Las pomas e la citra

Collecté en 2000 Sur les Communes de Druelle, Montsalès, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On trouvait des pommiers (pomièrs) dans les haies (bartasses), mais on plantait aussi de véritables pomarèdas.

Il y avait les variétés à couteau, les variétés de longue conservation, les variétés à cidre (citra) car, pour remplacer le vin ou l'économiser, on fabriquait un peu de cidre. En occitan, le mot citra est féminin et celui qui pressait le cidre était appelé lo citraire. On se regroupait pour écraser (escrachar) les pommes avec l'escracha-pomas et les presser (premsar, trolhar) au moyen d'un pressoir appelé truèlh ou trèlh. Dans le truèlh, on intercalait des couches de pommes et des couches de paille.

Ce témoignage est illustré par un film tourné en 1965 par André Andrieu à Salusses sur la commune de Montsalès.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARCEL RICARD

né en 1936 à Druelle.

Transcription

Occitan
Français
« Lo trabalh que se fa per conservar las varietats ancienas es essencial. L'an passat, coma aquò en rabalent d'un costat o de l'autre, aviái trobat tres varietats interessentas, de pomas. Quand i tornère cercar grefon, totes los tres i èran passats. N'i a un, sai pas per de que, l'avián descapitat, flambat, l'autre la rota… i aviá ajut un contorn, i èra passat, e l'autre aviá crebat.
Ai ajut vist, ieu, de pomièrs, mès pas n'impòrta que, de reinetas, n'i aviá una solada per tèrra e èran pas amassadas, las vacas las manjavan. Avián mème pas l'idèia de las amassar !
Normalament, lo monde fasián a pus près lo torn perque avián de pomas precòças e i aviá de pomas très, très tardivas. La passaròsa de Saint-Beauzély, practicament fa lo torn. La manjatz encara al mes de junh. Fa que practicament las pomas fasián lo torn de l'annada.
Quand sortiá, un pomièr sauvatge o un perièr sauvatge, ont que sòrte, s'èra bien plaçat, s'èra dins un bartàs, qu'embarrassèsse pas, que se metèsse à butar, sovent lo laissavan produire. Lo daissavan produire. Fa que, se jamai fasiá de pomas o de peras qu'èran pas tan missantas qu'aquò, lo laissavan. Se las peras valián pas grand causa, o se las pomas atanben, a-n-aquel moment lo grefavan. Grefavan d'aures qu'èran gròsses coma un margue de fessor.
Las pomas se vendián al mercat de Vilafranca, al mercat de Laguépia, mème de mercats devàs Rodés, e lo monde se coneissián. Un tipe vesiá un tipe qu'aviá de bonas pomas al mes de mai, per exemple, li disiá :
“Cossí t'apèlas ? D'ont venes ? Aquò te fariá pas res de me balhar un grefon ?
– Perqué pas ? Vèni me veire.”
E las varietats se son atanben propagadas coma aquò.
I aviá sustot de pomas de citra perque lo monde aimavan pas bien l'ai(g)a canda e coma lo vin butava pas pertot e butava pas cada ans… Metián ben de trelhas per totes los paredals e pertot ont podián metre un bocin de vin… Enfin i aviá pas de vin pertot e i aviá pas de vin cada ans. Fa que, quand avián pas de vin, tant pis, bevián de citra.
N'i a quauquas unas qu'èran unicament per manjar mès la plupart fasián de citra. Mès i a de varietats tanben que fasián, suivant los besonhs, fasián l'un o l'autre. »
Les pommiers
« Le travail qui se fait pour conserver les variétés anciennes est essentiel. L'année dernière, comme ça en trainant d'un côté ou de l'autre, j'avais trouvé trois variétés intéressantes, de pommes. Quand j'y retournai pour chercher un greffon, tous les trois y étaient passés. Un, je ne sais pourquoi, ils l'avaient décapité, flambé, l'autre la route… il y avait eu un contour, il y était passé, et l'autre avait crevé.
J'ai eu vu, moi, des pommiers, mais pas n'importe quoi, des reinettes, il y en avait une jonchée à terre et elles n'étaient pas ramassées, les vaches les mangeaient. Ils n'avaient même pas l'idée de les ramasser !
Normalement, les gens faisaient à peu près le tour car ils avaient des pommes précoces et il y avait des pommes très, très tardives. La passerose de Saint-Beauzély fait pratiquement le tour. Vous la mangez encore au mois de juin. Cela fait que pratiquement les pommes faisaient le tour de l'année.
Quand il sortait, un pommier sauvage ou un poirier sauvage, où qu'il sorte, s'il était bien placé, s'il était dans une haie, qu'il n'embarrasse pas, qu'il se mette à pousser, souvent ils le laissaient produire. Ils le laissaient produire. Cela fait que, si jamais il faisait des pommes ou des poires qui n'étaient pas si mauvaises que ça, ils le laissaient. Si les poires ne valaient pas grand-chose, de même pour les pommes, à ce moment-là ils le greffaient. Ils greffaient des arbres qui étaient gros comme un manche de houe.
Les pommes se vendaient au marché de Villefranche, au marché de Laguépie, même à des marchés vers Rodez, et les gens se connaissaient. Un type voyait un type qui avait de bonnes pommes au mois de mai, par exemple, il lui disait :
“Comment t'appelles-tu ? D'où viens-tu ? Cela ne te ferait rien de me donner un greffon ?
– Pourquoi pas ? Viens me voir.”
Et les variétés se sont aussi propagées comme ça.
Il y avait surtout des pommes à cidre car les gens n'aimaient pas tellement l'eau claire et comme le vin ne poussait pas partout et ne poussait pas tous les ans… Ils mettaient bien des treilles contre tous les murs et partout où ils pouvaient mettre un peu de vin… Enfin il n'y avait pas de vin partout et il n'y avait pas de vin tous les ans. Cela fait que, quand ils n'avaient pas de vin, tant pis, ils buvaient du cidre.
Il y en a quelques-unes qui étaient uniquement pour manger mais la plupart faisaient du cidre. Mais il y a aussi des variétés qui faisaient, suivant les besoins, qui faisaient l'un ou l'autre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...