La cançon de Curanh (La Curanesa)

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Curan Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les chants identitaires ou hymnes locaux en occitan, parfois calqués sur une matrice connue, faisaient partie du folklore local.

Cette chanson reprend, en les adaptant, les paroles de la chanson de Castelnau de Mandailles écrite par Arthémon Durand-Picoral (1862-1937) sur l'air du "Cosin de París".

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRI CARRIÈRE

né en 1940 à La Fabrègue de Curan.

Transcription

Occitan
Français
« A… Curanh, siás un niu,
Rescondut pel fulhatge,
Ni vila, ni vilatge,
Res n’es tan bèl per ieu,
Coma mon polit niu.

Al supèrbe orizon,
De puèges e colinas,
Bedas e Las Fabrègas,
E Plan-Puèg amont,
Al supèrbe orizon.

Al plasent mes de mai,
De verdura s’abilha,
Pièi de flors s’escarvilha,
Pus polit que jamai,
Al plasent mes de mai.

Ara al solelh ardent,
Lo fen embauma las pradas,
Las còstas son dauradas,
Lo blat serà abondent,
Ara al solelh ardent.

Aquò’s lo temps que cal,
Per far la maja fèsta,
La fo(g)assa s’aprèsta,
Ne farem un grand bal,
Aquò’s lo temps que cal.

L’auton es arribat,
Cal semenar l’arada,
Batièr, pren l'agulhada,
“A… Fauvet ! A… Pigat !”
L’auton es arribat.

Pièi l’ivèrn lo bon temps,
Los convits, las velhadas,
Vin blanc e grasilhadas,
Duran jusc'al printemps,
Jamai lo melhor temps.

A… Curanh, mon país,
Fas mon bonur sus Tèrra,
Mon cur te prefèra,
Al supèrbe París,
A… viva mon país !
A… viva mon país ! »
La chanson de Curan
« Ah... Curan, tu es un nid,
Caché dans le feuillage,
Ni ville, ni village,
Rien n’est aussi beau pour moi,
Que mon joli nid.

Au superbe horizon,

Des buttes et des collines,
Bèdes et La Fabrègue,
Et Plampuech là-haut,
Au superbe horizon.

Au plaisant mois de mai,
De verdure il s’habille,
Puis de fleurs il s’orne,
Plus joli que jamais,
Au plaisant mois de mai.

Maintenant au soleil ardent,
Le foin embaume les prairies,
Les côtes sont dorées,
Le blé sera abondant,
Maintenant au soleil ardent.

C’est le temps qu’il faut,

Pour faire la fête votive,
On prépare la fouace,
Nous ferons un grand bal,
C’est le temps qu’il faut.

L’automne est arrivé,
Il faut semer le labour,
Bouvier, prends l’aiguillon,
“Ah... Fauvet ! Ah... Pigat !”
L’automne est arrivé.

Puis l’hiver le bon temps,
Les invitations, les veillées,
Vin blanc et châtaignes grillées,
Durent jusqu’au printemps,
Jamais de meilleur temps.

Ah... Curan, mon pays,

Tu fais mon bonheur sur Terre,
Mon cœur te préfère,
Au superbe Paris,
Ah... vive mon pays !
Ah... vive mon pays ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...