Far rabas

Collecté en 2000 Sur les Communes de Decazeville, Druelle, Montrozier, Moyrazès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il y avait des foires à la loue (lògas) pour que patrons et domestiques se rencontrent. Il y avait également des foires spécialisées pour l’embauche d’équipes (còlas) de faucheurs (dalhaires) ou de moissonneurs (meissonièrs, segaires).

Le contrat de travail oral entre patron et domestique était conclu par une simple tape dans la main : la pacha.

Le vinatge était l'étrenne que l'on donnait au domestique le jour de la conclusion du contrat de travail. Far rabas signifiait se désister, ne pas se rendre sur son lieu de travail à la date prévue alors même que l'on a reçu le vinatge.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Fernande MIQUEL

née Ginestet en 1929 à Trébosc de Montrozier, décédée en 2017.

Transcription

Occitan
Français
« A ben, èran totes dos… Enfin se lo(g)avan cadun dins una bòria separada. Un èra devàs Druèla e la miá memè èra a L'Avescalariá, aquò's una bòria al pè d'Ampiac, que gardava de pòrcs.
Un jorn, son fraire, li passèt pel cap de far rabas. Ara, sabe pas per de qué, s'èra estat cridat pel patron… O sabe pas.
E, quand agèt fach rabas, sachèt pas end anar, anèt cercar sa sòrre end èra lo(g)ada e pièi totes dos parti(gu)èron. E de qué devenir quand es uèch oras del ser, l'estiu ? Anèron cochar ches una tanta a Druèla que los amassèt per la nuèch. Mès qu'ela n'aviá un altre cinc o sièis e qu'èra viusa. E pièi lo lendeman, coma i aviá pas de telefòne ni pas res, calguèt avertir los parents d'a Moirasés. Los parents d'a Moirasés venguèron, s'expliquèron e cadun, ieu crese… La miá memè tornèt partir a L'Avescalariá pièi son fraire tornèt partir, sai pas, lo(g)at apr'aquí al pè de Druèla, sai pas tròp end ont.
Mès que, aquel paure enfant, en agent fach rabas, pièi l'annada d'après, quand la prima arribèt, que se caliá tornar lo(g)ar, coma aviá fachas rabas, degús lo volguèt pas.
Aviá nòu o dètz ans a l'epòca, esperèt a dotze ans e pièi, a dotze ans, fotèt lo camp trabalhar a las fargas e Decazevila. E i fasquèt sa vida. I fasquèt sa vida. Abandonèt juste per far lo regiment e pièi trabalhèt totjorn a las fargas. I se maridèt e la femna tenguèt un pichon bistrò per far biure, un pauc de cantina a miègjorn… I passèt sa vida e i mori(gu)èt.
Èran coma dos bessons. La miá memè, quand aquò èra la sason de las auglanas, caliá amassar las auglanas e vitament anar vedinhar a Decazevila ambe son fraire. Son fraire, lo prumièr ratafià que fasiá, lo caliá portar a Trebòsc a cò de sa sòrre en passent d'anar veire una filha dins lo Miègjorn… Aquò èra a veire ! Es pas a creire de tant que s'èran sostenguts tota lor vida. E ieu crese qu'aquò's la misèra que los aviá menats a s'aimar coma aquò. »
L'abandon de poste
« Eh bien, ils étaient tous les deux… Enfin ils se louaient chacun dans une ferme. L'un était vers Druelle et ma mémé était à La Bescalerie, c'est uneferme près d'Ampiac, où elle gardait des cochons.
Un jour, son frère, il lui passa par la tête d'abandonner son poste. Maintenant, je ne sais pas pourquoi, s'il avait été réprimandé par son patron… Je ne sais pas.
Et, quand il eut abandonné son poste, il ne sut pas où aller, il alla chercher sa sœur là où elle était louée et puis tous deux partirent. Et que devenir quand il est huit heures du soir, l'été ? Ils allèrent coucher chez une tante à Druelle qui les accueillit pour la nuit. Mais seulement, elle, elle avait cinq ou six autres enfants et elle était veuve. Et puis le lendemain, comme il n'y avait pas de téléphone ni rien, il fallut avertir les parents de Moyrazès. Les parents de Moyrazès vinrent, ils s'expliquèrent et chacun, je crois… Ma mémé repartit à La Bescalerieet puis son frère repartit, je ne sais pas, loué par-là près de Druelle, je ne sais pas trop où.
Mais, ce pauvre garçon, en ayant abandonné son poste, ensuite l'année d'après, quand le printemps arriva, qu'il fallait se relouer, comme il avait abandonné son poste, personne ne le voulut.
Il avait 9 ou 10 ans à l'époque, il attendit 12 ans et puis, à 12 ans, il partit travailler aux forges de Decazeville. Et il y fit sa vie. Il y fit sa vie. Il abandonna juste pour faire le régiment et puis il travailla toujours aux forges. Il s'y maria et sa femme tint un petit bistro pour faire boire, un peu de cantine à midi… Il y passa sa vie et il y mourut.
Ils étaient comme deux jumeaux. Ma mémé, quand c'était la saison des noisettes, il fallait ramasser les noisettes et vite aller vendanger à Decazeville avec son frère. Son frère, le premier ratafia qu'il faisait, il fallait l'apporter à Trébosc chez sa sœur en passant pour aller voir sa fille dans le Midi… C'était à voir ! C'est incroyable à quel point ils s'étaient soutenus toute leur vie. Et je crois que c'était la misère qui les avait amenés à s'aimer comme cela. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...