Repais d'Adoracion

Collecté en 2000 Sur la Commune de Cruéjouls Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LÉONA MONTHEIL

née Ducros en 1921 à Cruéjouls.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se passava lo jorn de l'Adoracion perpetuèla que, a-n-aquel moment, a Cruèjols, la festàvem lo 14 de mai. Aquí aquò èra la fèsta dels curats, qu'apelavan.
Al despertin, convidavan totjorn lo suisse que s'ocupava de la glèisa. Aquel òme aviá la lenga bien penjada e jamai lo podián pas contrariar, caliá que totjorn agèssa lo darnièr mot.
Una annada, s'entendèron, los curats, e di(gu)èron :
“Per lo colhonar, vam parlar latin. Vam parlar latin atal au mensas serà oblijat de parlar coma naltres.”
Quand los entendèt parlar latin, di(gu)èt :
“Mès de qué se passa ?”
Dins son cap se demandèt :
“Mès aquò pòt pas anar, aquò !”
Tot en un còp, se lèva :
“Vos dise al reveire a totes, me'n vau.
– Mès bogre, avèm pas finit de despertinar, esperatz un pauc !
– A non, ço ditz, que ai totjorn entendut dire que quand los cats cambiavan lor lengatge aquò's que venián fats. De paur que valtres siaguètz totes venguts fats d'un pic aime mai partir a l'avança !” »
Repas d'Adoration
« Ça se passait le jour de l'Adoration perpétuelle qui, en ce temps-là, à Cruéjouls, se fêtait le 14 mai. C'était la fête des curés, comme ils l'appelaient.
Au déjeuner, ils invitaient toujours le suisse qui s'occupait de l'église. Cet homme avait la langue bien pendue et ils ne pouvaient jamais le contrarier, il fallait toujours qu'il ait le dernier mot.
Une année, ils s'entendirent, les curés, et dirent :
“Pour l'embêter, nous allons parler en latin. Nous allons parler en latin ainsi au moins il sera obligé de parler comme nous.”
Quand il les entendit parler latin, il dit :
“Mais que se passe-t-il ?”
Dans sa tête il se demanda :
“Mais ça ne peut pas aller, ça !”
Tout à coup, il se lève :
“Je vous dis au revoir, je m'en vais.
– Mais bougre, nous n'avons pas fini de déjeuner, attendez un peu !
– Ah non, dit-il, car j'ai toujours entendu dire que quand les chats changeaient de langage c'est qu'ils devenaient fous. De peur que vous soyez tous devenus fous d'un coup j'aime mieux partir en avance !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...