Los conscrits 2006 de Crespinh

Collecté en 2006 par IOA Sur la Commune de Crespin Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jusqu'en 1970, les conscrits allaient passer le conseil de révision au chef-lieu de canton, afin de savoir s'ils étaient aptes au service militaire. Après la visite médicale, ils se retrouvaient pour un repas et faisaient quelques bêtises.

Ce rite de passage s'est maintenu dans certaines communes du Ségala où, dans le cadre d'une journée festive, les conscrits de l'année entrent en rivalité avec ceux de l'année précédente. Comme jadis, une quête d'œufs (passar l'aumeleta) ou d'argent leur permet de financer un bon repas.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

BESSIÈRE MAXIME ET AT ODILE

né en 1986 à Rodez ; née Raynal en 1928 à Crespin.

Transcription

Occitan
Français
« La costuma vòl que los que an fach los conscrits de l’an passat, atacam los que los fan duèi.
– E ben un còp èra passavan totes ensemble mès las femnas dins los ostals disián : Cal gardar prosses d'uòus per poire los donar als concriches. Alara los que èran un bocin pus generoses comprenián que los uòus, evidament, ne coparián, alara lor balhavan puslèu un bilhet o quauquas pecetas, selon lor fortuna o çò que avián.
– Bòn, quant vòls que te balhe ? Te'n fotes ? Allez, te balhi vint e n'i a pro coma aquò ! On peut voir ?
– Tu veux voir ?
– Oui, allez ! Me damne ! Il y en a, ils ne sont pas trop généreux ! Las putas ! Finta aquò, di(g)a ! Un centime ! »
Les conscrits 2006 de Crespin
« La coutume veut que ceux qui ont fait les conscrits l’an dernier, nous attaquons ceux qui le font aujourd’hui.
– Eh bien, autrefois ils passaient tous ensemble mais les femmes dans les maisons disaient : Il faut garder assez d’œufs pour pouvoir les donner aux conscrits. Alors ceux qui étaient un peu plus généreux comprenaient que les œufs, évidemment, ils en casseraient, alors ils leur donnaient plutôt un billet ou quelques petites pièces, selon leur fortune ou ce qu’ils avaient.
– Bon, combien veux-tu que je te donne ? Tu t’en fous ? Allez, je te donne vingt et il y en a assez comme ça ! On peut voir ?
– Tu veux voir ?
– Oui, allez ! Bon Dieu ! Il y en a, ils ne sont pas très généreux ! Les putes ! Regarde ça, dis ! Un centime ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...