Première de couverture de Los carbonièrs de La Sala, d'Ives Roqueta, Andrieu Pradèl, Joan Bodon, Sèrgi Mallet

Sur la Commune de Decazeville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Première de couverture de Los carbonièrs de La Sala, d'Ives Roqueta, Andrieu Pradèl, Joan Bodon, Sèrgi Mallet.

En 1962, Les grèves provoquées par la fermeture des mines du Bassin de Decazeville (La Sala) ont inspiré les auteurs occitans du Rouergue comme André Pradel, mineur gréviste, Henri Mouly, Jean Boudou ou Yves Rouquette et des poèmes en occitan signés « Josèp Garcià, minur » furent publiés dans Centre Presse.
André Pradel (1912-1971)
Ses souvenirs des grèves de La Sala, accompagnés d’un disque avec traduction de Jean-François Mariot, ont été publiés dans L’òme par l’association Mescladís. André Pradel raconte dans ses écrits comment lui vint l’idée de rédiger, dans une graphie patoisante, la célèbre pancarte revendicatrice en occitan : « Viva la solidaritat ; nos daissarem pas tòrcer ! » Et il raconte que c’est cette initiative qui inspira à Henri Mouly la chanson “Nos daissarem pas tòrcer !” : « Un matin d’aquelas manfestacions – la segonda cresi qu’èra – un camarada me diguèt : “Se fasiam una pancarta en patoès, l’anarai carrejar al desfilat. ” Sus una lesa d’isorèl, nos afoguèrem a grafiar aiçò : “Bibo la soulidaritat ; nous daïssaren pas torssé !” La grafia èra un briat oscada benlèu, mas caliá que lo mond comprenguèsson facilament. » (Extrait de Los carbonièrs de La Sala)

Henri Mouly (1896-1981)
Le fondateur du Grelh roergàs écrivit trois chansons sur le thème de la crise du Bassin : “Nos laissarem pas tòrcer” (sur l’air de “Les Allobroges”), “Los Tecnocratas” et “La Reconvertida” (sur l’air de “Le temps des cerises”). Elles ont été publiées dans Los cants del Grelh (1971).
Jean Boudou (1920-1975)

Outre le célèbre poème “Los carbonièrs de La Sala” mis en musique par Mans de Breish et interprété par de nombreux chanteurs occitans, Jean Boudou a laissé divers écrits relatifs aux grèves de La Sala. Dans l’un d’eux, “Soi tornat a La Sala”, il évoque la rencontre avec les autres grands noms de la littérature occitane du XXe siècle : « Oc, Manciet e Castan, vos sovenètz ? Aquel cafeton qu’anèrem beure. Roqueta i èra tanben. Lo curat e l’autre... Manciet, Castan, Roqueta... E los autres. Quora tornarem a La Sala ? »

Photo

 Première de couverture de Los carbonièrs de La Sala, d'Ives Roqueta, Andrieu Pradèl, Joan Bodon, Sèrgi Mallet
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...