Tu que te'n vas durmir…

Collecté en 2000 Sur les Communes de Curières, Lassouts, Prades-d'Aubrac, Ste-Eulalie-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Au XXe siècle, les anciens priaient encore en occitan. Dans les familles rouergates, la prière commune était de rigueur, surtout le soir.

Notre informatrice tient cette prière de Julie Roumiguier, une cousine de Sainte-Eulalie d'Olt, née près de Lassouts.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCETTE DIJOLS

née Alazard en 1939 à Prades d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Tu que te'n vas durmir,
Pensa que te cal morir.
Pensa a las penas de l’Infèrn,
Que n’auràs pas de penas al Cièl.
Pensa a las armas del Purgatòri,
Que ne sofron ! Que ne sofron !
E ne brutlan coma l’òli.
Atal sèm naltres sus la Tèrra.
Sabèm pas de qu’avèm perdut ni ganhat.”

La suite de cette prière est en langue française :

« Considérant Jésus-Christ sur le calvaire,
Il a sa tête couronnée d’épines,
Son côté ouvert par la lance,
Ses mains et ses pieds percés.
Il ne dit rien,
Il a soif,
Il demande à boire.
Un soldat se leva,
Lui apporta un peu de fiel et de vinaigre.
Mais quand il l’eut goûté,
Il n’en voulut plus.
Celui qui dira cette prière,
Le matin en se levant et le soir en se couchant,
Le Ciel ne lui sera pas refusé,
Que le Bon Dieu vous fasse la grâce.
Ainsi soit-il. »
Toi qui vas dormir…
« Toi qui vas dormir,
Pense qu’il te faut mourir.
Pense aux peines de l’Enfer,
Que tu n’auras pas de peines au Ciel.
Pense aux âmes du Purgatoire,
Comme elles souffrent ! Comme elles souffrent !
Et elles brûlent comme de l’huile.
Ainsi sommes-nous sur la Terre.
Nous ne savons pas ce que nous avons perdu ni gagné. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...