Demandar la plèja e tirar los vòts

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les processions pour aller chercher la pluie ou le soleil comptent parmi les dévotions les plus anciennes.

En les christianisant, l’Eglise a pérennisé des croyances anciennes relatives à la protection contre les maladies ou à la guérison. Les populations ont parfois mis spontanément sous la protection de saints thaumaturges des lieux sacrés aux vertus prophylactiques ou curatives.

Pour savoir à quel endroit on devait se rendre et à quel saint se vouer, certaines personnes étaient en capacité de pouvoir tirar los vòts.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRETTE GAUBERT

née Bernard en 1908 à Monteils de Curan.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp i ère anada, justament, e aquò èra vèspras. I montèrem per demandar la plèja e, quand sesquèrem a la crotz de sent Francés, se metèt a tronar, un brave auratge, e cadun tornèt davalar coma posquèt. Aviam preses los paraplèjas per far una ombrela e tornèrem ambe nòstres paraplèjas e d'ai(g)a sus l'esquina et voilà.

Aviam aicí Sent-Meèn. Nautres i avèm avut una filha que i aviam avodada, d'après aquela sur del Vialar que li aviam fach agachar de qu'èra aquò qu'aviá e que nos aviá trobat que aviá tres vòts. Alara un a Las Canabièiras, un a Sent-Meèn e un a Vilafranca de Roergue. Et voilà, un còp los vòts acomplits la filha sesquèt guerida.
Preniá de fuèlhas d'un aure e li escriviá lo nom, de noms de sents, enfin voilà, decont i aviá de pele(g)rinatges. Las fuèlhas que lo pele(g)rinatge deviá èsser fach pel malaute secavan pas e las autras secavan. Et voilà.
Alara aquò fa que aquò vòl pas dire que tot lo monde agèsse tres pele(g)rinatges a far mès enfin cadun fasiá los que aviá a faire. »
Demander la pluie et tirer les vœux
Une fois j’y étais allée, justement, et c’était les vêpres. Nous y montâmes pour demander la pluie et, quand nous fûmes à la croix de saint François, il se mit à tonner, un gros orage, et chacun redescendit comme il put. Nous avions pris les parapluies pour faire une ombrelle et nous revînmes avec nos parapluies et de l’eau sur le dos et voilà.

Nous avions ici Saint-Méen. Nous avons une fille que nous lui avions vouée, d’après cette sœur du Viala à qui nous avions fait regarder ce qu’elle avait et qui avait trouvé qu’elle avait trois vœux. Alors un aux Canabières, un à Saint-Méen et un à Villefranche-de-Rouergue. Et voilà, une fois les vœux accomplis notre fille fut guérie.
Elle prenait des feuilles d’un arbre et elle y écrivait le nom, des noms de saints, enfin voilà, là où il y avait des pèlerinages. Les feuilles dont le pèlerinage devait être fait pour le malade ne séchaient pas et les autres séchaient. Et voilà.
Alors ça fait que ça ne veut pas dire que tout le monde avait trois pèlerinages à faire mais enfin chacun faisait ceux qu’il avait à faire. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...