Guirald e Franceson

Collecté en 2000 Sur la Commune de Creissels Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues, en vers ou en prose, étaient souvent récités et recopiés lors des mariages. En retenir un entier est une belle performance.

Celui-ci figure dans Georgicas patesas, "L'Hyver" de Claude Peyrot (1709-1795) et donne de précieux détails sur la préparation et le déroulement d'un mariage.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Geneviève LACOUR

née Pélissier en 1914 à Creissels.

Transcription

Occitan
Français
« Guirald e Franceson autant se volontavan,
En tot ben, es a dire en tot onor s’aimavan.
Totes dos del mème atge e mèma condicion,
Entre eles de se prendre èra dejà question.
Talament que lo bruch corrissiá pel vilatge,
Que dès lo Carnaval se fariá lo mariatge.
Èra mème d’al grat de fòrça bravas gents.
Mès mancava un signet de la part dels parents.
Lo paire de l’enfant trobava la verquièira
Que portava la filha un bricon tròp laugièira.
Lo paire de la filha, al contrari disiá,
Que suivant son estat tròp de dòt i fasiá.
Autant ne disiá l’oncle, e la tanta, e l’aièla.
Françon que pel caquet val un mèstre d’escòla,
Quand sentís aprochar la fin del Carnaval,
Ambe un èr picat, se'n va trobar Guirald :
“De vos, li fasquèt, ieu soi desabusada,
Vese que sètz un traite, que m’avètz trompada.
Agachatz per aquò se cal èstre coquin !
Se vantar de me prene e pièi me plantar aquí !
– Qué vòls, respònd Guirald, aja paciença encara,
Farem ambe lo temps ce que fasèm pas ara !
– Ai plan paur, ditz Françon, que vos fasètz lo fin,
Mès ieu, de tot estat, vòle veire una fin !
Copem pas los anèls, cresètz qu’òm se'n socí,
De vos aparament avèm pas pro merita.
La bòrlha qu’es pus richa, aquò’s ce que vos cal !
– Jamai tòrne manjar, ditz alara Guirald,
Se per autra que tus mon cur jamai sospira…
Qu’ieu quitèsse Françon per la bòrlha Isabèla,
A non ! la que prendrai, vòle qu’age dos uèlhs !
E los tius, Françoneta ! Arrèsta la vaciva,
Que ièr delà vegère bondir sus la frachiva,
Met-la dins ton tropèl per gatge de ma fe,
E remetem l’afaire al Carnaval que ven.”
Françon, en atendent l’efèt de la promessa,
Va quèrre la vaciva e calma sa tendressa.
L’autra annada comença ambe lo Carnaval,
Mès res fa pas flechir lo paire de Guirald.
Per bonur, çai venguèt un murmur de meliça,
Que lo fa consentir malgrè son avariça.
La parentat s’assembla, tot es arrestat.
Tot l’argent de la dòt, sus la taula es comptat.
Lo notari grifona una lònga escritura,
Cadun, selon l’usatge, estrena la futura.
D’un còfre, lo pairin fasquèt un present,
E la grand prometèt que, quand seriá jasent’,
Li transmetriá lo brèç ambe las menudalhas,
Que gardava al pusaut dempièi sas acochalhas.
Tot en fin per la nòça es dejà preparat.
Tres setmanas après, ven lo jorn desirat.
Paires, maires, parents, amics, en liurèia,
Totes acompanham los nòvis a la glèisa.
Françon aviá sos pials torceguts en trenèls,
Franceseta a sos dets totes bandats d’anèls,
Nautres, sans vantacion, teniam pro bona mina.
Lo tambor a la tèsta, ambe la chalamina,
E tot camin fasquent, fasiam petar lo pistolet,
E d’un palhut pinçut, pifràvem al galet.
Tornam virar casaca après la ceremonia,
Flerent dejà de luènh lo fum d’un grand regal.
Dins lo topin confís la cloca ambe lo gal,
Dins la coireta còi la mitat d’una feda,
La tufa e los garrons de l’abilhat de seda.
Un petaçal de leuna, un cunh de cambajon,
A l’aste se torneja un quartièr de moton.
E de ris safranat, l’ola es tota romplida.
Agachatz amb aquò se fasquèrem la vida !
N’avèm pas tant lo sièis, ni lo prumièr de l’an,
Quand, mèstres e vailets, pertot nos regalam.
Èrem dètz companhons conviats a la fèsta.
Que ne tombèrem ben quatre canons per tèsta.
Las filhas, o cal dire, o prenián pus dapas.
Mès vesètz, per aquò, cap escopissiá pas.
Quand agèrem romplit jusc’al gosièr la pansa,
Per finir los onors, nos metèrem en dança.
Quand se fasquèt tardet, cadun se retirèt,
E, sola ambe Guirald, Franceson demorèt. »
Géraud et Françoise
« Guirald et Francésou, l'an dernier, se plaisaient,
Ils s'aimaient en tout bien, c'est-à-dire en tout honneur.
Tous deux du même âge et même condition.
Il était déjà question entre eux de se marier.
Si bien que le bruit courait dans le village
Que leur mariage aurait lieu pendant le Carnaval.
C'était même au gré de beaucoup de braves gens.
Mais il manquait une signature de la part des parents.
Le père du garçon trouvait la dot
Qu'apportait la fille un peu trop légère.
Le père de la fille, au contraire, disait
Qu’il lui constituait une dot trop importante pour son état.
L’oncle et la tante et la grand-mère en disaient autant.
Françou, qui vaut un maître d’école pour le caquet,
Quand elle sent approcher la fin du Carnaval,
S’en va trouver Guirald avec un air piqué :
"Je suis désabusée à votre propos, lui dit-elle,
Je vois que vous êtes un traître et que vous m’avez trompée.
Voyez pourtant s’il faut être vaurien,
Il se vante de m’épouser et puis il me plante là.
– Que veux-tu, répond Guirald, aie patience encore,
Nous ferons avec le temps ce que nous ne faisons pas maintenant.
– J’ai bien peur, dit Françou, que vous ne jouiez au plus fin.
Mais moi je veux me marier sans plus tarder.
Rompons notre accord, allons. Croyez-vous qu’on s’en soucie ?
Nous n’avons apparemment pas assez de mérite pour vous.
La borgne qui est plus riche, voilà ce qu’il vous faut.
– Que je ne mange plus jamais, dit alors Guirald,
Si pour une autre que toi mon cœur soupire jamais.
Que je quitte Françou pour Isabelle la borgne ?
Ah ! non, je veux que celle que j’épouserai ait deux yeux.
Et les tiens, Françounette… Du reste, l’antenaise,
Que nous vîmes avant-hier bondir sur la jachère,
Mets-la dans ton troupeau en gage de ma foi
Et remettons l’affaire au prochain Carnaval."
Françou, en attendant l’effet de la promesse,
Va chercher l’antenaise et calme sa tendresse.
L’année suivante commence avec le Carnaval.
Rien ne peut faire fléchir le père de Guirald.
Par bonheur, vint une rumeur de mélisse
Qui le fait consentir malgré son avarice.
Les parents se réunissent et tout est arrêté
Tout l’argent de la dot est compté sur la table.
Le notaire griffonne une longue écriture.
Chacun, selon l’usage, offre un présent à la future.
Le grand-père lui fit cadeau d’un coffre
Et la grand-mère lui promit que, quand elle accoucherait,
Elle lui transmettrait le berceau et les menuailles
Qu’elle gardait au grenier depuis ses couches.
Enfin, tout est déjà préparé pour la noce.
Trois semaines après, vient le jour désiré.
Pères, mères, parents, amis, avec la livrée,
Nous accompagnons tous les fiancés à l’église.
Françou avait les cheveux entortillés en tresses,
Francesette ses doigts tout couverts d’anneaux.
Nous, sans vantardise, nous avions bien belle allure,
Le tambour en tête avec le chalumeau.
Nous faisions, tout en marchant, retentir le pistolet
Et nous buvions à la régalade à une bouteille nattée de paille.
Nous repartons après la cérémonie.
Déjà, le fumet d’un grand régal fleure de loin.
La poule mijote dans un pot avec le coq,
Dans un petit chaudron en cuivre cuisent une moitié de brebis,
La hure et les jarrets de l’habillé de soie,
Un gros morceau de lard, un quartier de jambon.
On tourne à la broche un quartier de mouton
Et la marmite est toute remplie de riz safrané.
Jugez avec tout cela si nous fîmes la noce.
Nous n’en avons pas autant le six ni le premier de l’an,
Quand, maîtres et valets, nous nous invitons à tour de rôle.
Nous étions dix bons compagnons invités à la fête,
Qui descendîmes bien quatre canons de vin par tête.
Les filles, il faut bien le dire, le prenait plus lentement,
Mais pour autant, voyez-vous, personne n’y crachait dessus.
Quand nous eûmes rempli notre panse jusqu’au gosier,
Nous nous mîmes à danser pour finir les honneurs.
Quand il se fit un peu tard, chacun se retira
Et Francésou resta seule avec Guirald. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...