Cantar per far dançar

Collecté en 2000 Sur les Communes de Enguialès-Le Fel, Vitrac-en-Viadène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Faute de musiciens, on faisait danser à la voix en interprétant des pots-pourris, en chantant “al tra-la-la” ou en utilisant des objets du quotidien (peigne, bouteille et cuillères…).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Maurice BOSC

né en 1927 à Banroques d'Enguialès-Le Fel, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Las borrèias se cantavan empr'aquí, de còps a la vilhada, totjorn qualqu'un n'arrengava qualqu'una, empr'aquí. Causissián les endrechs del país empr'aquí. E totjorn aquò èra per s'amusar un pichòt bocin, quoi.

“Las filhas d'a Cassuèjols,
L'an pas nòu, nòu, nòu,
L'an pas nòu, nòu, nòu,
Las filhas d'a Cassuèjols,
L'an pas nòu, nòu, nòu,
Lo prestan coma l'an.

N'es pas vertat,
Las filhas d'a Cassuèjols,
N'es pas vertat,
L'an pas jamai prestat.” »
Chanter pour faire danser
« Les bourrées se chantaient par là, parfois à la veillée, quelqu’un en arrangeait toujours une, par là. Ils choisissaient les endroits du pays par là. Et c’était toujours pour s’amuser un petit peu, quoi.

“Les filles de Cassuéjouls,
Ne l’ont pas neuf, neuf, neuf,
Ne l’ont pas neuf, neuf, neuf,
Les filles de Cassuéjouls,
Ne l’ont pas neuf, neuf, neuf,
Elles le prêtent comme elles l’ont.

Ce n’est pas vrai,
Les filles de Cassuéjouls,
Ce n’est pas vrai,
Ne l’ont jamais prêté.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...