Lo pastron

Collecté en 2001 par IOA Sur les Communes de Curières, Soulages-Bonneval Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant la motorisation des années 50-60, le recours à une main-d’œuvre saisonnière ou annuelle était chose courante pour beaucoup d’exploitations. Il y avait donc une domesticité assez nombreuse et relativement spécialisée.

Les jeunes pastres et les serventas étaient recrutés directement dans les ostals.

Ethnotexte

THÉRÈSE HUGONET

née Veyre en 1932 à Soulages-Bonneval.

Transcription

Occitan
Français
« La grand-maire nos contava que avián de pastrons, alara, de sèt, uèch, dètz ans.
Un còp, un, lo prumièr còp que parti(gu)èt gardar, li fasquèt una museta ambe de pan, de fromatge… un brave cassa-crosta. Lo ser, quand tornèt, aviá pas res dins la museta. La grand-maire se di(gu)èt :
“N’as pas metut pro !”
Lo lendeman, li fasquèt pus bèl. Lo ser, quand tornèt, pas res dins la museta, tornar.
“Mès, te n’ai pas donat pro ? O as tot acabat ?”
Lo pastron respondiá pas e, al cap d’un moment, di(gu)èt :
“O ai metut dins un trauc d’una paret que, se deman me donàvetz pas res…”
La grand-maire li di(gu)èt :
“Fanton, te donarai totjorn quicòm mès torna-me portar aquò que manges pas !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...