Lo molin pendent la guèrra

Collecté en 2000 Sur les Communes de Coussergues, Palmas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la mouture des céréales étant règlementée, on allait au moulin pendant la nuit.

On notera que le nom de Manson (entre Palmas et Coussergues) est une mauvaise francisation de Amançon (“Amansou”) qui veut dire petit Amans.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ GRIFFOUL

né en 1936 à Montals de Coussergues.

Transcription

Occitan
Français
« Lo molin, l'aviam a-z-Amançon, aquí. Èra pas bien luènh, a tres, quatre quilòmèstres.
Gardava un pauc de “levam” per el m'enfin bon. Encara èra pas tròp indiferent parce que aviam drech pas qu'a tant de farina e, de còps que i a, li portàvem un pauc de blat de mai e no'n fasiá un pauc mai que çò que se caliá. Mès se caliá pas far atapar. Aquò èra pendent la guèrra. I caliá anar la nuèch, al molin… »
Le moulin pendant la guerre
« Le moulin, nous l'avions à Manson, là. Il n'était pas bien loin, à trois, quatre kilomètres.
Il gardait un peu de “levain” pour lui mais enfin bon. Encore n'était-il pas trop indifférent parce que nous n'avions droit qu'à tant de farine et, parfois, nous lui apportions un peu plus de blé et il nous en faisait un peu plus que ce qu'il fallait. Mais il ne fallait pas se faire attraper. C'était pendant la guerre. Il fallait y aller la nuit, au moulin… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...