Magre o gras (Lo conte de Godolin)

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Drulhe, Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte humoristique, attesté dans les fabliaux français du Moyen-Age, a été publié en occitan par l’abbé Justin Bessou (1845-1918) sous le titre “Godolin, lo pus fin volur del Segalar”.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Adrienne VIGUIÉ

née Marty en 1914 à La Millie de Maleville.

Transcription

Occitan
Français
« Vos vau contar lo conte de Godolin.

Godolin, lo pus fin volur del Segalar,
Un ser que fasiá un temps negre coma la pega,
Se'n va panar un moton al Romiu de La Brega
Ambe son enfantàs qu’apreniá lo mestièr.
Quand sia(gu)èron davant la glèi(s)a del Clapièr,
Lo paire di(gu)èt a l’enfant : “De dos, traïriam lo mistèri,
Daissa-me far tot sol. M’esperaràs aquí, darrèr lo cementèri.”
E òp ! l’enfantàs d’un còp mònta de cavalons sus la paret.
E se met, per passar lo temps, a trincar de rescalons.
Per malur, aquel ser, l’angèlus retardava.
Joan Bèl, lo campanièr, molàs coma una raba
Mès fòrt coma un truèlh, mès bestiàs e nigaud,
Qu’aviá paur de la trèva e mème del garanhau,
Crese(gu)èt qu’aquel bruch que fasiá l’enfant en trinquent los clòsces,
Qu’aquò èra lo Diable que trincava los òsses dels paures mòrts
E se'n va tot embufat ne portar la novèla a mossur lo curat.
Qué pensatz ? Se ri(gu)èt e l’apelèt borrica !
Mès, çò que vos disi es vertat.
Aviá talament paur que tremblava,
Aviá los uèlhs totes escarquilhats
E lo paure curat agèt pietat de el.
“A…, li di(gu)èt, te prometi, Joan Bèl,
Que s’aviái pas los pès ufles de gota,
Vendriái ambe tus per te provar, nigaud,
Que los òsses dels paures mòrts al Diablatàs fan pas cas.
– Mès aquò’s se(g)ur, podètz pas córrer ? E ben vos portarai !”
E òp ! lo te prenguèt dins los braces e se'n van del costat del cementèri.
L’enfantàs contunhava a trincar los clòsces
En lo vegent davalar pel camin en arribent
Crese(gu)èt qu’aquò èra lo paire que portava lo moton sus l’esquina.
E sans levar los uèlhs, li di(gu)èt : “Es gras ?
– Magre o gras, aquí l’as !”
Plof ! e lo te fot dins la banqueta…
E lo paure rictor s’amasèt coma po(gu)èt…
Delivratz-nos, Senhor, d’un volur e d’un sòt ! »
Le conte de Goudouli
« Je vais vous raconter le conte de Goudouli.

Goudouli, le plus fin voleur du Ségala,
Un soir qu’il faisait un temps noir comme la poix,
S’en va voler un mouton à Roumieu de La Brègue
Avec son fils qui apprenait le métier.
Quand ils furent devant l’église du Clapier,
Le père dit à son fils : “À deux, nous trahirions le mystère,
Laisse-moi faire tout seul. Tu m’attendras là, derrière le cimetière.”
Et hop ! le fils d’un coup monte à cheval sur le mur.
Et il se met, pour passer le temps, à casser des noix.
Par malheur, ce soir, l’angélus retardait.
Jean Bel, le sonneur, mou comme une rave
Mais fort comme un bœuf, mais bête et nigaud,
Si bien qu’il avait peur du revenant et même du croquemitaine,
Crut que le bruit que faisait l’enfant en cassant les coquilles
Était le Diable qui cassait les os des pauvres morts
Et il s’en va tout exalté en porter la nouvelle à monsieur le curé.
Que pensez-vous ? Il rit et l’appela bourrique !
Mais ce que je vous dis est vrai.
Il avait tellement peur qu’il tremblait,
Il avait les yeux tout écarquillés
Et le pauvre curé eut pitié de lui.
“Ah..., lui dit-il, je te promets, Jean Bel,
Que si je n’avais pas les pieds enflés par la goutte,
Je viendrais avec toi pour te prouver, nigaud,
Que les os des pauvres morts n'intéressent pas le Diable.
– Mais c’est sûr, vous ne pouvez pas marcher ? Eh bien je vous porterai !”
Et hop ! il te le prit dans les bras et ils s’en vont du côté du cimetière.
Le fils continuait de casser les coquilles
En le voyant descendre par le chemin en arrivant
Il crut que c’était son père qui portait le mouton sur le dos.
Et sans lever les yeux, il lui dit : “Il est gras ?
– Maigre ou gros, le voilà !”
Plouf ! et il te le fout dans le fossé...
Et le pauvre curé se releva comme il put...
Délivrez-nous, Seigneur, d’un voleur et d’un sot ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...