Sant-Clamenç

Collecté en 2004 Sur la Commune de Druelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La tradition orale a gardé le souvenir de la conquête romaine sur les territoires gaulois.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Gilbert ESPINASSE

né en 1944 à Sévignac de Druelle.

Transcription

Occitan
Français
« Sant-Clamenç, sai pas se sabètz… Se tròba sul costat de la vallée de l'Avairon, entre lo platèu, la colina de Solelhac e l'autra colina de Cesars. E, al mièg, i avètz Sant-Clamenç sus un pichon promontoèra.
E l'origina de Sant-Clamenç… Al debut, i aviá la vallée de La Maresca que passa en bas. I aviá pas aquel pichon promontoèra plen de pèiras, aquí. Aquò èra pas que la vallée. Vos parle, bon, i a dos mila ans, presque…
E alara, quand los Romains venguèron, envaíèron lo país. Mès lo monde del país, encara totes se volguèron pas daissar far al premièr còp e assajèron de se defendre. E s'èran acantonats, justament, los indigènas de l'epòca, a Solelhac. Aquò's lo país que lo solelh se lèva, Solelhac. E los Romains, per contra, èran sul platèu en faça, aicís, que après còps apelèron Cesars perque Jules César i venguèt un temps far son campament.
I a mème un cementèri romain qu'es estat folhat, aquí, n'i a cinquanta ans a pus près. Avèm trobadas quauquas pèiras tombalas.
E doncas los Romains èran a Cesars e los Gauloèses a Solelhac e se batián, a l'epòca. Mès se batián ambe de forcas, empr'aquí, de pals, o a còps de pèiras.
Alara lo matin, quand se batián d'una montanha a l'autra, enfin pas d'una montanha, d'una colina a l'autra, se gitavan de pèiras, après assajavan d'atapar l'autre. Lo matin, quand èran en forma un pauc, las pèiras arribavan jusca la colina en faça, mème se tuavan pas l'enemic. Mès, quand arribava apèissa l'après-miègjorn o lo ser, començavan d'èsser fatigats, tant d'un costat coma de l'autre… Gitavan las pèiras tant que podián mès arribavan pas al cap de la colina e tornavan rodar en bas. A fòrça de rodar a drecha e a gaucha, fa(gu)èron aquel monticula, aquí. Aquelas pèiras s'amoncelèron una sus l'autra, que duèi dònan Sant-Clamenç. Apièi, pus tard, i fa(gu)èron una glèisa, sus aquel emont de pèiras. »
Saint-Clément
« Saint Clément, je ne sais pas si vous savez… Ça se trouve sur le côté de la vallée de l'Aveyron, entre le plateau, la colline de Soleillac et l'autre colline de Césars. Et, au milieu, vous avez Saint-Clément sur un petit promontoire.
Et l'origine de Saint-Clément… Au début, il y avait la vallée de la Maresque qui passe en bas. Il n'y avait pas ce petit promontoire plein de pierres, là. Ce n'était que la vallée. Je vous parle, bon, il y a 2000 ans, presque…
Et alors, quand les Romains vinrent, ils envahirent le pays. Mais les gens du pays, tous ne voulurent pas se laisser faire du premier coup et ils essayèrent de se défendre. Et ils s'étaient regroupés, justement, les indigènes de l'époque, à Soleillac. C'est le pays où le soleil se lève, Soleillac. Et les Romains, par contre, étaient sur le plateau d'en face, ici, qu'ils appelèrent Césars après coup parce que Jules César y vint un temps faire son campement.
Il y a même un cimetière romain qui a été fouillé, là, il y a à peu près 50 ans. Nous avons trouvé quelques pierres tombales.
Et donc les Romains étaient à Césars et les Gaulois à Soleillac et ils se battaient, à l'époque. Mais ils se battaient avec des fourches, par-là, des bâtons, ou à coups de pierres.
Alors le matin, quand ils se battaient d'une montagne à l'autre, enfin pas d'une montagne, d'une colline à l'autre, ils se jetaient des pierres, après ils essayaient d'atteindre l'autre. Le matin, quand ils étaient en forme, un peu, les pierres arrivaient jusqu'à la colline d'en face, même s'ils ne tuaient pas l'ennemi. Mais, quand arrivait ensuite l'après-midi ou le soir, ils commençaient à être fatigués, autant d'un côté que de l'autre… Ils jetaient les pierres tant qu'ils pouvaient mais ils n'arrivaient pas au sommet de la colline et elles retombaient en bas. À force de retomber à droite et à gauche, elles firent ce monticule, là. Ces pierres s'amoncelèrent une sur l'autre, donnant aujourd'hui Saint-Clément. Après, plus tard, ils y firent une église, sur ce tas de pierres. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...