Joan lo Bèstia

Collecté en 1997 Sur les Communes de Enguialès-Le Fel, Vitrac-en-Viadène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

De nombreux contes mettent en scène des simples d'esprit à qui il arrive de multiples mésaventures. En Rouergue, cet anti-héros se nomme généralement Joan lo Bèstia, Joan lo Nèci, Tòni, Toèna ou bien encore Joan-Joan, c'est-à-dire Jean ou Antoine.

Maurice raconte ici deux séquences de ce conte.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Maurice BOSC

né en 1927 à Banroques d'Enguialès-Le Fel, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Se racontava sovent a las vilhadas de còntes. Se contava sovent Joan lo Bèstia.

Visquiá ambe sa mamà. E totjorn disiá : “Fai aicí, fai alai…”
Un jorn, sa maire li di(gu)èt, ço ditz :
“Comence de n'avure mare de tu, ço ditz, vau fotre lo camp.”
E lo filh la vòl sègre e ditz :
“De qué fas ?
– Prene la pòrta.”
E comprenguèt :
“Pòrta la pòrta !
– Arranca-la se vòls.”
Arranca la pòrta e, la pòrta sus l'espatla, se'n van. Van enlai, traversan e pièi traversan un bòsc. La nuèch arribèt e, la nuèch, aquò's pas bien tròp tranquile… E, per se parar soi-disant dels lops empr'aquí, o de maisses bestials, montèron sus un aure, totes dos sus un aure bien folhut. Aquí, comencèron a s'arrengar coma podián mès… Aquela pòrta l'embarrassava ben, m'enfin se'n arrenguèt.
Pendent aquel temps, i aviá de brigands, empr'aquí, que passavan e s'èran ramassats jos aquel aure parce que èra un aure bèl, bien abritat. Aluquèron un fuòc e pièi se metèron a discutar aquí.
Se fot a pissar pièi los altres qu'èran dejóst :
“O… metem-nos a l'abric que se fot a plòure.”
Pièi, al bot d'un moment :
“O… mamà aquò's pas aquò, ço ditz, voldriái cagar…
– E ben caga, bogre, tant que i siás ! Es pas a un afaire prèp !”
E se fot a cagar. Aquò te tombava alai pel fuèlhatge e aquò tombava en aval.
Aquelses brigands avián alucat un fuòc e cosinavan quicòm. Sai pas de qu'avián cosinat dins una padena. Aquò tombava. Alara n'i a un, ço ditz :
“Bolega, bolega que la menda del Cièl tomba.”
E l'altre bolega.
Pièi, al bot d'un moment, ço ditz :
“La pòrta me cacha !
– Amb aquela pòrta… Comanças de m'embestiar amb aquela pòrta ! Laissa-la tombar, aquela pòrta !”
Te laissa tombar aquela pòrta… En aval per aquelas bròcas ! Te fa un bruch del Diable !
Los altres, la por, ço ditz :
“O lalà ! Sauvem-nos que i a…S ai pas de qu'es aquel sarrabastal mès aquò va se desrocar sus naltres !”
Les brigands se sauvèron e laissèron tot aquí. La maire e l'enfant davalèron.
Avián doblidat lor tresaur o aquò qu'avián panat empr'aquí, les brigands. Elses, ramassavan aquò. Se ramassan e tòrnan partir a l'ostal. E ben au mens agèron un pauc d'argent per contunhar a viure.

Les parents, a la vilhada, empr'aquí. Se ne racontava bravas quatre sus Joan lo Nèci.

Un altre còp Joan lo Nèci parti(gu)èt, s'estremèt dins un plonjon de palha. E pièi d'aquí perdèt son pòrta-moneda e lo cercava mès lo trobava pas jamai. Sa maire li ditz :
“E ben òm a qu'a lo cercar !”
Li di(gu)èt :
“A mès, se metiam lo fuòc al plonjon !”
Metèt lo fuòc al plonjon, lo borsicot brutlèt mès enfin tornèt trobar las pèças d'aur. Èra pas tan nèci qu'aquò quand mème… »
Jean le Bête
« On racontait souvent des contes à la veillée. On racontait souvent Jean le Bête.

Il vivait avec sa maman. Et elle disait toujours : “Fais ceci, fais cela...”
Un jour sa mère lui dit :
“Je commence à en avoir assez de toi, je vais foutre le camp.”
Et le fils veut la suivre et dit :
“Que fais-tu ?
– Je prends la porte.”
Et il comprit :
“Porte la porte !
– Arrache-la si tu veux.”
Il arrache la porte et, la porte sur l’épaule, ils s’en vont. Ils vont là-bas, et puis ils traversent un bois. La nuit arriva et, la nuit, ce n’est pas trop tranquille... Et, pour se protéger soi-disant des loups par là, ou d’autres bêtes, ils montèrent sur un arbre, tous les deux sur un arbre bien feuillu. Là, ils commencèrent à s’installer comme ils pouvaient mais... Cette porte l’embarrassait bien, mais enfin il s’en arrangea.
Pendant ce temps, il y avait des brigands, par là, qui passaient et ils s’étaient rassemblés sous cet arbre parce que c’était un grand arbre. Ils allumèrent un feu et puis ils se mirent à discuter.
Il se met à uriner et les autres qui étaient dessous :
“Oh... mettons-nous à l’abri il se met à pleuvoir.”
Puis, au bout d’un moment :
“Oh... maman ce n'est pas le tout, je voudrais faire caca...
– Eh bien, fais caca, bougre, tant que tu y es ! On n’est pas à ça près !”
Et il se met à faire caca. Ça tombait là-bas dans le feuillage et ça tombait en bas.
Ces brigands avaient allumé un feu et ils cuisinaient quelque chose. Je ne sais pas ce qu’ils avaient cuisiné dans une poêle. Ça tombait. Alors l’un d’eux dit :
“Remue, remue, la manne du Ciel tombe.”
Et l’autre remue.
Puis, au bout d’un moment, il dit :
“La porte me presse !
– Avec cette porte... Tu commences à m’embêter avec cette porte ! Laisse-la tomber, cette porte !”
Il laisse tomber cette porte... Par là bas sur ces branches ! Ça fait un bruit du Diable !
Les autres, apeurés :
“Oh là là ! Sauvons-nous, il y a... Je ne sais pas quel est ce remue-ménage mais ça va se renverser sur nous !”
Les brigands se sauvèrent et laissèrent tout là. La mère et l’enfant descendirent.
Les brigands avaient oublié leur trésor ou ce qu’ils avaient volé dans le coin. Eux, ils ont ramassé ça. Ils se relèvent et ils repartent à la maison. Eh bien au moins ils eurent un peu d’argent pour continuer à vivre.

Nos parents, à la veillée, par là. On en racontait quelques-unes sur Jean le Niais.

Une autre fois, Jean le Niais partit, il se cacha dans une meule de paille. Et puis là il perdit son porte-monnaie et il le cherchait mais il ne le trouvait pas. Sa mère lui dit :
“Eh bien on n’a qu’à le chercher !”
Il lui dit :
“Ah mais, si nous mettions le feu à la meule !”
Il mit le feu à la meule, la bourse brûla mais enfin il retrouva les pièces d’or. Il n’était pas si niais que ça quand même... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...