Dalhar

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Curan, Sévérac-le-Château Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En pays d’élevage aux hivers longs, la provision de foin était essentielle et mobilisait toutes les énergies pendant l’été. On embauchait parfois des équipes (còlas) de faucheurs (dalhaires).

Les dalhaires portaient leur pierre à aiguiser (cot) à la ceinture, dans un étui en bois (codièr) souvent rempli d’eau.

L’aiguisage de la faux (picar la dalha) nécessitait un certain savoir-faire.

Les premières faucheuses arrivèrent aux alentours de la guerre de 1914-18.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GABRIEL COSTES

né en 1932 à Curan.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra, ai avut dalhat ambe la dalha mès jamai dins cap de còla. Dalhàvem a tres o quatre, cinc lo mai. Mès començàvem a dalhar lo matin a partir de tres oras, tres- quatre oras, parce que lo matin l’èrba se copa melhor ambe l’ai(g)atge.
La dalhe, la preparàvem sovent la velha, puslèu. Lo seras, la picàvem mès caliá tornar picar, de còps, a miègjorn. Aquò dependiá l’èrba qu’aviam a copar. E, per l’entreténer, aviam doas cots. Apelàvem aquò la cot, la pèira. Una grossièira per començar a desgrossir e pièi una fina per far lo fial. E totjorn viràvem lo talh en bas, entà l’èrba, per que encroquèssa. »
Faucher
« Autrefois, j'ai eu fauché avec la faux mais jamais en équipe. Nous fauchions à trois ou quatre, cinq au maximum. Mais nous commencions à faucher le matin à partir de trois heures, trois-quatre heures, parce que le matin l'herbe se coupe mieux avec la rosée.
La faux, nous la préparions souvent la veille, plutôt. Le soir, nous l'aiguisions mais il fallait parfois l'aiguiser à nouveau à midi. Ça dépendait de l'herbe que nous avions à couper. Et, pour l'entretenir, nous avions deux pierres à aiguiser. Nous appelions ça la cot, la pierre. Une grossière pour commencer à dégrossir et puis une fine pour faire le fil. Et nous tournions toujours le tranchant vers le bas, vers l'herbe, pour que ça accroche. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...