Lo musicaire e lo lop

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Curières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les histoires relatives à des musicaires suivis par des loups qui s’enfuient au son fortuit de l’instrument sont des récits d’expérience très anciens et très répandus. Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés. En pays montanhòl, l'instrument est souvent une cabreta.

Claude Peyrot (1709-1795), auteur occitan du Millavois, en donne une version en vers, "Lo lop e lo graile", dans Poésies rouergates.

C’est sur le canton de Saint-Chély que ces histoires sont les plus nombreuses et les plus précises, peut-être en raison de la version popularisée par Arthémon Durand-Picoral (1862-1937) d’Artigues de Bonefon.

Ethnotexte

MARCEL LUNEL

né en 1940 à Lieutadès (15).

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra una persona que jo(g)ava un pauc d’acordeon o de cabreta e, en venguent del bal, donava un pauc de fo(g)assa als lops. Fasiá de nèu mai que uèi, les lops crebavan de fam. Tant que avián un pauc de fo(g)assa, li disián pas res mès, tot en un còp, en fa(gu)ent un fals-movament, en arribent chas el, l’acordeon fa un pichòt son. Les lops n’anèron al diables. Alara disiá :
“S’aviái sachut, auriái gardada la fo(g)assa per ieu e auriái jo(g)at la musica pus lèu !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...