J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Paul Cousty, qui fut maire de Naucelle et fervent défenseur de la langue et de la culture occitanes, évoque ici l'écrivain Jean Boudou (1920-1975), originaire de Crespin, son ami d'enfance.

Paul Cousty fréquenta l'école libre alors que Jean Boudou fut inscrit à l'escòla del Diable.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Paul COUSTY

né en 1921 à Paris, décédé en 2009.

Transcription

Occitan
Français
« Bodon el-mèmes a dich, amai escrich, cresi qu'o ai vist endacòm…
Mès o a dich plusieurs còps quand nos trobàvem ensemble endacòm, que quand aquò l'atapava, disiá :
“A… ten, ambe Cousty, sèm de vièlhs copins solament, pardí, sèm pas estats a la mèma escòla. Ieu èri a l'escòla dels mèstres, qu'èrem pas riches a l'ostal e el a l'escòla dels frèras…”
En realitat èrem tan paures l'un coma l'autre. Mès bòn, ieu me metèron… Aquò sia(gu)èt una istoèra per çò que mon paire èra comunista a París. Los comunistas… Arribava a París venguent d'una bòria aquí a la campanha, sachent pas res de la vida de la vila, agèt l'ocasion de se fretar als comunistas e li ajudèron un bocin quand mèmes… Benlèu… Sai pas s'es elses que los fa(gu)èron dintrar als camins de fèr mès en tot cas li ajudèron e, el, pardí, prenguèt la carta e demorèt comunista. E la miá maire èra d'una familha qu'èra tot a fèt a la revèrs, qu'èra tot a fèt de drecha, amai conservators e tot coma se pòt pas èsser. Alara pardí, ambe l'oncle… Vos ai dich qu'aviam l'oncle vièlh garçon a l'ostal e, entre los dos bèls-fraires, arrestavan pas de se cascanhar. Caliá pas parlar de politica brica brica brica, autrament… Aquò èra parelh per l'escòla. Lo paire voliá qu'anèssi a l'escòla laïca e la maire a l'escòla libra. Et voilà, fasián… Mès enfin lo meun pèra èra intime ambe lo director de l'escòla laïca, la pròva es que i crompèt los patanons per l'ivèrn, pels intèrnes, pels pensionaris de l'escòla laïca, e ieu qu'èri a l'escòla libra, talament èran d'acòrdis entre eles. Mès pardí…
Amai aquò lor rendèt servici dins de cases.
Figura-te que i aviá doas societats de musica a Naucèla : la qu'èra estacada al curat e l'autra qu'èra estacada a l'escòla laïca, pardí. Ieu me trobavi ambe la de l'escòla libra, pardí, vist que m'avián metut aquí.
Partissiam per un concors e, la darrièira repeticion, copèrem la mailloche qu'apèlan, que se tusta sus la gròssa caissa. Sabes, per tustat sus… Gim ! Bom ! E la copèron… Mès que partiam lo lendeman. Èran aquí :
“Mès cossí podèm far ?”
Ieu, coma una colha, lor di(gu)èri :
“On pourrait demander celle de la…”
Cossí l'apelavan, l'autra ?
“De la Lyre.”
Nautres aquò èra Le Réveil Naucellois e en faça aquò èra La Lyre.
“On pourrait demander à La Lyre…
– Mais tu y penses pas !”
I aviá lo curat aquí :
“Mais…aller demander…”
Mès que n'avián pas cap pus e, lo ser, me tornèron trobar :
“Ça te ferait rien d'aller voir le directeur de l'école laïque là-bas, s'il pouvait nous prêter la mailloche…”
Amai la nos prestèt per çò que èra ieu que la demandavi.
Vesètz lo sistème ?
Mès nos èra defendut als elèvas de l'escòla libra de nos adreiçar als elèvas de l'escòla publica.
Ten, veja, l'escòla libra, a l'epòca, èra aquí, mès èra pas coma duèi, aquò's un bastiment que s'es refach. I aviá un fenestron en naut que donava sus lo dormitòri dels elèvas. Lo director, un jorn, nos fa(gu)èt passar darrèr aquela fenèstra, fenestron, que nos i metèssem tant coma podiam, tanplan coma podiam, e nos di(gu)èt :
“Voyez, en face, c'est la maison du Diable, il faut surtout pas y mettre les pieds.”
Aquela, aquí. »
École libre et école laïque
« Boudou lui-même a dit, et même écrit, je crois que je l’ai vu quelque part...
Mais il l’a dit plusieurs fois quand nous nous trouvions ensemble quelque part, quand ça l’attrapait, il disait :
“Ah... tiens, avec Cousty, nous sommes de vieux copains seulement, bien sûr, nous ne sommes pas allés à la même école. Moi j’étais à l’école des maîtres, parce que nous n’étions pas riches à la maison et lui à l’école des frères...”
En réalité nous étions aussi pauvres l’un que l’autre. Mais bon, moi ils me mirent... Ce fut une histoire parce que mon père était communiste à Paris. Les communistes... Il arrivait à Paris en venant d’une ferme là à la campagne, ne connaissant rien de la vie de la ville, il eut l’occasion de se frotter aux communistes et ils l’aidèrent un peu quand même... Peut-être... Je ne sais pas si ce sont eux qui le firent entrer aux chemins de fer, mais en tout cas ils l’aidèrent et, lui, bien sûr, il prit la carte et il resta communiste. Et ma mère était d’une famille qui était tout à fait à l’opposé, qui était tout à fait de droite, et même des conservateurs comme ce n’est pas possible. Alors bien sûr, avec mon oncle... Je vous ai dit que nous avions mon oncle vieux garçon à la maison et, entre les deux beaux-frères, ils n’arrêtaient pas de se disputer. Il ne fallait pas parler de politique du tout, autrement... C’était pareil pour l’école. Mon père voulait que j’aille à l’école laïque et ma mère à l’école libre. Et voilà, ils faisaient... Mais enfin mon père était intime avec le directeur de l’école laïque, la preuve en est qu’il lui acheta des pommes de terre pour l’hiver, pour les internes, pour les pensionnaires de l’école laïque, et moi qui étais à l’école libre, tellement ils s’entendaient entre eux. Mais bien sûr... Et cela leur rendit même des services dans certains cas.
Figure-toi qu’il y avait deux sociétés de musique à Naucelle : celle qui était attachée au curé et l’autre qui était attachée à l’école laïque, bien sûr. Moi je me trouvais avec celle de l’école libre, bien sûr, vu qu’ils m’avaient mis là.
Nous partions pour un concours et, à la dernière répétition, nous cassâmes la mailloche comme on l’appelle, qu’on frappe sur la grosse caisse. Tu sais, pour frapper sur... Gim ! Boum ! Et ils la cassèrent... Mais nous partions le lendemain. Ils étaient là :
“Mais comment pouvons-nous faire ?
Moi, comme un idiot, je leur dis :
“On pourrait demander celle de la…”
Comment l’appelaient-ils, l’autre ?
“De la Lyre.”
Nous c’était le Réveil Naucelloiset en face c’était La Lyre.
“On pourrait demander à La Lyre…
– Mais tu y penses pas !”
Il y avait le curé là :
“Mais…aller demander…”
Mais ils n’en avaient plus aucune et, le soir, ils me retrouvèrent :
“Ça te ferait rien d'aller voir le directeur de l'école laïque là-bas, s'il pouvait nous prêter la mailloche…”
Et il nous la prêta parce que c’était moi qui la demandais.
Vous voyez le système ?
Mais il nous était défendu, aux élèves de l’école libre, de nous adresser aux élèves de l’école publique.
Tiens, vois, l’école libre, à l’époque, était là, mais ce n’était pas comme aujourd’hui, c’est un bâtiment qui a été refait. Il y avait une petite fenêtre en haut qui donnait sur le dortoir des élèves. Le directeur, un jour, nous fit passer derrière cette fenêtre, petite fenêtre, pour que nous nous y mettions autant que nous pouvions, aussi bien que nous pouvions, et il nous dit :
“Voyez, en face, c'est la maison du Diable, il faut surtout pas y mettre les pieds.”
Celle-là, là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...