Bèla Sant-Joan s'apròcha…

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Drulhe Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson de loue était chantée à l'occasion des feux de la Saint-Jean (radals, joanadas, fenestrets, cabanons…). Ce jour-là, les domestiques changeaient généralement de patron.

En Rouergue méridional, on trouve la variante "Mia Totsants", autre date traditionnelle d'embauche des domestiques.

Elle a été publiée dans Chansons du pays d'oc, de Léon Froment, et on dit que les croquants qui assiégèrent Villefranche de Rouergue au XVIIe siècle la chantaient.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ARMAND SEGONDS

né en 1934 à La Brousse de Drulhe.

Transcription

Occitan
Français
« Bèla Sant-Joan s’apròcha,
Bèla nos cal quitar,
Dins una autra vilòta,
Iè, iè, anarem demorar.

S’èri una irondèla,
Que posquèssi volar,
Als pès de vos, ma bèla,
Iè, iè, ieu m’anariái pausar.

Tinta, tinta relòtge,
Solelh abaissa-te,
Car la Sant-Joan s’apròcha,
Iè, iè, de mèstre cambiarem.

Pre(g)aràs-tu la mèstra,
De te voler gardar,
Ieu pre(g)arai la meuna,
Iè, iè, que me laissa endanar.

Quand lo cocut cantava,
Ieu me rejoissiái,
E ieu m’imaginavi,
Iè, iè, que la Sant-Joan veniá.

La mèstra es una carna,
Lo mèstre es un brutal,
Sembla un chaval de guèrra,
Iè, iè, que a lo mòrs al cais.

Lo ser quand me'n vau claure,
Lo mèstre es sul portal,
Me compta las fedetas,
Iè, iè, me saca un renegal.

Quand dientri sus la pòrta,
La mèstra es al canton,
Repotega de la sòrta,
Iè, iè, que me planh lo croston.

Anarem a la fièira,
Cromparem un bridèl,
Ne bridarem la mèstra,
Iè, iè, se no’n podèm vengar.

Qual vòls que la te crompe ?
Aquel vièlh carmalhàs,
Es magra tota seca,
Iè, iè, coma un vièlh rastelàs.

Se la podèm pas vendre,
La caldrà engraissar,
A la fièira novèla,
Iè, iè, l’anarem debitar.

E las cerièiras vairan,
Mès daissèm las vairar,
Dins una autra vilòta,
Iè, iè, las anarem manjar.

Vèni pastra novèla,
Vèni me remplaçar,
Te cedarai la plaça,
Iè, iè, sans la te regretar.

Se la te regretavi,
La te cedariái pas,
Mès o te tòrni dire,
Iè, iè, ieu li tornarai pas.

Vèni pastra novèla,
Vèni me remplaçar,
Vòli pas pus far pastre,
Iè, iè, me vòli maridar. »
Belle, la Saint-Jean approche…
« Belle, la Saint-Jean approche,
Belle, nous devons nous quitter,
Dans une autre petite ville,
Nous irons nous installer.

Si j’étais une hirondelle,
Que je puisse voler,
À vos côtés, ma belle,
J’irais me poser.

Tinte, tinte, horloge,
Soleil, abaisse-toi,
Car la Saint-Jean approche,
De maître nous changerons.

Prieras-tu ta maîtresse,
De te garder,
Moi, je prierai la mienne,
De me laisser m’en aller.

Quand le coucou chantait,
Je me réjouissais,
Et je m’imaginais,
Que la Saint-Jean venait.

Ma maîtresse est une carne,
Mon maître est un brutal,
Il ressemble à un cheval de guerre,
Qui a le mors aux dents.

Le soir, quand je vais rentrer le bétail,
Le maître est sur la porte,
Il compte les brebis,
Il me lance un juron.

Quand j’entre sur la porte,
La maîtresse est au coin du feu,
Elle râle tellement,
Qu'elle me plaint le pain.

Nous irons à la foire,
Nous achèterons une bride,
Nous en briderons la maîtresse,
Si nous pouvons la maîtriser.

Qui va te l’acheter ?
Cette vieille crémaillère,
Elle est maigre, toute sèche,
Comme un vieux râteau.

Si nous ne pouvons pas la vendre,
Il faudra l’engraisser,
À la foire nouvelle,
Nous irons la débiter.

Et les cerises mûrissent,
Mais laissons-les mûrir,
Dans une autre petite ville,
Nous irons les manger.

Viens, nouvelle bergère,
Viens me remplacer,
Je te céderai la place,
Sans la regretter.

Si je la regrettais,
Je ne te la céderais pas,
Mais je te le redis,
Moi, je n’y retournerai pas.

Viens, nouvelle bergère,
Viens me remplacer,
Je ne veux plus être berger,
Je veux me marier. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...