Las fedas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Coussergues Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant l’avènement de la lacaune pour l'industrie du roquefort, beaucoup de fermes avaient un petit troupeau de moutons pour le lait, la laine et l’agneau.

L'élevage se développa dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ GRIFFOUL

né en 1936 à Montals de Coussergues.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu pièi, quand arrestère de me lo(g)ar, aviam pas que tres o quatre vacas, lo(gu)ère un pauc de terrenc e pièi tenguère quauquas fedas. Me virère sus las fedas, pièi vendère las vacas, me virère sus la feda. E pièi molzère per Ròcafòrt e aquò raportava un pauc. Quauques anhèls apr'aquí, un pauc de lach… Visquiái ambe ma mèra et voilà.
Aquò's lacauna. Aquò's lacauna. Aquò's la melhora feda pel lach. A oèi, oèi. Aicí, aquò's pas que de lacauna pertot. »
Les brebis
« Ensuite moi, quand j'arrêtai de me louer, nous n'avions que trois ou quatre vaches, je louai un peu de terrain et puis je pris quelques brebis. Je m'orientai sur les brebis, puis je vendis les vaches, je m'orientai sur la brebis. Et puis j'ai trait pour Roquefort et cela rapportait un peu. Quelques agneaux par-là, un peu de lait… Je vivais avec ma mère et voilà.
C'est là lacaune. C'est là lacaune. C'est la meilleure brebis pour le lait. Ah oui, oui. Ici, ce n'est que la lacaune partout. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...