Las campanas de Pèiraficha (messa)

Collecté en 1991 par CORDAE Sur les Communes de Cruéjouls, Pierrefiche, Prades-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le clocher de Pierrefiche comporte deux cloches. La plus grosse fut inaugurée à la veille de la Révolution française. Quant à la petite cloche, elle provient de la chapelle du château de Galinières et aurait été donnée à la Fabrique au début du XIXe siècle par les habitants du château, installés là depuis la vente des biens nationaux.

Le jour où nous avons effectué cet enregistrement (21 août 1991), des ouvriers étaient en train d’électrifier les cloches et nous avons pu faire sonner in extremis André et Georgette Trémolet, derniers campanièrs du village.

Pour certaines sonneries de cloches, notamment pour la messe, les mariages et les baptêmes, André se faisait accompagner par sa femme. Lui tirait sur la grosse cloche et elle sur la petite. Pour cela Georgette devait monter sur une chaise pour atteindre la corde. (CORDAE)

Dans chaque paroisse, une personne s'occupait de la sonnerie des cloches : lo campanièr ou la campanièira si c'était une femme.

En plus des offices, le campanièr devait sonner l'angélus et remplir sa fonction en cas de décès dans la paroisse (glas et enterrement), ainsi que les jours de mariage et de baptême, et tenter d’éloigner les orages en sonnant les cloches. Dans certaines paroisses on sonnait également les calendes pour Noël.

Bénévole, il était rémunéré par des dons en nature lors d’une ou de plusieurs quêtes annuelles.

L'électrification des cloches, dans la seconde moitié du XXe siècle, mit fin à cette charge.

Son

ANDRÉ ET GEORGETTE TRÉMOLET

né en 1927 à Cruéjouls ; née Ayral en 1929 à Prades d'Aubrac.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...