Se parar de l'auratge

Collecté en 2000 Sur la Commune de Cruéjouls Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On se protégeait de la foudre en se signant, en invoquant les saints, en brûlant le laurier bénit, en allumant le cierge bénit ou en aspergeant d’eau bénite le seuil de la porte.

Dans certaines paroisses, quand l’orage menaçait, on sonnait les cloches (campanas). Cette pratique fut interdite, les uns accusant les autres de leur renvoyer l’orage.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LÉONA MONTHEIL

née Ducros en 1921 à Cruéjouls.

Transcription

Occitan
Français
« Quand l'auratge menaçava, sonavan una campana. I aviá una campana que empachava l'auratge d'èstre tan fòrt. Mès la sònan pas plus ara. Aquò's arrestat. Ça que de là, pareis que las comunas a costat refusavan parce que òm lor envoiava los auratges a-z-eles e volguèron pas que sonèssem la campana… »
Se protéger de l'orage
« Quand l'orage menaçait, ils sonnaient une cloche. Il y avait une cloche qui empêchait l'orage d'être trop fort. Mais ils ne la sonnent plus aujourd'hui. C'est arrêté. De toute façon, il paraît que les communes d'à côté refusaient parce qu'on leur renvoyait les orages à elles et elles ne voulurent pas qu'on sonne la cloche. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...