de lièvre ou la reine de la genêtière... Elle ressemble un peu à la regalhemais pas tout à fait, elle est plus petite et tachée de gris, plutôt. Puis la reinette connue à Pons que nous appelons la pomme de l’estreou la Sainte-Germaine, d’autres l’appelaient la reinette de Brive mais nous ne connaissions nous que pomme de l’estreou Sainte-Germaine. Elle est assez connue dans la vallée de Pons.
Voilà les variétés de pommes.
Il y avait des marchands de pommes, des Coustoubiscomme on les appelle, qui les récoltaient pour les vendre. Ils allaient les vendre à Aurillac ou dans la montagne. Ils achetaient la fustièira, c’est la première qu’on achetait, la caramila, la deuxième, puis la pomme d’hiver, mais la pomme d’hiver nous n’en avions pas trop et nous préférions la garder pour nous.
Nous pouvions faire cuire importe quelle pomme, souvent. Nous la faisions cuire, souvent, dans la braise ou dans le four. Nous avions des vieux fourneaux en tôle, ces vieux fourneaux et nous mettions ça dans le fourneau et nous la mangions comme ça, bien chaude et cuite. Nous pouvions aussi la faire chauffer dans les braises, mais là, à ce moment, il fallait enlever la peau parce qu’elle était carbonisée ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...