La mina de carbon de Cruèjols

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LÉONA MONTHEIL

née Ducros en 1921 à Cruéjouls.

Transcription

Occitan
Français
« Dins lo país, aquò èra la sola usina que li aviá, çà que de là, dins lo país. Me sovene pas, ara, la data qu'èra… En 19… Lo miu papà aviá facha la charpenta… Aquò èra pas la charpenta que s'apelava, me sovene pas… En 1908. Aviá facha… oui la charpenta de defòra.
Desrabavan de carbon. Desrabavan de carbon e i aviá de monde de Cruèjols, de Pèiraficha, de Sent-Ginièis, de Lassots, de Cossèrgas, un pauc de per totes los environs, parce que, a-z-un moment donat, èran un escache.
E, pendent la guèrra, èran mème mai qu'aquò. Ieu crese que n'i aviá dins los 120. Mès n'i aviá un escache qu'èran venguts aquí per pas partir en Alemanha. S'èran embauchats a la mina per pas partir en Alemanha.
Lo miu òme i trabalhèt quand sia(gu)èrem maridats. Èra d'Espaliu el e, quand venguèt aicí, anèt trabalhar a la mina.
I aviá d'ases. N'i aviá tres que tiravan los vagonets.
E pièi sortián lo carbon ambe de vagonets e lo triavan defòra, pièi. N'i aviá maisses que triavan lo carbon defòra.
Ieu crese que i a pas avut qu'un accident mortèl. Aquò èra un Marocain qu'èra vengut aquí, se trachèt pas que l'ascensur tornava partir. Volguèt dintrar qu'aviá dejà demarrat e se fa(gu)èt coençar lo cap ambe la… Defòra, sabe pas bien exactament. Enfin, a part aquel accident mortèl, ne coneisse pas maisses…
Aquò èra penible parce que trabalhavan pas que de ginolhs, m'enfin, un còp que i èran acostumats, après… Coma un pauc tot. Quand òm es acostumat a quicòm, òm o fa sans tròp reflechir… E pièi coma i aviá pas gaire mai a far, e ben i demorèt.
Fasián 8 oras mès tornavan pas montar del trauc per venir cassar la crosta a miègjorn, lor davalavan lo despertin. Fasián caufar… Prenián la cantina, la lor fasián caufar e davalavan las cantinas caldas.
Avián de… Mès me sovene pas cossí o apelavan solament. Une haveuse, i aviá. Aquò èra coma una rèsse ambe de dents que ressava lo carbon.
Lo monde del país ne crompavan e pièi n'expediavan a la gara de Laissac. I aviá de camions que fasián la naveta cada jorn per anar a la gara de Laissac. Fasián de vagons de carbon que partián… Los darnièrs pièi partián a-z-Albi. Oui, ieu crese qu'aquò's a-z-Albi que partián lo darnièrs camions, après. E, quand a-z-Albi arrestèron lo carbon, pièi sia(gu)èron oblijats de barrar, quoi, i aviá pas pus de debochats e calguèt… Barrèron la mina. »
La mine de Cruéjouls
« Dans le pays, c'était la seule usine qu'il y avait, de toute façon, dans le pays. Je ne me souviens pas, maintenant, à quelle date… En 19… Mon papa avait fait la charpente… Cela ne s'appelait pas la charpente, je ne me souviens pas… En 1908. Il avait fait… oui la charpente extérieure.
Ils extrayaient du charbon. Ils extrayaient du charbon et il y avait des gens de Cruéjouls, de Pierrefiche, de Saint-Geniez, de Lassouts, de Coussergues, un peu de tous les environs, parce que, à un moment donné, ils étaient nombreux.
Et, pendant la guerre, ils étaient même plus que ça. Je crois qu'il y en avait dans les 120. Mais il y en avait beaucoup qui étaient venus ici pour ne pas partir en Allemagne. Ils s'étaient fait embaucher à la mine pour ne pas partir en Allemagne.
Mon mari y travailla quand nous fûmes mariés. Il était d'Espalion lui et, quand il vint ici, il alla travailler à la mine.
Il y avait des ânes. Il y en avait trois qui tiraient les wagonnets.
Et puis ils sortaient le charbon avec des wagonnets et ils le triaient dehors, ensuite. Il y en avait d'autres qui triaient le charbon dehors.
Je crois qu'il n'y a eu qu'un accident mortel. C'était un Marocain qui était venu là, il ne s'aperçut pas que l'ascenseur repartait. Il voulut entrer alors qu'il avait déjà démarré et il se fit coincer la tête avec la… Dehors, je ne sais pas exactement. Enfin, à part cet accident mortel, je n'en connais pas d'autres…
C'était pénible parce qu'ils ne travaillaient qu'à genoux, mais enfin, une fois qu'ils y étaient accoutumés, après… Comme un peu tout. Quand on est accoutumé à quelque chose, on le fait sans trop réfléchir… Et puis comme il n'y avait pas grand-chose d'autre à faire, eh bien il y resta.
Ils faisaient 8 heures mais ils ne remontaient pas du trou pour venir casser la croûte à midi, ils leur descendaient le repas. Ils faisaient chauffer… Ils prenaient la gamelle, ils la leur faisaient chauffer et ils descendaient les gamelles chaudes.
Ils avaient des… Je ne me souviens pas comment ils l'appelaient seulement. Une haveuse, il y avait. C'était comme une scie avec des dents qui sciait le charbon.
Les gens du pays en achetaient et puis ils en expédiaient à la gare de Laissac. Il y avait des camions qui faisaient la navette chaque jour pour aller à la gare à Laissac. Ils faisaient des wagons de charbon qui partaient… Les derniers ensuite partaient à Albi. Oui, je crois que c'était à Albi que partaient les derniers camions, après. Et, quand à Albi ils arrêtèrent le charbon, ensuite ils furent obligés de fermer, quoi, il n'y avait plus de débouchés et il fallut… Ils fermèrent la mine. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...