Cent ectaras

Collecté en 2001 par IOA Sur la Commune de Curières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant la motorisation des années 50-60, le recours à une main-d’œuvre saisonnière ou annuelle était chose courante pour beaucoup d’exploitations.

Il y avait donc une domesticité assez nombreuse et relativement spécialisée. Le batièr ou boièr s’occupait des bœufs, le cantalés des vaches, le pastre gardait les ovins…

On louait des estivandièrs pour la fenaison et les moissons, et des montanhièrs (cantalés, pastre, vedelièr et rol) pour fabriquer la fourme dans les masucs du 25 mai au 13 octobre.

Cent hectares se fauchaient à trois hommes.

Ethnotexte

ALBERT DIJOLS

né en 1938 au Cayrel de Curières.

Transcription

Occitan
Français
« Aviam al torn de cent ectaras [al Cairèl de Curièiras]. L’estiu, per fenar, i èrem tres e aviam una serventa. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...