Las tres auquetas

Collecté en 2000 Sur les Communes de Curières, Soulages-Bonneval Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est classé AT 124 (le loup et les trois animaux dans leurs petites maisons), selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Il s'agit de l'équivalent occitan des "Trois petits cochons", conte universel rendu célèbre par les studios Disney en 1933 (version édulcorée car le loup ne dévore pas les frères aînés et ne meurt pas ébouillanté).

Dans ce conte, l'objectif est de récompenser le sérieux, la capacité d'anticipation et le courage dans l'adversité.

La version de Thérèse ne met pas en scène un loup mais un renard.

Comme dans de nombreux contes, le plus fragile des protagonistes se révèle être le plus malin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

THÉRÈSE HUGONET

née Veyre en 1932 à Soulages-Bonneval.

Transcription

Occitan
Français
« Las auquetas, aquò's la mamon que nos contava aquò, lo ser, per nos far manjar la sopa. La metiá a caufar davant lo fuòc, dins la brasa, dins un topinon, e aprèssa nos preniá pel cortiau, nos assetàvem aquí sul banc e nos contava d'istoèras. E nos contava sovent las auquetas qu'èran aval, pel codèrc del Cassanh e que manjavan d’èrba fresqueta quand venguèt a passar lo rainald que lor di(gu)èt :
“E de qué fasètz aquí, auquetas ?
– E ben, mangèm d’èrba fresqueta en prenguent lo solelh !
– E ben, se a la nuèch sètz encara aquí, vos manjarai,” que lor di(gu)èt.
Las pauras auquetas agèron de socí e sabián pas tròp de qué far quand l’ainada se metèt a dire a la capdeta :
“Aduja-me, vija, vam far una cabaneta e quand aurem finida la miá, t'adujarai a far la tiá.”
E la capdeta, ambe l'ainada, fasquèron una cabaneta. Mès, quand la cabana sesquèt acabada, l'ainada dintrèt dedins, se barrèt aquí e ni'n tornèt pas sortir !
Alara la capdeta di(gu)èt a la pichona :
“Veses de qué me fa l'ainada ? Ten, aduja-me, aprèssa t’adujarai a far la tiá…”
E la pichona adujèt a la capdeta. Fasquèron una altra cabana mès, quand la cabana sesquèt acabada, la capdeta dintrèt dedins, barrèt la pòrta e ni'n tornèt pas sortir.
Alara la paura pichona se fotèt a plorar, a plorar, quand venguèt a passar Augusta, lo fustièr, sabètz, aquel que nos ven arrenjar las carrugas e les carris cad'an a l'ostau. E Augusta, que èra un brave òme, di(gu)èt a l'auqueta :
“Mès per de qué te ploras, coma aquò, auqueta ? De qué as ?
– A… lo rainald es passat tot a l'ora e nos a dich qu'a la nuèch, s'èrem encara aquí, e ben nos manjariá… Las altras an fach una cabaneta, lor ai ben adujat, mès elas me vòlon pas adujar !
– A…, plores pas, auqueta, ten, aquí, vija, ai una pòsse e te vau far una cabaneta que, te'n fagues pas, serà solida.”
E lo paure fustièr rèssa e poenta, pense ben, e aviá un planponh de tachas a la pòcha e te metèt aquò per la pòrta. E di(gu)èt :
“E ben, ara, pòd venir, lo rainald que, tu, siás a l'abric !”
E en efèt, la nuèch arribèt, lo rainald passèt e comencèt d'anar veire la cabana de l'ainada. E l'ainada di(gu)èt :
“Soi dedins !”
Oui mès el donèt un brave còp de cuol, la cabana per tèrra e mangèt l’auca.
E coma aviá pas res manjat de la jornada, anèt veire la cabana de la capdeta. E la capdeta li di(gu)èt :
“Mès soi dedins !”
Oui mès el tornèt far pariu, un brave còp de cuol a la cabana, la cabana per tèrra e lo rainald mangèt l’auca.
E quand arribèt a la pichona, la pichona li di(gu)èt :
“E ben soi dedins !”
Oui…Lo rainald i donèt un brave còp de cuol mès i aviá las tachas… Aime mai vos dire que parti(gu)èt en gingolent !
E l'auqueta e ben, dempièi, manja d'èrba fresqueta pel codèrc del Cassanh. »
Les trois petites oies
« Les petites oies, c’est ma mémé qui nous racontait ça, le soir, pour nous faire manger la soupe. Elle la mettait à chauffer devant le feu, dans la braise, dans une petite marmite, et ensuite elle nous prenait dans la cour, nous nous asseyions là sur le banc et elle nous racontait des histoires. Et elle nous racontait souvent celle des petites oies qui étaient là-bas, dans le pré commun du Cassan et qui mangeaient de l’herbe fraîche quand vint à passer le renard qui leur dit :
“Eh, que faites-vous là, petites oies ?
– Eh bien, nous mangeons de l’herbe fraîche en prenant le soleil !
– Eh bien, si à la nuit, vous êtes encore là, je vous mangerai,” qu'il leur dit-il.
Les pauvres petites oies se firent du souci et elles ne savaient pas trop quoi faire quand l’aînée se mit à dire à la cadette :
“Aide-moi, regarde, nous allons faire une petite cabane et quand nous aurons fini la mienne, je t’aiderai à faire la tienne.”
Et la cadette, avec l’aînée, firent une petite cabane. Mais, quand la cabane fut achevée, l’aînée entra dedans, s'y enferma et n’en ressortit pas !
Alors, la cadette dit à la petite :
“Tu vois ce que me fait notre aînée ? Tiens, aide-moi, ensuite je t’aiderai à faire la tienne...”
Et la petite aida la cadette. Elles firent une autre cabane mais, quand la cabane fut achevée, la cadette entra dedans, elle ferma la porte et elle n’en ressortit pas.
Alors, la pauvre petite se mit à pleurer, à pleurer, quand vint à passer Auguste, le charpentier, vous savez, celui qui vient nous arranger les tombereaux et les chars tous les ans à la maison. Et Auguste, qui était un brave homme, dit à la petite :
“Pourquoi pleures-tu comme ça, petite oie ? Qu’as-tu ?
– Ah... le renard est passé tout à l’heure et il nous a dit qu’à la nuit, si nous étions encore là, eh bien, il nous mangerait... Les autres ont fait une petite cabane, je les ai bien aidées, mais elles ne veulent pas m’aider !
– Ah..., ne pleure pas, petite oie, tiens, regarde, j’ai une planche et je vais te faire une petite cabane qui, ne t’en fais pas, sera solide.”
Et le pauvre charpentier scie et pointe et il avait une poignée de pointes à la poche et il mit ça sur la porte. Et il dit :
“Eh bien, maintenant, il peut venir, le renard, toi, tu es à l’abri !”
Et en effet, la nuit arriva, le renard passa et commença par aller voir la cabane de l’aînée. Et l’aînée dit :
“Je suis dedans !”
Oui mais il donna un grand coup de cul, la cabane par terre et il mangea l’oie.
Et comme il n’avait rien mangé de la journée, il alla voir la cabane de la cadette. Et la cadette lui dit :
“Mais je suis dedans !”
Oui mais il refit pareil, un grand coup de cul dans la cabane, la cabane par terre et le renard mangea l’oie.
Et quand il arriva à la petite, la petite lui dit :
“Eh bien, je suis dedans !”
Oui... Le renard donna un grand coup de cul, mais il y avait les pointes... J’aime mieux vous dire qu’il partit en geignant !
Et la petite oie, eh bien, depuis, elle mange de l’herbe fraîche dans le pré commun du Cassan. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...