Lo granièr de Capou

Collecté en 2000 Sur les Communes de Curières, Soulages-Bonneval Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Tous les Aveyronnais connaissent le grenier de Capou. Raymond souligne, à juste titre, qu'il est tout aussi important de sauvegarder la langue, le nom occitan des objets que les objets eux-mêmes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Raymond CAPOULADE

né en 1943 à La Cristilie de Soulages.

Transcription

Occitan
Français
« Avètz vist un bocin la passion d'un òme puisque tota ma vida ai assajat de recuperar tot aquel vièlh materiel. E i a calgut i far ! Parce qu'aquò's pas del jorn al lendeman que podèm amassar tot aquò. Cada jorn, pichòt a pichòt. E contunhèm, ara sustot ambe les filhs, sustot Guilhaume, aquí, qu'a plaser a recuperar lo vièlh materiel per contunhar après ieu. Et voilà.
Et voilàcossí arribèm a conservar un bocinon. E urosament que i a de tipes coma naltres que conservèm aquelses vièlhses utisses per poire montrar cossí an trabalhat nòstres anciens, cossí èran desgordits nòstres anciens.
E aquò's vertat que conservar les utisses, aquò's una causa, mès conservar nòstra lenga, parlar nòstra lenga, per poire les dire en patoès, totes aquelses noms d'utisses, que de còps existon pas en francés, e ben aquò, ai plaser a o recuperar e graça tanben als anciens, parce que les anciens : “A ! puta, lo cabaissòu ! A ! putain,i a lo còpa-fen, la batadoira, la gibadoira, la menòla…” Enfin totes aquelses noms en patoès que perdèm l'abituda de parlar, ieu crese que graça als vièlhs, graça a-n-aquelses que sabèm transmetre, graça a al canton,arribarem a conservar e a poire montrar aquò qu'existava dins lo temps. »
Le grenier de Capou
« Vous avez vu un peu la passion d’un homme puisque toute ma vie j’ai essayé de récupérer tout ce vieux matériel. Et il a fallu travailler ! Parce que ce n’est pas du jour au lendemain qu’on peut amasser tout ça. Tous les jours, petit à petit. Et nous continuons, maintenant surtout avec mes fils, surtout Guillaume, là, qui a plaisir à récupérer le vieux matériel pour continuer après moi. Et voilà.
Et voilà comment nous arrivons à conserver un peu. Et heureusement qu’il y a des types comme nous qui conservons ces vieux outils pour pouvoir montrer comment nos anciens ont travaillé, combien ils étaient dégourdis.
Et il est vrai que conserver les outils, c’est une chose, mais conserver notre langue, parler notre langue, pour pouvoir les nommer en patois, tous ces noms d’outils, qui parfois n’existent pas en français, eh bien, ça, j’ai plaisir à le récupérer et grâce aussi aux anciens, parce que les anciens : “Ah ! putain, l’herminette ! Ah ! putain, il y a le coupe-foin, le battoir, la gibadoïre, la palette...” Enfin tous ces noms en patois que nous perdons l’habitude d’utiliser, je crois que grâce aux vieux, grâce à nous qui savons transmettre, grâce à al canton, nous arriverons à conserver et à pouvoir montrer ce qui existait dans le temps. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...