Las castanhas

Collecté en 1997 Sur les Communes de Enguialès-Le Fel, Entraygues-sur-Truyère, Espeyrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les terrains cristallins de moyenne altitude, comme les ségalas de granit (barena) ou de schiste (sistre) et les rougiers étaient propices au castanhièr, arbre à pain du pauvre.

Les versants des vallées d’Olt et de Truyère étaient plantés de castanhals exploitées par les Costovins.

Les variétés (menas) de châtaignes étaient nombreuses. Certaines étaient recherchées pour faire les grillées (grasilhadas, greladas). Il y avait les précoces (aborivas) et les tardives (tardivas), ce qui permettait d’étaler la récolte. En vallée d’Olt, une des variétés les plus répandues était la paqueta.

Il y avait des séchoirs à châtaignes (secadors) sur place, dans les castanhals, près des maisons associés au four à pain, et parfois même dans la maison sous la forme d’une cleda placée dans la cheminée.

Très riches en oligo-éléments, les châtaignes séchées (auriòls) étaient utilisées aussi bien pour nourrir les hommes que pour le bétail. On les réduisait même en farine.

En Rouergue, plusieurs termes désignent la châtaigne séchée : auriòl, castanhon, secon, rufet, rufòl, afachon…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Zéphirin BOSC

né en 1927 à Banroques d'’Enguialès, décédé en 2020.

Transcription

Occitan
Français
« La castanha, aquò èra la meitat de la vida qu'aviam nautres dins la ribièira d'Òlt, pels Costovins. D'un costat, a l'adrech, aviam las vinhas, la vinha que donava e, a l'evèrs, de l'autre costat de la ribièira, que caliá anar dins aquela castanhal en traversent l'aiga ambe lo batèu.
Començava a tombar, la castanha, entre lo 15 e lo 21 de setembre, segon las varietats. Aviam la varietat pro aboriva qu'apelàvem la montarnala. Tombava en principe vaquí lo 15 de setembre. 15 de setembre, mès de còps… La tradicion voliá que tombèssa lo 8 de setembre per Nòstra-Dama mès en general arribava pas a tombar. La caliá davalar ambe la pèrga. Èra sovent blancada. Mès la premièira, aquò èra la montarnala. Après, aviam la paqueta, aquò èra la granda castanha que se vendiá en premièr dins lo país ambe la peirièira. Totas doas se ressemblan, la peirièira e la paqueta. Pièi venián las autras varietas pus tardivas. Aviam sustot, nautres, la delòrta que se conservava, per far secar, per far dels auriòls, per donar pels pòrcs, per l'ivèrn o per far de farina, atanben. Pièi d'autras. Aviam la mamaia, una varietat de mamaia, la savòia… Mas la savòia, ai pas jamai sachut vertadièirament de qu'èra aquela raça estent que n'aviam una de tardiva que ven de se ramassar n'i a pas gaire, qu'apèlan la verdala. Pense que, d'après lo monde, dison qu'aquela d'aquí es la savòia. Aviam atanben una castanha que apareguèt en 1930 e qu'es pas coneguda. Lo monde, quand lor dise qu'aviam aquela castanha, dison : “Es pas possible, ven de s'installar.” Aquò èra la japonesa. Alara, aquela istòria de japonesa, es un castanhièr que creèron alSyndicat agricole,Le Plateau central en francés, que assagèron, a-n-aquel moment, dins la ribièira d'Òlt de plants d'aures, de pomièrs, de varietats novèlas, o de perièrs e un castanhièr. Ne portèron pas gaire, ne portèron dos o tres pès. Lo representent d'aquel Syndicat agricole delPlateau centrald'Entrai(g)as èra Viguièr d'Alboís e donèron dos plants de castanhièrs qu'apelavan la japonesa. Aquò èra en 1930. Plantèron aquel castanhièr chas Viguièr d'Alboís e pièi Viguièr d'al Comtat e dempièi tot lo monde a escampilhat aquela raça dins tota la ribièira d'Òlt, quitament a Espeirac. Aquò's una castanha que ven la premièira. Tòmba… Aquesta annada èra tombada lo 10 de setembre. Talament que ieu n'ai avut sus mon tarrenh, quand i anère per las amassar, n'i aviá pas plussa, quauqu'un me l'aviá picada ! Vertat que lo bòsc es al bòrd de la ribièira d'Òlt, aval. Mès aquest'annada es tombada… Aquò's una castanha pro gròssa e bona a manjar, alara que la japonesa que fan ara es pas tan bona : la marigola, la mijola qu'apèlan, es pas tan bona qu'aquela.
La premièira malautiá que arribèt dins la ribièira d'Òlt, remontèt per la ribièira, aquò sia(gu)èt l'encra. Lo pè del castanhièr se metèt a colar un suc negre coma de l'encra. Aquò's per aquò qu'apelavan aquò l'encra. Lo monde disián qu'aquò veniá de las minas de Decazevila, qu'avián metuda l'encra dins tota la ribièira d'Òlt, per las castanhals. M'enfin, aquò's una malautiá qu'es escampilhada un pauc pertot. Los castanhièrs ne'n pati(gu)èron pas mal de temps. Aquò èra juste d'abans la guèrra, d'abans 1939, mès totes l'agèron pas. Los castanhièrs qu'agèron lo mai l'encra èran los castanhièrs que èran virats a l'adrech, al solelh. Los qu'èran virats al nòrd agèron pas tant de malautiás. Mès se'n son tirats per çò qu'encara i a de castanhièrs qu'an mai de cent ans e son encara totes dreches. Sus l'encra, se son tornar refar.
Mès lo pus terrible es estat lo chancre. Lo chancre, aquò fasiá una bòssa sus la rusca e, sovent, lo castanhièr secava mès tornava repartir de sul costat. Aviam pas res per lo tretar.
Lo sol sistèma de sonhar los aures, d'aquel temps, apelàvem aquò “curar los bòsces”, netejar lo bòsc dejós, copar la fauvièira al mes de julhet, al mes d'agost, après la meisson, la fauvièira, las rómecs se n'i aviá mès encara n'i aviá pas, i aviá sustot de fauvièira e aprèssa recurar. Recurar, aquò consistís de copar, de ramar lo castanhièr, copar las bròcas secas, las bròcas que son pas grefadas, se n'i a, e tornar donar un pauc la forma al castanhièr. E coma aquò lo castanhièr durava… N'i a que existisson dempièi dos cents, tres cents ans. N'avèm un a Espeirac que fa sèt mèstres de torn e tretze mèstres a la cabòrna. Encara ten drech.
Çò que i a de curiós, dins la ribièira d'Òlt, en dejós Entrai(g)as, pel travèrs… Bòn, a l'adrech aviam las vinhas e de l'autre costat aviam las castanhas. Alara, al mièg de la castanhal se bastissiá lo secador. Caliá far secar las castanhas a partir de Totsants jusca pro de temps. Alara, caliá passar la nuèch al secador. Mon paire anava passar la nuèch al secador. Fumava, ambe de socas de castanhièr o de garric, las castanhas e i passava la nuèch. Tornava lo matin, aquo'`s tot. Coma dins la jornada, tornàvem castanhar, anàvem remenar la soca per faire aquò d'aquí.
Arribèt qu'un jorn, o puslèu una nuèch, i jaguèt, al secador, e i arribèt una pichona istòria. S'èra acossomit dins un recanton. I aviá de fum. Aquò fumava un pauc. Tot en un còp, s'acossomi(gu)èt, de qué vegèt passar jos la pòrta del secador ? De las blandres. De las blandres una darrièr l'autra e se metèron a far lo torn del fuòc, del soc que cramava, e fasián la dança al torn d'aquel fuòc. El comptava revar mès se demandava de qué fasián aquelas blandres. Sabiá pas tròp… Agèt talament paur que, tot en un còp, se levèt, passèt per la pòrta e tombèt per tèrra, s'estavani(gu)èt. E las blandres avián dispare(g)udas. D'après el, m'aviá totjorn contat qu'èra vertat, qu'aviá vist aquelas blandres passar jos la pòrta del secador, en bas, e dançar al torn del fuòc. »
Les châtaignes
« La châtaigne, c’était la moitié de notre vie dans la vallée du Lot, pour les Coustoubis. D’un côté, sur l’adret, nous avions des vignes, la vigne qui produisait et, sur l’ubac, de l’autre côté de la rivière, il fallait aller dans la châtaigneraie en traversant l’eau avec un bateau.
Les châtaignes commençaient à tomber entre le 15 et le 21 septembre, selon les variétés. Nous avions une variété assez précoce que nous appelions la montarnala. Elle tombait en principe le 15 septembre. 15 septembre, mais parfois... La tradition voulait qu’elle tombe le 8 septembre pour Notre-Dame, mais en général elle n’était pas tombée. Il fallait la faire descendre avec la gaule. Elle était souvent tachée de blanc. Mais la première, c’était la montarnala. Ensuite, nous avions la paqueta, c’était la grande châtaigne qui se vendait en premier dans le pays avec la peirièira. Toutes les deux se ressemblent, la peirièiraet la paqueta. Puis venaient les autres variétés plus tardives. Nous avions surtout, nous, la delòrtaqui se conservait, pour la faire sécher, pour faire des châtaignons, pour donner aux porcs, pour l’hiver ou pour faire de la farine, aussi. Puis d’autres. Nous avions la mamaia, une variété de mamaia, la savòia... Mais la savòia, je n’ai jamais su vraiment ce qu’était cette variété parce que nous en avions une de tardive qu’on vient de ramasser il y a peu, qu’ils appellent la verdala. D’après les gens, je pense que c’est celle-là la savòia. Nous avions aussi une châtaigne qui est apparue en 1930 et que je n’ai pas connue. Les gens, quand je leur dis que nous avions cette châtaigne, ils disent : “Ce n’est pas possible, elle vient d’arriver.” C’était la japonaise. Alors, cette histoire de japonaise, c’est un châtaignier qu’a créé le Syndicat agricole, Le Plateau central, qui a testé, à cette époque, dans la vallée du Lot des plants d’arbres, des pommiers, des variétés nouvelles, ou des poiriers et un châtaignier. Ils n’en ont pas porté beaucoup, ils en ont porté deux ou trois pieds. Le représentant de ce Syndicat agricole du Plateau central d’Entraygues était Viguier d’Albouy et ils ont donné deux plants de châtaignier qu’ils appelaient la japonaise. C’était en 1930. Ils ont planté ce châtaignier chez Viguier d’Albouy et puis Viguier du Comtat et depuis tout le monde a répandu cette variété dans toute la vallée du Lot, même à Espeyrac. C’est la châtaigne la plus précoce. Elle tombe... Cette année elle était tombée le 10 septembre. Moi j’en ai eu sur mon terrain, quand j’y suis allé pour les ramasser, il n’y en avait plus, quelqu’un me les avaient piquées ! C’est vrai que le bois est au bord de la rivière du Lot, là-bas. Mais cette année elle est tombée... C’est une châtaigne assez grosse et bonne à manger, alors que la japonaise qu’ils font maintenant n’est pas si bonne : la marigoule,la migoulecomme ils l’appellent, elle n’est pas aussi bonne que celle-là.
La première maladie qui est arrivée dans la vallée du Lot est remontée par la vallée, ça a été l’encre. Le pied du châtaignier s’est mis à produire un jus noir comme de l’encre. C’est pour ça qu’ils appelaient ça l’encre. Les gens disaient que ça venait des mines de Decazeville, qu’ils avaient mis l’encre dans toute la vallée du Lot, dans les châtaigneraies. Mais enfin, c’est une maladie qui s’est répandue un peu partout. Les châtaigniers en ont souffert pas mal de temps. C’était juste avant la guerre, avant 1939, mais tous ne l’ont pas eue. Les châtaigniers qui ont le plus eu l’encre étaient les châtaigniers qui étaient tournés vers le sud, vers le soleil. Ceux qui étaient tournés vers le nord n’ont pas été aussi malades. Mais ils s’en sont tirés parce qu’il y a encore des châtaigniers qui ont plus de cents ans et ils sont encore debout. Après l’encre, ils se sont refaits.
Mais le plus terrible a été le chancre. Le chancre, ça faisait une bosse sous l’écorce et, souvent, le châtaignier séchait mais repartait sur le côté. Nous n’avions rien pour le traiter.
La seule méthode pour soigner les arbres, à cette époque, nous appelions ça nettoyer les bois, nettoyer le bois en dessous, couper les fougères au mois de juillet, au mois d’août, après la moisson, les fougères, les ronces s’il y en avait mais encore il n’y en avait pas, il y avait surtout des fougères et ensuite élaguer. Élaguer, ça consiste à couper, à émonder le châtaignier, couper les branches sèches, les branches qui ne sont pas greffées, s’il y en a, et redonner un peu une forme au châtaignier. Et comme ça le châtaignier durait... Il y en a qui ont deux cents, trois cents ans. Nous en avons un à Espeyrac qui fait sept mètres de circonférences et treize mètres là où il est creux. Il tient encore debout.
Ce qu’il y a de curieux, dans la vallée du Lot, en dessous d’Entraygues, dans les pentes... Bon, à l’adret nous avions les vignes et de l’autre côté nous avions les châtaignes. Alors, au milieu de la châtaigneraie on construisait le séchoir. Il fallait faire sécher les châtaignes à partir de Toussaint assez longtemps. Alors, il fallait passer la nuit au séchoir. Mon père allait passer la nuit au séchoir. Il fumait, avec des souches de châtaignier ou de chêne, les châtaignes et il y passait la nuit. Il revenait le matin, c’est tout. Comme dans la journée nous retournions ramasser des châtaignes, nous allions remuer la souche pour faire ça.
Il est arrivé qu’un jour, ou plutôt une nuit, il a couché au séchoir, et il lui est arrivé une petite histoire. Il s’était assoupi dans un coin. Il y avait de la fumée. Ça fumait un peu. Tout à coup, il s’est assoupi, qu’est-ce qu’il a vu passer sous la porte du séchoir ? Des salamandres. Des salamandres une derrière l’autre et elles se sont mis à faire le tour du feu, de la souche qui brûlait, et elles dansaient autour de ce feu. Il pensait rêver mais il se demandait ce que faisaient ces salamandres. Il ne savait pas trop... Il a eu tellement peur que, tout à coup, il s’est levé, il est passé par la porte et il est tombé par terre, il s’est évanoui. Et les salamandres avaient disparu. D’après lui, il m’avait toujours raconté que c’était vrai, qu’il avait vu ces salamandres passer sous la porte du séchoir, en bas, et danser autour du feu. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...