La mina de carbon de Cruèjols

Collecté en 2000 Sur la Commune de Cruéjouls Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

TASSIER DANIEL, COURRÈGE JOSEPH, GAYRAUD ANDRÉ

né en 1948 à Cruéjouls ; né en 1922 à Cruéjouls ; de Cruéjouls.

Transcription

Occitan
Français
« Aviái setze ans. Oui, aviái setze ans. I a mai de vint ans ! I a vint-a-uèch ans !
Ieu menave los ases.
– Ah oui los ases, ils les faisaient sortir un còp per an !
– Per tirar los vagons. Pièi embarcàvem en bas, al fons del potz.
Pièi sorti(gu)ère defòra, una annada, e menave lo treuil per sortir los vagons. Pièi me'n anère. Aquò m'agradava pas e anère veire las vacas.
Cada matin caliá davalar la civada e lo fen. E pièi los sortiam per las vacanças, quand barravan quinze jorns, los sortiam. Èran mièg cabords quand sortián ! Los caliá anar menar alai per aquò de Bernard a Las Cairosas, amont. Aquò èra un trabalh per los i menar !
Trimàvem ben m'enfin aquò èra una abituda.
– Mès, quand tus i èras aquò èra pas tant dur coma dins lo temps.
– A mès ieu aquò èra pas parelh…
– Dins lo temps… Aquò's aquò que li disiái, que n'i aviá pas una banda que arribavan a la retreta, que profitavan de la retreta.
– Lo paire n'a pas profitat. Ne profitèt doas ans e mièg…
– Ni mai i aviá pas d'accidents talament…
– Non, non, non.
– I aviá pas de grison, i aviá pas res.
– Non, non, jamai.
Las galariás èran illuminadas solament, lo jorn que i aviá una copura de lum, i aviá pas pus d'oxigèna alara se caliá forviar. Lo gas montava pièi. Sabètz que caliá far vite per sortir. Se caliá tòrser !
I aviá de boès mès i aviá de farralha. I aviá d'arcèus.
Començavan de nos metre al fons del tapís per cargar los vagonets et allez, pièi lo rolatge et allez. E pièi après dins los chantièrs.
Sabètz que tot lo jorn, ambe la pala plata, aquí, quand fasiam l'alongament de las galariás, tot lo jorn ères aquí assetat coma aquò…
E mièja-ora per manjar. Vint minutas, aviam mème pas mièja-ora ! Vint minutas !
– I aviá pas las 35 oras.
– Non, non. E lo sabte trabalhàvem coma los altres jorns. Aviam pas que lo dimenge e los jorns feriès. E Senta-Barba ! Senta-Barba, aquí aquò èra lo torn del patron ! »
La mine de Cruéjouls
« J'avais seize ans. Oui, j'avais seize ans. Il y a plus de vingt ans ! Il y a vingt-huit ans !
Moi je guidais les ânes.
– Ah oui les ânes, ils les faisaient sortir une fois par an !
– Pour tirer les wagons. Puis nous embarquions en bas, au fond du puits.
Ensuite je sortis dehors, une année, et je manœuvrais le treuil pour sortir les wagons. Puis je m'en allai. Cela ne me plaisait pas et j'allai voir les vaches.
Chaque matin il fallait descendre l'avoine et le foin. Et puis nous les sortions pour les vacances, quand ils fermaient quinze jours, nous les sortions. Ils étaient à demi fous quand ils sortaient ! Il fallait aller les amener là-bas chez Bernard aux Cayrouses, là-haut. C'était un travail pour les y amener !
Nous trimions bien mais enfin c'était une habitude.
– Mais, quand toi tu y étais, ce n'était pas si dur que dans le temps.
– Ah mais moi ce n'était pas pareil…
– Dans le temps… C'est ce que je lui disais, qu'il n'y en avait pas beaucoup qui arrivaient à la retraite, qui profitaient de la retraite.
– Mon père n'en a pas profité. Il en profita deux ans et demi…
– De même il n'y avait pas tellement d'accidents…
– Non, non, non.
– Il n'y avait pas de grisou, il n'y avait rien.
– Non, non, jamais.
Les galeries étaient illuminées seulement, le jour où il y avait une coupure de lumière, il n'y avait plus d'oxygène alors il fallait se tirer. Le gaz montait ensuite. Vous savez qu'il fallait faire vite pour sortir. Il fallait se tordre !
Il y avait du bois mais il y avait de la ferraille. Il y avait des arceaux.
Ils commençaient à vous mettre au fond du tapis à charger les wagonnets et allez, puis le roulage et allez. Et puis après dans les chantiers.
Vous savez que toute la journée, avec la pelle plate, là, quand nous faisions l'allongement des galeries, tout le jour tu étais assis comme ça…
Et une demi-heure pour manger. Vingt minutes, nous n'avions même pas une demi-heure ! Vingt minutes !
– Il n'y avait pas les 35 heures.
– Non, non. Et le samedi nous travaillions comme les autres jours. Nous n'avions que le dimanche et les jours fériés. Et Sainte-Barbe ! Sainte-Barbe, là, c'était au tour du patron ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...