L'araire, la charruga e lo brabant

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Curières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans les temps anciens et sur les exploitations les plus petites, tout le travail de préparation de la terre se faisait à la main, avec des outils de jardinage.

L’antique araire (araire, alaire) était d’un usage courant qui s’est maintenu jusqu’au milieu du XXe siècle. Vinrent ensuite les charrues simples (charruga Dombasle) et les charrues Brabant simples (brabanetas) et doubles (brabants).

L’araire appelé aussi cròc ou cambeta, servait aussi bien pour le labour que pour recouvrir la semence.

Ethnotexte

LUCIEN PRADEL

né en 1920 à Paris, décédé en 2014.

Transcription

Occitan
Français
« L’araire, aquò èra amb un timon lòng. Aprèssa, i agèt la charru(g)a que virava pas que d’un costat e aprèssa lo brabant. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...