La cançon de las eleccions

Collecté en 2003 Sur la Commune de Creissels Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Claude SAUMADE

né en 1934 à Creissels.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra una cançon per se fotre de las eleccions, del bazar de las eleccions.
Alara i aviá un certen mossur Colbet que se presentava coma deputat e la cançon començava a pus près coma aquò :
“E l'aubèrja èra plena dels pus gròsses bonets,
Que crivadavan totes ensemble : Viva mossur Colbet !
Lo pus gròs bonet se lèva, se moca, cracha e ditz
Que se mossur Colbet regna farà lo bonur del país.”
E pièi aquò contunha en di(gu)ent… Aviá inventat un procedat novèl, mossur Colbet, de far distibuar un vedèl per avure de voèses.
Alara la cançon ditz :
“E la fola, plaça d'Ola, se sarra del tombarèl,
E se buta, e se culbuta, per atrapar un tròç de vedèl.”
Se passètz pas, lo còp que ven, fasètz distribuar un buòu, benlèu… Èra pus gròs… »
La chanson des élections
« C'était une chanson pour se foutre des élections, du bazar des élections.
Alors il y avait un certain monsieur Colbet qui se présentait comme député et la chanson commençait à peu près comme cela :
“Et l'auberge était pleine des plus gros bonnets,
Qui criaient tous ensemble : Vive monsieur Colbet !
Le plus gros bonnet se lève, se mouche, crache et dit
Que si monsieur Colbet règne il fera le bonheur du pays.”
Et puis ça continue en disant… Il avait inventé un procédé nouveau, monsieur Colbet, de faire distribuer un veau pour avoir des voix.
Alors la chanson dit :
“Et la foule, place de l'Oule, s'approche du tombereau,
Et elle se pousse, et elle se culbute, pour attraper un morceau de veau.”
Si vous ne passez pas, la prochaine fois, faites distribuer un bœuf, peut-être… C'était plus gros… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...